Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Pour celles et ceux qui pensaient que les premières plages « nudistes » en ville étaient nées en Allemagne… Voilà de quoi nous amener à reconsidérer notre histoire :
En 1924, dans la toute jeune Union Soviétique, une organisation nommée « A bas la honte » a organisé de grandes marches citoyennes où les participants étaient nus, afin de s’opposer à la « moralité bourgeoise », mouvement dont le grand poète Vladimir Maïakovski est un ardent militant.Après la mort de Lénine, changement radical d’atmosphère : la monogamie est obligatoire, le sexe avant le mariage officiellement proscrit. Staline interdit l’avortement, l’adultère, l’homosexualité, la masturbation. Staline prit des mesures pour interdire le nudisme et la pornographie. Désormais, les corps doivent être au service du travail, du sport et de l’édification du communisme.

https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/11/29/tv-la-double-vie-petite-histoire-de-la-sexualite-en-urss_5222308_1655027.html


Nudistes radicaux et communautés libertaires1922, sur la place Centrale de Krasnodar (ville du sud de la Russie). Un orateur qui se trouve être aussi nu qu’un ver s’est pressé à la tribune. L’homme a pour seul apparat un ruban portant l’inscription « À bas la honte ». Il hurle avec force conviction à quelques passants interloqués : « Nous, Communards, n’avons pas besoin de vêtements qui couvrent la beauté du corps ! Nous sommes les enfants du soleil et de l’air ! ». Les Soviétiques découvrent le mouvement « A bas la honte ». Sa philosophie peut se résumer ainsi : les vêtements sont de caractère bourgeois puisque l’homme descend du singe. En effet, les animaux ne portent pas de vêtements. Donc les hommes ne devraient pas en porter non plus.Pour étayer leurs arguments, ces nudistes radicaux se réunissent régulièrement à travers le pays dans le plus simple appareil. A la tête du mouvement : Karl Radek, un proche de Lénine, qualifié par ses pairs « d’érotomane à l’apparence extrêmement répulsive », et qui organise au début des années 1920 des manifestations un peu partout en Russie. Ces réunions de prolétaires totalement nus sont perçues, dans l’historiographie soviétique, comme la suite logique de la déconstruction de la société bourgeoise. Alors que la religion est mise au ban, que l’homosexualité est dépénalisée ou encore que la masculinité est questionnée, le mouvement a pour but d’assurer l’égalité totale des sexes en débarrassant l’être humain du sentiment de honte à l’égard de sa propre nudité. Néanmoins, « A bas la honte » sera interdit par les autorités soviétiques en 1925 sous prétexte que les réunions troublent l’ordre public.

Une plage nudiste à Moscou dans les années 1920 (Photo DR)http://www.ladamedepique.ru/article/sexe-urss-aussi-simple-boire-verre-deau-13

L’attitude détendue à l’égard du nudisme a par ailleurs été l’une des caractéristiques de cette période : sur les berges de la Moskova, près de la cathédrale du Christ-Sauveur, une plage nudiste a vu le jour, une d’un genre dont les Européens de l’Ouest n’aurait alors pas même pu rêver. La société « À bas la Honte ! » mentionnée précédemment a organisé de nombreuses marches, dont l’une a réuni pas moins de 10 000 personnes. https://fr.rbth.com/histoire/80717-revolution-sexuelle-urss

1955 – mars avril – La vie au soleil – N° 40 – URSS

avril 6th, 2020

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php