Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Les photos sont extraites de "Nudisme et santé" N°2 mars 1958

Nous avons eu ces jours-ci le rare plaisir de recevoir des nouvelles directes du mouvement naturiste en Chine. La lettre dont nous allons vous faire part émane du Président de la Honk Kong Sunbathing Association, M Lanepart, homme dynamique de 57 ans, originaire des Pays Baltes, qui fonda, il y a quelques vingt ans, en 1932, la Société Nudiste de Hong Kong.
Vous verrez qu'il n'est pas sans mérite de pratiquer le nudisme en cette période troublée que traverse actuellement la Chine.

Ainsi on risque beaucoup de quitter le port en ce moment, car on peut être attaqué et enlevé par les pirates qui pullulent dans les eaux voisines, et qui, non seulement pillent et emportent le matériel et le bateau, mais aussi capturent équipage et passagers qu'ils ne délivrent, qu'aprés de longues semaines et souvent plusieurs mois, et contre rançon.

Mais la crainte des pirates n'est qu'un des obstacles qui s'opposent au voyage qu'ils doivent faire à leur petite île où ils pratiquent le nudisme. Voyez plutôt:
"Je ne vous ai pas donné de mes nouvelles depuis bien longtemps, principalement en raison des difficultés que nous avons à aller dans notre île et qui nous ont obligés à nous réunir le plus souvent à notre centre qui est toujours dans ma propriété. Aussi, bien des réunions ne sont elles pas aussi suivies qu'auparavant. Nous avons eu en effet un printemps et un été exceptionnellement pluvieux avec du vent et des conditions atmosphériques défavorables qui ont gâté nos dimanches et nos vacances. Quand enfin nous espérions pouvoir aller dans notre île, qui est environ, en bateau à moteur, à une heure et quart, ou une heure et demi de la côte en raison de trés fortes marées dans les eaux de Hong Kong, le gouvernement de Hong Kong a brusquement interdit l'utilisation de tous bateaux à moteur, qu'ils soient pour le commerce ou pour l'agrément, sans aucun doute pour des raisons politiques d'une part, et d'autre part pour éviter le trafic d'armes et d'essence et le trafic d'or entre Honk Kong et Macao ainsi qu'avec la ville communiste de Canton.
La nouvelle loi qui est encore plus sévère précise, qu'on ne peut utiliser aucun bateau à moteur, si petit soit-il, pas même une barque avec moteur auxiliaire, sans avoir à bord un capitaine diplômé par le gouvernement, et même un ingénieur diplômé. De sorte que l'utilisation de ces bateaux, qui était extrêmement répandue, s'est trouvée brusquement suspendue, car parmi les sportifs et les petits pêcheurs, personne n'avait les certificats requis, ni les capacités ou le temps pour suivre les études et passer les examens. Nous avons dû enlever notre moteur, grosse et lourde machine, et rétablir la voile et, si besoin, les rames. Lors de notre dernière sortie, nous nous étions embarqués, des jeunes femmes, quelques chinois et moi et nous restâmes un jour entier à la voile. Il commença bientôt à pleuvoir à tel point que nous fûmes trempés comme des soupes, puis le vent cessa; nous nous reposâmes un peu et nous dûmes prendre les rames puisque nous n'avions plus de moteur.
Finalement, la mer et le vent se liguèrent contre nous et nous ne pûmes continuer la traversée. Nous étions si trempés et si fatigués que nous décidâmes d'arrêter là notre excursion et de rejoindre la côte la plus proche. Lorsque nous l'atteignîmes, nous jetâmes l'ancre pour le restant de la journée et nous regagnâmes nos domiciles par la terre, extrêmement fatigués et quelque peu démoralisés.
Comme personne ne pouvait rester toute la nuit sur le bateau et que le lendemain tout aurait été volé, nous nous arrangeâmes avec une personne de la côte et nous transportâmes à bras le matériel du bateau dans sa cour, afin qu'il soit en sûreté jusqu'au lendemain matin, où nous espérions pouvoir reprendre notre excursion.
Cependant, le lendemain, nous étions si fatigués par notre randonnée en mer de la veille qu'à la demande des dames, l'excursion fut abandonnée. Le bateau resta ainsi à l'ancre trois jours, mais le troisième jour un vent violent se leva, le bateau rompit ses amarres et s'en alla à la dérive dans les rochers. Dés que j'en fus averti nous arrivâmes avec un ami, après notre travail au bureau, pour sauver le bateau. A la fin, nous réussîmes à l'atteindre et nous essayâmes de le dégager des rochers, mais il s'éventra sous nous et coula non loin de la côte. Nous restâmes quelque trois heures dans l'eau jusqu'à la ceinture pour le pousser à la côte vers un lieu sablonneux et sec où il fut attaché en sécurité à moitié immergé.
Le jour suivant, nous le transportâmes en cale sèche où il est encore, et je me demande si je le ferai réparer où si je le vendrai comme épave.
Heureusement que tout le matériel, voile, mât, cordes, etc, ainsi que les objets personnels ont pu être sauvés.
Bien que l'on trouve une quantité d'annonces de gens qui veulent vendre leur bateau puisqu'ils ne peuvent s'en servir sans moteur, je me demande si je dois préparer les examens du gouvernement, faire des études importantes et prendre un professeur, tout cela pour pouvoir retourner sur notre île
".

