Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-corps-plage-ne-sont-plus-memes-qu-25-ans-michel-maffesoli-791900.html?page=0,1

Développe-t-on davantage de complexes par rapport à notre corps qu'auparavant ? Comment l'expliquer ? Il existe en effet un sentiment de culpabilité, on le voit par la multiplication des régimes alimentaires. Deux, trois mois avant les vacances on commence à se préparer pour la plage. Pour l’injonction sociale aux corps beaux, je dois ajuster mon corps. A l’encontre de ce qui est une idée convenu et entendue régulièrement qui considère que l’individualisme prévôt, je pense que c'est l’autre qui me crée qui prévôt, soit le tribalisme. La société, la tribu fait que je ne suis pas libre de moi-même, je dois me plier aux injonctions.

Notre rapport au corps est-il sexualisé à outrance ? Oui, ce qui était derrière le mur de la vie privée, le sexe, s’exhibe désormais. On met sur le devant de la scène ce qui est caché, c’est-à-dire une sexualité. Cette sexualité n'est plus simplement génitale, c’est-à-dire pour faire des enfants. Elle contamine l’ensemble du corps social. On le voit partout, par exemple dans le dernier parfum de Jean-Paul Gauthier, où un corps d’homme est mis en spectacle. Aujourd’hui ce n’est plus seulement le corps de la femme qui est scénarisé, cette sexualisation va toucher ce qui était sérieux dans l’idéologie moderne c’est à dire l’homme ; il se met aussi en spectacle avec le corps nu. Il y a une sexualisation dans le corps en spectacle et hommes et femmes en prennent part.

Chez les hommes, le rapport au corps est-il le même que pour les femmes ? Quelles sont les différences ? La cosmétisation était réservée aux femmes jusqu’à ces deux dernières décennies. Les produits de beauté masculine deviennent de plus en plus important ce qui traduit une globalisation de la valorisation et de la sexualisation du corps. Ce n’est plus une honte de se cosmétiser pour un homme et d’aller dans les salons de beauté. Il reste des différences dans leur rapport, mais elles s’amenuisent. Mais il y a encore 30 ou 40 ans un homme qui mettait du parfum ou des crèmes était féminisé, aujourd’hui c’est devenu presque une évidence : la déitétique, le soin du corps…

Les rapports sociaux sur les plages sont-ils modifiés du fait de notre semi-nudité ? Ce qui est intéressant sur les plages, c’est que suivant notre corps je vais me coller à telle ou telle tribu. On va être attribué à une catégorie de personnes grâce à son look. Un chercheur brésilien a fait une étude sur les plages de Rio, et il montre que là où se trouve les grands points de rendez-vous – des blocks – nous allons retrouver certaines catégories de personnes. Ce modèle s’applique aisément aux plages françaises. Le look rend visible une force invisible : cela créer certains types de tribus.

juillet 29th, 2013

Posted In: La pudeur

Étiquettes :

Leave a Comment

« Celui qui n'aime pas son frère qu'il voit ne peut pas aimer Dieu qu'il ne voit pas » (1 Jean 4, 20).

Quelques paroles de Jean-Paul II

<< Une personne pudibonde, et qui en même temps se laisse guider par le désir de jouissance, s'efforce de créer les apparences de désintéressement, elle va jusqu'à condamner toutes les manifestations sexuelles, fussent-elles les plus naturelles, et tout ce qui a rapport au sexe. …
Mais cela ne signifie point que l'impudeur du corps s'identifie simplement à la nudité partielle ou intégrale. Il y a des circonstances où la nudité n'est pas impudique.
Si une personne en profite pour traiter un humain [nu] comme un objet de jouissance (ne fût-ce que par des actes intérieurs), elle est seule à commettre un acte impudique. …
Le corps humain en lui-même n'est pas impudique et la réaction de la sensualité, comme la sensualité même, ne le sont pas non plus ; l'impudeur naît dans la volonté qui fait sienne la réaction de la sensualité et réduit l'autre humain, à cause de son corps et de son sexe, au rôle d'objet de jouissance.

>>

mai 9th, 2013

Posted In: La pudeur

Étiquettes :

Leave a Comment

" Le nudisme et l'éducation sexuelle "
Médecine 50 (juillet août 1950, le directeur de la revue était un naturiste convaincu)

Repris par la Vie au Soleil numéro 13 de mars 1951

L'enfant est, par essence, curieux, observateur, imaginatif. Les défenses risquent d'accroître son désir de connaître. Ainsi en sera t'il lorsque des interdits, obéissant à des coutumes ancestraux, seront promulgués, dès les premières années sur les "sexes" des petits garçons et des petites filles, c'est à dire sur les circonstances de la vie qui doivent établir des barrières absolues, immotivées du point de vue biologique.


