Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Pour celles et ceux qui pensaient que les premières plages « nudistes » en ville étaient nées en Allemagne… Voilà de quoi nous amener à reconsidérer notre histoire :
En 1924, dans la toute jeune Union Soviétique, une organisation nommée « A bas la honte » a organisé de grandes marches citoyennes où les participants étaient nus, afin de s’opposer à la « moralité bourgeoise », mouvement dont le grand poète Vladimir Maïakovski est un ardent militant.Après la mort de Lénine, changement radical d’atmosphère : la monogamie est obligatoire, le sexe avant le mariage officiellement proscrit. Staline interdit l’avortement, l’adultère, l’homosexualité, la masturbation. Staline prit des mesures pour interdire le nudisme et la pornographie. Désormais, les corps doivent être au service du travail, du sport et de l’édification du communisme.

https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/11/29/tv-la-double-vie-petite-histoire-de-la-sexualite-en-urss_5222308_1655027.html


Nudistes radicaux et communautés libertaires1922, sur la place Centrale de Krasnodar (ville du sud de la Russie). Un orateur qui se trouve être aussi nu qu’un ver s’est pressé à la tribune. L’homme a pour seul apparat un ruban portant l’inscription « À bas la honte ». Il hurle avec force conviction à quelques passants interloqués : « Nous, Communards, n’avons pas besoin de vêtements qui couvrent la beauté du corps ! Nous sommes les enfants du soleil et de l’air ! ». Les Soviétiques découvrent le mouvement « A bas la honte ». Sa philosophie peut se résumer ainsi : les vêtements sont de caractère bourgeois puisque l’homme descend du singe. En effet, les animaux ne portent pas de vêtements. Donc les hommes ne devraient pas en porter non plus.Pour étayer leurs arguments, ces nudistes radicaux se réunissent régulièrement à travers le pays dans le plus simple appareil. A la tête du mouvement : Karl Radek, un proche de Lénine, qualifié par ses pairs « d’érotomane à l’apparence extrêmement répulsive », et qui organise au début des années 1920 des manifestations un peu partout en Russie. Ces réunions de prolétaires totalement nus sont perçues, dans l’historiographie soviétique, comme la suite logique de la déconstruction de la société bourgeoise. Alors que la religion est mise au ban, que l’homosexualité est dépénalisée ou encore que la masculinité est questionnée, le mouvement a pour but d’assurer l’égalité totale des sexes en débarrassant l’être humain du sentiment de honte à l’égard de sa propre nudité. Néanmoins, « A bas la honte » sera interdit par les autorités soviétiques en 1925 sous prétexte que les réunions troublent l’ordre public.

Une plage nudiste à Moscou dans les années 1920 (Photo DR)http://www.ladamedepique.ru/article/sexe-urss-aussi-simple-boire-verre-deau-13

L’attitude détendue à l’égard du nudisme a par ailleurs été l’une des caractéristiques de cette période : sur les berges de la Moskova, près de la cathédrale du Christ-Sauveur, une plage nudiste a vu le jour, une d’un genre dont les Européens de l’Ouest n’aurait alors pas même pu rêver. La société « À bas la Honte ! » mentionnée précédemment a organisé de nombreuses marches, dont l’une a réuni pas moins de 10 000 personnes. https://fr.rbth.com/histoire/80717-revolution-sexuelle-urss

1955 – mars avril – La vie au soleil – N° 40 – URSS

avril 6th, 2020

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Société

Leave a Comment

1933.08.29 – le petit marseillais

avril 2nd, 2020

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Politique

Leave a Comment

Par Bruno Saurez

Marc Roussel (1936 – 2018) vient du Club alpin français dont il est membre du Comité directeur depuis 1968, puis vice président de 1996 à 1997, président de 1997 à 2004 pour finir président d’honneur. 

Professionnellement, il était dans la maçonnerie (béton armé). Son père était conducteur de travaux et à la fin de la guerre, il a créé son entreprise. Au décès de celui-ci en 1958, sa mère prit la suite alors que ses deux sœurs étaient encore mineures. Après son service militaire (28 mois à ce moment-là), il a travaillé avec sa mère et ne s’est jamais arrêté jusqu’à sa retraite. Henri Imoucha, grand alpiniste du CAF et emblème intemporelle de l’escalade dans le massif des Calanques, a contacté en 1965 Marc Roussel quand il a su que ce dernier était dans le bâtiment, pour rénover le prieuré de la Sainte-Victoire. On peut dire qu’Henri Imoucha a été le fondateur des Amis de la Sainte-Victoire en 1955. Lié par une forte amitié, Marc accepte et rejoint l’association dont Antonin Lagier, de la Société d’électricité marseillaise, était président. Infatigable et passionné par son travail de rénovation, Marc se met sans délai à la difficile tâche que lui confie Henri Imoucha. En récompense officielle, il recevra en 1969 la médaille de bronze de la jeunesse et des sports pour son œuvre en tant que bénévole pour cette rénovation gigantesque.

