Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

 

Visitons aujourd’hui AIR ET SOLEIL – Un reportage de Guy Gruyer
La Vie au Soleil N° 15 – Mai 51


Nous quittons la route de Pontoise entre Sannois et Franconville. Sur notre gauche, un chemin rocailleux qui monte en pente douce pour revenir très accentuée, vers le moulin de Sannois, juché « là-haut sur la colline », curiosité touristique de l’île de France (162 mètres). Encore un raidillon et nous voici, à flanc de coteau, sur les terres de M. Rozée, Président-Fondateur de la Société Air et  Soleil, avocat à la Cour d’appel d’Alger. Une maison en pierre meulière, dans le style manoir, de belle allure et ses dépendances ordonnées, une accorte fermière, une nichée de chiens de garde, une vache paisible au bord du chemin, des domestiques qui se rendent, bourgeron sur l’épaule, dans les champs et vergers, un camion de fruits et de légumes qui descend en marche. L’endroit est charmant et pittoresque. Nous sommes à la campagne. Une porte à pousser et nous voici dans la pénombre des cèdres majestueux de l’avant-stade, heureuse transition vers le stade gymnique, qui domine toute la plaine : le Gros Noyer, Taverny, Eaubonne, Saint-Leu et derrière, la forêt de Montmorency. Sur l’extrême-droite : Enghien. A l’opposé, dans la brume, se perd la vallée de l’Oise. Aucune cheminée d’usine. L’air est pur, sain, vivifiant. Nous tournons le dos à Paris, qu’on imagine difficilement à 13 kilomètres seulement.

Du terrain nu du début, il ne parait plus. Bien délimité par une altière rangée de sapins, on ressent immédiatement le naturel équilibre de ce coin de terre : des massifs de fleurs, des haies, des lilas et de roses, une abondante verdure, un heureux arrangement, souvent spontané, parfois méthodique, de groupes d’arbres, font avec bonheur des terrains aménagés : deux terrains de volley, un baskett, un deck-tennis, un jeu de boules, des terrains de camping, les deux piscines, l’une de 7*14, l’autre de 3*14 pour les enfants, un terrain équipé pour l’athlétisme : barre fixe, barres parallèles, sautoir, poutre d’équilibre, portique à agrès et piste de course.

Mais bien que la beauté du site pourrait inviter à la rêverie, il ne semble pas que la contemplation sur le sens des réalités. Visiblement, on est soucieux à Air et Soleil de terrains propres, bien tracés, d’un matériel de jeux en bon état, de poteaux peints en blanc, de dépendances : vestiaires, réfectoires, hangar-abri, aussi ordonnées et aussi confortables que le standing de la Société le permet. Aussi les fidèles du stade sont nombreux tout le long de l’année, hiver comme été.
Il est naturel qu’Air et Soleil reflète la courbe ascendante du mouvement gymnique : de 28 adhérents à sa création, en 1931…325 en 1950. Que de chemin parcouru depuis la petite équipe initiale. Il convient de noter la part qui revient à M. Lecocq, ancien Secrétaire d’Air et Soleil et actuel Président du Club du Soleil, et notamment aussi au Pasteur Huchet, décédé en 1949, qui veillèrent, le premier avant, le second durant et après la guerre, sur les destinées de l’Association.
L’indépendance totale qui est de règle à Air et Soleil n’empêche pas d’apprécier et d’approuver les activités des autres groupements naturistes avec lesquels, il se flatte d’entretenir de cordiales relations.

Photo extraite de la Vie au Soleil – 8 juin 1950

Si le cadre du stade conquiert immédiatement, il est une chose plus subtile et pourtant bien réelle : c’est l’esprit de la société et son ambiance. Ambiance sympathique, familiale, qui se dégage surtout et souvent de façon bien imprévues lors des weekends, lors des veillées, organisées ou non. L’intellectuel côtoie l’ouvrier, et le patron l’employé. Il y a leurs discussions amicales. Il leur arrive d’être associés dans les mêmes chants du samedi soir, et d’écouter avec attention une camarade qui récite des poèmes, et c’est sans doute en ces moments, qui sont peut-être rares, mais qui pourtant existent, qu’on discerne ce qu’on peut appeler l’esprit de cette Société. Aussi l’idée était proche d’essayer de porter, sans effrayer personne, un peu de méthode dans ces manifestations et ainsi est née l’organisation annuelle de la fête d’hiver d’Air et Soleil qui est attendue avec impatience par tous. Ainsi nos camarades, poètes, comédiens, chanteurs et diseurs ont réussi cette année-ci une très belle fête, et nombreux sont ceux qui y ont vécu un moment de vraie poésie.
Nous voulons à Air et Soleil, nous y-a-t-on-dit, créer une vie collective, être jeunes et vieux, des frères d’élection combattre, en nous appuyant les uns les autres, la solitude de l’homme. Notre collectivité semble être sur le bon chemin pour atteindre le résultat appréciable de libérer l’homme par le contact collectif physique et moral. Que ceux qui ignorent ces joies pures et bienfaisantes viennent chanter avec nous :

« Allons donc là-haut chez Maitre Pierre,
A Sannois tout près du Moulin,
Dans l’odeur fraîche des bruyères
Venez voir si on y vit bien.
»

Guy Gruyer

*******

Les photos insérées dans cet article ne sont pas d’origines. Elles sont là pour rendre la lecture du topic plus agréable.

Le camping existe toujours : http://www.airetsoleil95.com/

 

août 8th, 2013

Posted In: Histoire du naturisme

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php