Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Documents de Michel Pivert (Fonds ANEP Michel Pivert). Texte de Bernard Andrieu

En avril 1931, les Durvilles deviennent propriétaires de 65 hectares du Levant mais peu de Levantins savent ce qui précède à la création d’Héliopolis.

En 1929, le Levant a été proposé à Kienné de Mongeot par le député André Berthon mais ayant déjà un terrain naturiste seulement depuis un an et demi, le précurseur de la gymnosophie a refusé. Kienné de Mongeot connaissait les problèmes que rencontraient les Durville avec la nudité intégrale interdite à Physiopolis à l’île de Médan, il leur a donc proposé l’idée d’acheter une partie du Levant en mettant en relation le député. 

Une petite retranscription de ces courriers par Bernard Andrieu : 

André Berthon (1882-1969), député à la chambre des députés écrit le 18 octobre 1929 à Kienne de Mongeot pour lui proposer l’ile du levant : «  J’ai un projet très intéressant l’Ile du levant (mille hectares boisés, climat merveilleux, en face des Maures et qui sert actuellement de tir pour la marine). On pourrait faire quelque chose le très intéressant dans des conditions parfaites » (Berthon, 1929).

Dans la lettre du 17 aout 1930 Berthon précise «  J’ai eu le plaisir de faire votre connaissance à propos d’une des iles d’Hyères le «  Levant ». Cette ile magnifique a plus de 1000 hectares sert de lieu de tir pour la marine !!! je comprends d’ailleurs les difficultés d’utilisation c’est ce qui explique qu’elle était dans cet état au avec aucun moyen de transport. Aujourd’hui  je me permets de vous écrire pour qu’à l’occasion vous réfléchissiez à une utilisation possible d’une propriété qui le possède sur la côte des maures : en voici le signalement sommaire. 27 hectares d’un seul tenant, boisée, pins et chêne et liège. Vue magnifique sur le golfe de St Tropez jusqu’aux Alpes et sur les Iles d’Hyères abrité du mistral à 500 miles environs du bourg de Ramatuelle, ravitaillement, poste…Je la louerais volontiers à un prix à débattre mais modéré avec long bail, possibilité d »’aménagement et de construction. Elle a été demandée il ya quelques jours pour faire de la culture fruitière et des fleurs vu sa position et son climat imparable en hiver mais il aurait fallu accepter le déboisement jej n’en ai pas eu le courage… » (Berthon, 1930)

BERTHON André, Lettre à Kienne de Mongeot, 18 octobre 1929 (Fonds ANEP Michel Pivert)

BERTHON André, Lettre à Kienne de Mongeot, 17 aout 1930  (Fonds ANET Michel Pivert)

avril 19th, 2020

Posted In: Histoire du naturisme, Kienné de Mongeot, Le Levant

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php