L’ensemble du prieuré a été bâti au XVIIe siècle, succédant à un lieu de pèlerinage qui était déjà connu depuis le XIIIe siècle. Au XVIIesiècle, le site était en ruines et a été repris par l’abbé Aubert. Financé par un riche aixois, qui avait fait le vœu de consacrer sa vie à remercier Dieu pour l’avoir guéri d’une terrible maladie, il décide de le rebâtir et de l’agrandir. Malheureusement, l’ensemble des bâtiments est ensuite vandalisé à la Révolution. Les pèlerinages ont repris au XIXesiècle puis, petit à petit, l’ensemble est tombé en ruine car mal entretenu. Quand l’association s’est créée, c’était quasiment un champ de ruines. Le monastère et le bâtiment de l’accueil étaient par terre, seule la chapelle avait été sauvée, car elle servait d’étable pour un troupeau présent sur la montagne, mais les tuiles avaient disparu, il ne restait que la voûte. L’association a tout rebâti et assure la permanence et l’entretien ; actuellement elle compte huit cent adhérents. Le bâtiment du monastère est devenu un refuge gratuit pour randonneurs toute l’année. Marc Roussel fut le vice-président de 1970 à 2010 et président de 2010 à 2015, il a été président d’honneur jusqu’à son décès.

Vous en saurez plus sur l’implication de Marc Roussel dans le domaine du naturisme dans le livre en cours d’écriture.

mars 21st, 2020

Posted In: Culture

Leave a Comment

janvier 10th, 2020

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

décembre 30th, 2019

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Naturisme

One Comment

1954 juillet aout – La vie au soleil – N°36
Extrait du livre du Dr de Luna « L’abbé Urbain Legré, sa vie, son oeuvre d’éducateur », 1925

décembre 30th, 2019

Posted In: Culture, Histoire du naturisme

Leave a Comment

Texte de Bruno Saurez. J’avais écrit ce texte pour l’inclure dans mon livre sur l’histoire du naturisme de la région marseillaise dans le but de présenter le Frioul que les naturistes ont découvert en 1930 avec l’accord de la Mairie de l’époque.

Avant les naturistes, on voit bien les vitres du Lazaret

A quelques encablures du Vieux-Port, en plein cœur de la rade de Marseille, les îles d’If, Ratonneau, Pomègues et Tiboulen forment l’archipel du Frioul. 

A l’image des Calanques, ces îles ont un relief accidenté, les falaises abruptes succèdent aux nombreuses criques isolées. En dehors de quelques pêcheurs, des élus et des militaires, aucun Marseillais ne connaissait ces îles. Et pour cause, elles étaient réservées à la Marine. Un lieu pour les mises en quarantaine depuis le XVIIesiècle. Dans l’imaginaire collectif, ces îles agissaient comme un rempart pour protéger la ville.

« Une grande ville ne peut se passer de grands monuments » (Robert Penchaud)

A l’origine, Ratonneau et Pomègues étaient séparées et formaient un passage étroit ; le nom donné à l’endroit en provient directement, puisque Frioul vient du Provençal « frièu », du latin « fretum », signifiant « la passe, le détroit ». La fièvre jaune apparaît en 1821 à Barcelone faisant 20.000 morts, le port de Pomègues est jugé insuffisant pour y accueillir d’autres bateaux en quarantaine. En 1824, une digue est construite et rattache les deux îles. On lui donnera le nom de « digue de Berry », en hommage au duc de Berry, fils de Charles X assassiné en 1820. Cela forme un port immense pour l’époque, le port Dieudonné. En même temps, ils décident, pour compléter ces dispositions sanitaires, de créer un hôpital sur le plateau de Croix à Ratonneau. Il a l’avantage d’être isolé et proche de ce nouveau port d’accueil. Ce sera l’hôpital Caroline (nommé d’après Marie-Caroline de Bourbon-Siciles, épouse du duc de Berry). Achevé quatre ans plus tard, il est inauguré le 3 juillet 1828. C’est un ensemble de bâtiments résumant mille ans d’urbanisme, sous la direction de l’architecte Michel Robert Penchaud (1772-1833). [BS1] Ce sera un des sites provençaux les plus exposés aux vents dominants ; il sera surnommé « l’hôpital des vents ». 

