Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Afin que les expositions au soleil soient le plus bénéfiques possible, la nudité intégrale était de mise. Les hommes devaient comprendre que la peau a besoin de lumière, d’aération et de vêtements légers. Un maillot mouillé provoque un refroidissement des parties du corps recouvertes alors que la peau nue, en étant exposée au soleil, se réchauffe. Quand le maillot est parfaitement sec, c’est l’inverse qui se produit. Ces sensations contradictoires envoient deux informations distinctes au cerveau : il arrive qu’on ait la chair de poule alors qu’il fait chaud, la thermorégulation s’avère impossible. N’ayant pas les bonnes informations, le cerveau n’alerte pas du coup du soleil qui se prépare, car on ne le sent pas forcément avec l’humidité du maillot. Aujourd’hui, nous savons que l’action refroidissante sur le sexe et le bas ventre déséquilibre la circulation sanguine et empêche de bien sentir la chaleur près des élastiques. Ce phénomène naturel se nomme le « principe de la gourde », qui veut qu’un corps revêtu d’un tissu mouillé s’acclimatera moins vite qu’un corps intégralement nu à la température ambiante.

La thermorégulation est une capacité naturelle que nous avons réduite à néant sous le poids de nos vêtements et de nos coutumes. La thermorégulation est un phénomène biologique que l’on retrouve chez tous les animaux à sang chaud. Poucel insistait sur le fait qu’en premier lieu, c’est notre peau, et non nos vêtements, qui nous permet de nous adapter aux changements de température. 

Quand il fait chaud, les pores s’élargissent pour laisser la sueur s’évacuer. Cette humidité permet, avec l’action de l’air, de rafraîchir le corps. Quand il fait froid, les pores se contractent et la peau se réchauffe grâce à un petit muscle situé à la racine de chaque poil : sous l’action du froid, ce muscle se gonfle et fait ressortir la peau pour créer une petite bosse à la surface, c’est « la chair de poule ». Dans un premier temps, la surface exposée au froid est moins importante. Puis, sous l’action du sang dont ces petits muscles sont gorgés, ils emmagasinent de la chaleur qui est naturellement transmise aux poils, qui eux-mêmes la diffusent à la surface de la peau. Dans un troisième temps, des frissons involontaires surgissent ; ces légers tremblements ont aussi pour effet de réguler la température du corps, et en premier lieu la région du cœur. Ils sont aussi une alerte pour nous inciter à rapidement trouver une solution pour nous réchauffer.

1965.02 – Verso de la couverture de Freies Leben

janvier 21st, 2020

Posted In: Dr Joseph Poucel, Histoire du naturisme, Naturisme

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php