Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Comment gérer l'affluence, le maintien des usages et la protection des lieux dans les Calanques.

Énoncé extrait du document 2 du Pré-Projet de Charte du Parc national des Calanques …

Analyse des contributions – Éléments relatifs à la réglementation du coeur

NIVEAU DE PROTECTION DU PARC NATIONAL

Dans le coeur du parc national espace natura 2000 nous avons :
Des sites classés : Massif des calanques et Cap Canaille
Des réserves : Riou (réserve naturelle nationale) et Gardiole (réserve biologique dirigée (ONF))
Des biotopes : aigle de bonelli (Vaufrèges) et Hélianthème (Saint tronc)

L'association UDVN13 dit qu'il n'est pas possible pour ces sites cités d'avoir une protection et des modes de décisions différents de ceux existants.

Réponse du GIP :

La charte précisera en préambule "sans préjudice des réglementations existantes" pour garantir au moins une protection égale à l'actuelle.
Pour les modes de décisions, comme dans tout EPPN, le CA du parc réglemente et le directeur autorise.



GESTION DES REGLEMENTATIONS

Il y a des limitations temporaires qui ne relèveront pas forcément du dérangement par l'homme (ex : Mise en défend pour protéger des plantes de l'abroutissement par des rongeurs comme sur Riou). Les
limitations peuvent être justifiées mais pas nécessairement prouvées. Le principe de précaution a toute sa place dans un PN.

Toutes les réglementations ne sont pas forcément en rapport avec la surfréquentation du lieu ou suite a des dégradations excessives, par exemple la protection de l'aigle de Bonelli est une disposition
hors de ces cadres restrictifs.

La mission première du PN n'est pas de garantir l'accès mais la protection des milieux naturels et le maintien des usages lorsque ceux ci sont compatibles.
Le temps de mise en défense pour des raisons d'études, de suivis ou de restaurations correspondra au temps jugé nécessaire pour atteindre les objectifs fixés.
Afin de ne pas dramatiser la limitation d'accès dans le cadre d'études scientifiques, il faut rappeler qu'il y a eu depuis des dizaines d'années des suivis écologiques dans sites, sans avoir eu besoin
d'en interdire l'accès.
Il faut, dans la mesure du possible, adapter la réglementation à la "réalité du terrain". Une réglementation évolutive et la durée limitée de la charte garantissant de pouvoir adapter la gestion aux besoins y compris sur la base des résultats des suivis de l'efficacité des mesures mises en place.
On ne dispose pas de toute la connaissance (la nature est dynamique) pour les 12 ans à venir d'ou l'impossibilité de limiter ou de figer des zones d'un usage spécifique.

Il faut pouvoir laisser la possibilité au parc d'accueillir des nouvelles activités si elles sont douces et compatibles avec les objectifs de protection du parc.

décembre 28th, 2010

Posted In: Non classé

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php