Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

« Adam et sa femme étaient alors tous deux nus et ils n’en rougissaient point ».Histoire, politique, philosophie : parce que la nudité est un concept très relatif, petit tour des parcs Berlinois en compagnie de notre nouvelle chroniqueuse, à la rencontre des naturistes urbains.

http://www.soyonsdesinvoltes.fr/berlin-tout-nus/

Wismarer Bucht, FKK-Strand

A Berlin, en pleine ville, dans les parcs ou près des cours d’eau, dès que le soleil disperse les nuages, on peut voir des jeunes, des vieux ou des familles qui bronzent et se baignent… tout nus. Oui, oui. C’est un espace édénique, où l’on se promène en toute innocence dans la nature, inconscient de sa nudité… AU MILIEU des pas-tout-nus, qui eux par contre, ont pleinement conscience de leur non-nudité. Puis, lorsqu’un tout-nu décide de partir, il se rhabille machinalement pour retourner à la civilisation ; celle où la nudité en public est un tabou majeur, une perversion ou une invitation à la débauche sexuelle. Mais là-bas, il n’y a personne pour manifester son éventuelle gêne ou pour professer que ces gens, c’est évident, ils ont un problème !  Du coup, moi je suis toute chamboulée. Comment est-ce possible que ce truc interdit – ah mais même pas interdit, c’est juste pas possible – et bah ici, les gens le font et ils sont même très contents !?

Parce que oui, c’est interdit en Allemagne, selon le Code Pénal  : « Das Zur schaustellen des nackten Körpers in der Öffentlichkeit kann gegen die öffentliche Ordnung verstoßen » : « Prendre l’apparence du corps nu en public peut constituer une violation de l’ordre public ». Bon, il faut évidemment tiquer sur le «  peut  », suffisamment flou pour ne rien vouloir dire…Et puis, l’apparence du corps nu, c’est quoi  ? Juste les parties génitales  ? Si on est seins-nus par exemple, on est nue  ? Mi-nue  ? Et une fesse  ? C’est pas être habillé en tout cas. Alors à partir de quand est-on nu et choquant  ? Dans une église, il faut se couvrir les épaules. Dans une ville balnéaire, il ne faut pas se balader en maillot : la nudité est un concept beaucoup plus relatif que ce qu’on pense, la limite évolue et s’adapte en fonction du contexte, de la période, du lieu concerné…et de la tolérance de la population.

Parce que bon, si le public n’est pas choqué, l’ordre public reste intact. La nudité a beau être intégrale dans les parcs, c’est pas pour autant qu’on va appeler les flics. D’ailleurs, les saunas, les vestiaires ou les douches sont également souvent mixtes et sans cabines ici… Le nu, ça ne CHOQUE PAS. C’est normal, c’est ton corps.

Se promener à poil, toute une histoire

Pour autant, c’est une idée qui n’est pas partagée par tout le monde en Allemagne et la loi reste quand même plutôt stricte. La nudité dans l’espace public est beaucoup plus tolérée en ex-RDA, avec pour bastions Berlin et la côte balte (et puis Munich aussi quand-même). Pourquoi  ? L’historienne Dagmar Herzog explique que c’est un mélange entre un mouvement de sécularisation important et une histoire qui questionne la nudité, d’abord condamnée puis réutilisée par le IIIe Reich et les gouvernements communistes, puis par la révolution de 68 (bon elle a écrit un gros bouquin dessus, hein). Et d’ailleurs c’est marrant, mais quand le mur est tombé, parmi les nombreux sujets de clash culturels, il y a eu le rapport à la nudité. La loi est alors appliquée avec plus ou moins de rigueur en fonction des régions.

Avec tout ça, un groupe s’est beaucoup développé, auFKK-Strände des Senftenberger Erholungsgebietes point que tout le monde le connaît en Allemagne  : c’est le FKK (FFN en  France). C’est le mouvement naturiste allemand. Ils sont suffisamment actifs et influents pour qu’il y ait des zones FKK un peu partout, où t’es d’ailleurs plutôt mal vu si tu es un textile. Mais, la tolérance généralisée fait que le corps nu ne se limite pas aux zones réservées  ; du coup, on croise à coup sûr des tout-nus quand on traverse le Tiergarten ou Treptower Park. En France, on préfère les enfermer dans des camps naturistes, parce que tant qu’on ne les voit pas, l’honneur est sauf. C’est ainsi que les français sont devenus les pionniers et les spécialistes des centres de vacances naturistes.

France : de l’art ou des cochons?

