Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Aux lendemains de l’incendie qui est survenu dans les Calanques le 5 septembre entre Luminy et le col de la Gineste, j’ai eu l’occasion de discuter avec des personnes qui connaissent parfaitement les conséquences d’un incendie dans un site naturel avec des sols pollués. Avec l’autorisation de l’auteur, voici un texte de Jean Gonella de l’association Fare-Sud ( http://www.faresud.fr/spip.php?auteur2 )

*****************************************

Il convient de ne pas oublier que les incendies de forêts, provoquent force dégâts écologiques dont certains sont des pollutions persistantes des sols dangereuses pour la santé publique, cela fut catastrophiquement démontré lors des grands feux des forêt indonésiennes, ce qui n’est pas un cadeau s’ajoutant aux sols très pollués industriellement aux abords des Calanques(Legré-Mante, entre autre).

afterfire-marseille_0528gr

–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––

  1. Pollutions aériennes avec retombées au sol.

Les satellites montrent les panaches d’aérosols denses qui causent une pollution ponctuelle ou chronique jusqu’à plusieurs centaines de km de leur origine. Les analyses détectent dans les fumées des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) et des composés organiques volatils (COV), des goudrons et des suies cancérigènes, d’autant plus que le bois était humide. On a suspecté1 qu’à proximité des mers ou après les largages d’eau de mer par des avions bombardiers d’eau, le chlore issus du sel contribuait à produire des organochlorés toxiques tels que dioxines et furanes ; or dans le cas des feux de forêt des Calanques les deux facteurs de production d’organochlorés toxiques s’ajoutent et se renforcent.

L’INERIS analysa, en 2003, les fumées de quelques feux correspondant à une surface débroussaillée de 4 m², dans une chambre de combustion de 80 m³ surmontée d’une hotte d’extraction des fumées∞ : les émission de dioxines et furanes étaient en moyenne de 10,5 ng∞ I.TEQ/kg de biomasse brûlée (de 1,0 à 25,9). Dans cette expérience, ce n’est pas la combustion des végétaux collectés près de la mer, mais celle de ceux qui étaient les plus humides qui a produit le plus de polluants (CO, NOx et COVT) et d’organochlorés. Par contre les végétaux très secs s’ils émettaient bien moins de CO et COVT en brûlant, produisaient beaucoup plus de NOx. Mais il ne s’agissait pas d’arbres vivants, et les températures n’ont pas atteint celles des grands incendies2.

–––––––––––––––––––––––––––––––––

  1. Métaux lourds.

La combustion d’arbres ayant généralement bioaccumulé des métaux lourds est source de pollutions métalliques. Par exemple, le plomb répandu en forêt à la suite de son usage dans les munitions de chasse ainsi que le mercure sont particulièrement volatils à des températures déjà très inférieures à celles atteintes par les feux de forêts.

 ––––––––––––––––––––––––––––––––

  1. Pollution photochimique.

Les gaz émis interagissent avec les rayons solaires ultraviolets pour produire une pollution photochimique, par création d’ozone, entre autre.

–––––––––––––––––––––––––––––––––

  1. Gaz à effet de serre.

Les incendies de forêt rejettent de grandes quantité de gaz carbonique. De plus, l’incendie favorise le lessivage de la matière organique des sols qui étaient une bonne partie du puits de carbone forestier. Des incendies fréquents peuvent sélectionner certaines espèces résistantes au feu et permettre une moindre restauration des sols. En 2007, ces polluants, hormis parfois le CO2 en tant que gaz à effet de serre, ne sont toujours pas comptabilisés dans les cadastres et inventaires nationaux. Pourtant, rien qu’en métropole française, de 1980 à 2000, ce sont 5 218 feux de forêt par an et 30 738 ha brûlés par an2 qui ont été sources d’une pollution de l’air non mesurée ni évaluée.

–––––––––––––––––––––––––––––––––

  1. Résilience.

Les feux de forêt tuent de nombreux animaux non-volants ou incapables de fuir et ils affectent la capacité de résilience écologique de l’écosystème3

–––––––––––––––––––––––––––––––––

  1. Plusieurs études ont détecté des teneurs élevées (20 pg/m3) de dioxines et furanes en aval de feux de forêts Source : Clement and Tashiro, Forest fires as a source of PCDD and PCDF, 11th International Symposium on Chlorinated dioxins and related compounds, 1991.
  2. Ineris & Ademe, Rapport sur les facteurs d’émission de polluants de feux simulés de forêt et de décharge, novembre 2004.
  3. Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, (IRSTEA),Étude scientifique sur les conséquences des incendies sur la forêt méditerranéenne.

afterfire-marseille_0606gr

 

novembre 14th, 2016

Posted In: Ecologie, Parc National des Calanques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php