Comme vous le voyez, organiser une sortie pour nos amis nudistes de Hong Kong n'est pas une aventure de tout repos; il est incontestable qu'il faut avoir comme eux, le feu sacré pour ne pas être découragé par une telle odyssée.

Puis notre correspond nous parle des gens de Hong Kong, qui ne sont pas très rassurés par la guerre qui se rapprochent d'eux et dont beaucoup de familles partent vers l'Australie, l'Amérique ou l'Afrique du Sud, tandis qu'un grand nombre d'Européens et aussi de Chinois sont enrôlés dans une espèce de milice locale pour être éventuellement utilisé en cas d'émeute ou de guerre, ce qui évidemment n'est pas fait pour favoriser le développement des idées sportives et nudistes.
Il nous dit aussi la difficulté qu'il a à faire admettre par certains Chinois, même très évolués, les idées nudistes, à part quelques uns notamment à son domicile, qui est une véritable forteresse du nudisme, ou tout le monde: lui-même, son personnel domestique Chinois (une femme, sa grande fille et le petit frère) auquel s'adjoignent quelques amis chinois des deux sexes et une famille européenne, vivent le plus souvent nus pendant les heures de détente.

" Partout où je vais, je parle du nudisme aux hommes et aux femmes et je vois parfaitement que prochainement le nudisme fera dans cette région des progrès même si à l'heure actuelle les gens ne sont pas ouvertement préparés à se joindre. Ils reconnaissent ici le nudisme comme quelque chose de légal et de nullement indécent, sauf, cependant, les vieilles familles chinoises qui le considèrent toujours comme "impoli".

En principe, les hommes sont pour, et les femmes généralement contre, surtout par timidité; et beaucoup de chinois même ne comprennent pas encore le vrai sens du nudisme et pensent qu'il doit être surtout intéressant d'y rencontrer des filles nues. Ils voudraient bien venir dans notre club, mais en aucun cas ne tiennent à ce que leur femme ou des membres féminins de leur famille y viennent. Invariablement leur réponse est que les coutumes chinoises ne le permettent pas.
Mon meilleur moyen de propagande est encore les revues nudistes qu'ils peuvent lire et qui leur expliquent la mentalité européenne progressiste, sportive et ouverte à une conception d'un nudisme décent."

Il termine sa lettre en souriant et en nous confiant que les Chinois l'ont appelé FEI-LO, qui veut dire, "le gros homme" est qui est un nom d'amitié.
Souhaitons à ce lointain et ardent propagandiste du nudisme toute la réussite que mérite ses efforts et qu'il soit assuré de nos encouragements et de tout notre sympathie.

Pour plus de renseignements, voici un site en anglais sur ce précurseur du naturisme à Honk Kong.
http://brianedgar.wordpress.com/2012/11/12/herbert-edward-lanepart-2-bringing-nudism-to-hong-kong/

juin 2nd, 2013

Posted In: Histoire du naturisme

Étiquettes :

2 Comments

  • pfelelep dit :

    Etant prof de modele vivant (dessin de nu) a hongkong, nombre de mes modeles sont plus ou moins proches de mouvements naturistes ou nudistes.Il m ont confirme qu'il n'existe aucune plage ou endroit OFFICIEL pour pratiquer le nudisme, mais certaines plages "desertes" et/ou eloignees peuvent etre utilisees a cet effet, mais cela reste non-officiel.A Hongkong qui est paradoxalement TRES conservateur dans ses traditions, les gens amalgament le sexe et la nudite (mes modeles ont donc la vie dure, etant souvent consideres comme des… prostitues ou des strip-teasers). Je pense que les mentalites evoluent doucement (surtout pour le dessin de modele vivant).Merci pour cet article tres interessant.et… oui FEILO (ou FEIZHAY) signifie "le gros", d'une facon amicale 🙂

  • anonymous dit :

    Marseil writes:Je viens de mettre un lien vers cette page depuis http://bareskinasia.com/Marseil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

css.php