Paradoxalement, la législation au sujet de la nudité en France est plus tolérante  : «  L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende.  ». Bien qu’il s’agisse de la seule loi concernant la nudité, elle ne la condamne pas en tant que telle, mais condamne l’exhibition d’une partie du corps à caractère sexuel, AVEC LA VOLONTÉ DE CHOQUER (comme l’explique Madame l’avocate ici ). Si quelqu’un vient se plaindre parce qu’il a vu un truc qui lui plaît pas, c’est cet article qu’on va sortir. Mais, toute la question est de savoir à partir de quand on décrète qu’il y a volonté de choquer…

Notre avocate nous précise un peu plus loin que « évidemment, tout spectacle de nu ne tombera pas sous le coup de la loi : le spectacle de corps nu est toléré dès lors qu’il s’inscrit dans une démarche artistique ». Du coup, tu te balades nu parce que t’aimes la sensation du vent sur tes fesses, c’est choquant, mais si tu fais une super performance d’artiste, tu vois, là c’est OK parce que c’est de l’ART. Si t’es un cyclo-nudiste à Paris, par contre là c’est plus compliqué : t’auras d’abord le droit, puis après t’auras plus le droit. T’auras sûrement mal regardé la personne qu’il fallait pas. Ces manifestations artistiques ou politiques utilisent la nudité comme outil, avec toujours un certain degré de transgression, mais le but PREMIER n’est pas de choquer. Ils s’en servent pour quelque chose tu vois, alors là, bah ça va. On ose se rincer l’œil.

Alors, tout le monde doit jongler avec les interprétations de la loi, parce qu’elle, elle jongle entre toi et «  l’état actuel de nos mœurs  », et c’est qu’elles sont pas très absolues et généralisées les friponnes. Par exemple, il y a des gens qui ne comprennent pas et qui vont dire que ça va choquer leur gosse, qui lui court tout nu mais bon, c’est quand même plus facile de pas se poser de questions et de projeter sur lui ses angoisses et ses idées dogmatiques plutôt que de réfléchir. Pourtant, l’idée d’un TOUT-NU qui, le sourire béat, kiffe la caresse du soleil et l’écoulement de l’eau sur TOUTES les courbes de son corps, ça paraît beaucoup moins dangereux qu’un vieux pervers, qui ouvre son manteau pour dévoiler son asticot tout flasque.

Le philosophe était nu

Sur la plage, dans un parc ou près d’un lac, on est donc plus tolérant, parce que il y a une raison. C’est ça le plus important. La nudité pour elle-même, c’est pas assez pour être compréhensible aux autres. Alors, les naturistes ont élevé la nudité au rang de PHILOSOPHIE DE VIE  : la nature, c’est sain. C’est propre. Le vêtement, c’est sale. La cigarette, l’alcool, la viande, ça te salit aussi. Préservons la nature et revenons à l’état de nature, perfection d’innocence et d’hygiène. Y’a même une guéguerre entre le naturiste, dont l’effeuillage est guidé par des motifs élevés, et le nudiste, ce naturiste du dimanche, qui se complaît dans son narcissisme en se mettant nu uniquement pour éviter les traces de bronzage. Alors qu’au final, ils font tous partie de ceux qui ont ESSAYÉ et qui pensent que tu ne vas pas être instantanément foudroyé parce que tu t’es déshabillé dans l’espace public et qu’être nu en pleine nature est un plaisir inexplicable. Ou en tout cas, un plaisir suffisamment intense pour faire péter les barrières moralisatrices, qui bâillonnent la nudité et la maintiennent à l’état d’objet sexuel.

Ostsee, Sonnenbad

Bah oui, au final c’est que ça. C’est le sexe, encore et toujours. Le sexe ça reste choquant. Et dans notre tête de français (mais on est pas les seuls), le sexe et le corps nu sont inextricablement liés. Tu vois un corps nu, et a fortiori un sexe, tu penses SEXUALITÉ. Tu penses à ces pervers lubriques qui vont violer toutes les meufs si elles commencent à se mettre à poil. Ou torse-nu. Alors, les naturistes intégristes (oui, oui ça existe), pour se distancer le plus possible des démons du Cap-d’Agde, veillent à dé-sexualiser le nu. On mate pas. On ne se tartine pas de crème en se faisant des papouilles. On ne se tient pas la main. Là où le corps nu est bien vu, le vrai, celui de la nature, pas celui idéalisé par la pub, les films et tout, et bah il faut ne pas lui parler de sexualité, ne pas manifester de désir ou d’attention. Sinon on remet en question trop de tabous d’un coup sans doute…

 

 

Vous en voulez encore? Voici de saines lectures pour cet été. Bonne vacances à tous!

décembre 5th, 2015

Posted In: La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Société

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php