Le nudisme chez le petit enfant

La connaissance de l'anatomie des sexes s'accomplira naturellement parce que l'enfant saura observer. Il est tout à fait normal que, dès les premières années, le petit garçon et la petite fille s'aperçoivent que leur conformation n'est pas identique. Si, à ce moment, les parents blâment l'enfant en invoquant des redites ancestrales:
"Ne t'occupes pas de ça", "C'est vilain", "Tu comprendras quand tu seras grand", ils risquent de faire naître un doute, un germe de quelque chose de vilain, de fautif, la première ébauche de la fausse pudeur ou, si l'on veut, de la vraie mystification de la "chair de l'enfant".
C'est pourquoi le nudisme spontané de l'enfant ne sera pas heurté; le déshabillage, la toilette en commun du petit garçon et de la petite fille s'accompliront comme un événement banal, naturel. Les jeux en plein air, les bains sont autant de circonstances qui peuvent familiariser les enfants avec les différences de leur sexe.

Importance de ces considérations

Le jeune enfant ne sera pas initié à la mystification de son corps. Le nudisme des enfants entre eux est utile. Il est regrettable, dit le Docteur Berge, que tous les enfants n'aient pas de frères et de sœurs à peu près de leur âge pour leur permettre de connaître ainsi la différence de sexes, sans garder le souvenir d'avoir jamais eu à s'interroger sur ce point.
N'oublions pas que beaucoup de timidité, de complexes d'infériorité, ont pu naître d'interdits des éducateurs. L'enfant aura été trompé sur l'image de son corps, de celui des autres: il aura peur de lui et des autres. Sa sexualité future risque de manquer de cette impulsion essentielle, non seulement physique, mais aussi morale (la volonté), qui forge les virilités de "valeur" et non des virilités purement "intellectuelles, désincarnées".

Connaître sa chair, son corps, sa morphologie est aussi celle des autres, est indispensable à l'enfant. Comment, s'il n'en est pas ainsi, pourrait on obtenir de lui qu'il ait, dans l'existence, un culte élémentaire, sinon exclusif, de sa "forme", de sa musculature, culte qui fait partie de l'harmonie physique, image de l'harmonie de l'esprit ?

Cette éducation anatomique, biologique, du physique aura d'autant plus de chances de donner d'heureux résultats qu'elle sera instituée plus précocement. L'enfant ne sera pas l'étranger qui habite un corps méconnu, mais un ami qui aime et enrichit la maison qu'il habite.

Grâce à cette éducation logique, le travail d'éducation sexuelle proprement dit sera grandement facilité.

octobre 28th, 2012

Posted In: Histoire du naturisme, La pudeur

Étiquettes :

One Comment

On ne plaisante pas avec la nudité aux Etats-Unis. Une famille du New Jersey, a été contrainte de couvrir sa version sculptée dans la neige de la «Vénus de Milo» après qu’un voisin anonyme eut porté plainte auprès de la police, la jugeant indécente, a rapporté jeudi le New York Daily News.

Elisa Gonzales, une chroniqueuse judiciaire de 44 ans, et ses deux enfants de 21 et 12 ans, avaient profité des abondantes chutes de neige de la semaine dernière pour sculpter un nu de femme dans leur jardin. Inspirés par la célèbre statue grecque sans bras, ils avaient modelé un corps de femme nue aux formes arrondies, qui a provoqué l’ire d’un voisin.

Dans un appel anonyme à la police, ce dernier a rapporté qu’il y avait «une femme nue en neige» dans un jardin et s’est plaint du caractère selon lui licencieux de la sculpture. «Même le policier qui est venu à la maison ce week-end pour nous demander de la couvrir l’a appréciée», a dit Gonzales. Vénus a été habillée d’un haut de bikini vert et d’un pagne bleu noué sur la hanche.

(Source AFP)
http://www.liberation.fr/monde/0101622837-cachez-moi-ce-sein-que-je-ne-saurais-voir

mars 6th, 2010

Posted In: Etats Unis, La pudeur, Société

Étiquettes :

Leave a Comment

« Page précédente
css.php