Aucune thérapie n’était alors connue pour traiter la fièvre jaune. Cette épidémie qui se propageait par l’air vicié des embarcations avait besoin d’un isolement ventilé pour être éradiqué. De ce fait, l’hôpital fut disposé perpendiculairement au mistral, les allées étant ainsi continuellement balayées par les vents. Un ingénieux circuit de ventilation fut créé pour que l’air se renouvelle dans les bâtiments et que les miasmes ne stagnent pas. C’est ainsi avec les éléments naturels, fournis par le lieu lui-même, que les autorités pensaient combattre ce fléau qui risquait de porter un préjudice immense à l’économie locale. Mais les responsables sanitaires tournent le dos au site, il est jugé trop austère. D’autres épidémies contagieuses arrivent comme le choléra-morbus dont les premiers cas sont détectés à Marseille en 1834. De 1837 à 1841, l’hôpital est récupéré par l’armée pour traiter les cas litigieux. Sous Napoléon III, il sera agrandi, car le lazaret continental d’Arenc y sera transféré pour agrandir la ville. Le complexe d’isolement de ce « lazaret des îles » devient le plus moderne et le plus vaste de Méditerranée. L’hôpital Caroline est placé juste en dessous du fort de Ratonneau, construit sous Henri IV ; le quartier est donc sous surveillance permanente, garantissant que l’épidémie ne se propage pas avec des évasions de marins. C’est un ensemble unique qui respecte les contraintes imposées par le ministère de la Santé. Dans les deux bâtiments pavillonnaires, les allées se divisent et imposent des circuits pour que les passagers en quarantaine ne croisent ni les malades, ni les convalescents, tandis que ceux qui sont en charge des provisions ne croisent personne d’autre que les gardiens et les infirmiers. Ils sont ainsi tous séparés de manière transversale. Les bâtiments de l’hôpital sont organisés en croix, tous indépendants les uns des autres, divisant ainsi les épidémies. Seul le bâtiment des fonctionnaires possède une entrée sécurisée pour accéder à l’enceinte de l’hôpital. En face de la chapelle, une capitainerie se charge de la surveillance des deux pavillons des malades.

De 1856 à 1892, il est réduit à sa fonction d’hôpital et de centre d’isolement. En 1902, des épidémies de typhus exanthématique surviennent et rendent ainsi tout son intérêt sanitaire à ces lazarets. Vingt ans plus tard, le service de la Santé maritime de Marseille est placé sous l’autorité d’un Directeur de la Santé publique. On compte une cinquantaine d’agents répartis sur quatre sites (le Vieux-Port, la Joliette, Arenc et l’hôpital Caroline). Le site du Frioul est réhabilité en 1923 par l’administration et rebaptisé « hôpital Proust » (en l’honneur du Docteur Proust, père de l’écrivain),  puis rendu à la marine nationale en 1928, qui s’installe au pavillon Hoche.


[1]      Michel-Robert Penchaud :
Ce grand architecte réalisera également en 1825 l’Arc de Triomphe, appelé la porte d’Aix, puis quasiment en même temps, il bâtira en quatorze mois le temple protestant de la rue Grignan. Ces trois réalisations lui valurent une renommée nationale. Les années suivantes, on lui demanda de construire le palais de justice d’Aix-en-Provence, toujours dans un style néo-classique démontrant force et droiture.


octobre 19th, 2019

Posted In: Culture, Histoire du naturisme

Leave a Comment

1935.11.15 _ Naturisme – n°361 – La vallée du nu

octobre 3rd, 2019

Posted In: Culture, Histoire du naturisme

Leave a Comment

1933.08.11 – le petit marseillais

1932_10_17_Le_Populaire – la marche au soleil

juillet 5th, 2019

Posted In: Allemagne, Art et nudité, Culture, Histoire du naturisme

Leave a Comment

Les espérantistes et l’ANP

Connaissez-vous l’Esperanto ? L’Espéranto est la langue universelle crée il y a un peu plus d’un siècle par le Dr. Zamenhof pour être la langue auxiliaire de tous. L’objectif de l’Esperanto est d’aller vers la paix entre les peuples en proposant une langue universelle équitable, facile à apprendre pour la compréhension de tous.

Les valeurs de l’Espéranto et du naturisme se rejoignent tout à fait ! Dans l’un comme dans l’autre, on considère que le respect des autres est essentiel. Le naturisme passe par la nudité pour recréer le lien entre l’homme et la nature, l’Espéranto passe par la langue internationale pour fortifier le lien entre les hommes. 

Le monde de l’Espéranto est riche d’associations. En particulier, INOE (Internacia Naturista Organizo Esperantista – Association Naturiste Espérantiste Internationale) se donne pour vocation de fédérer les naturistes espérantistes et de faire la promotion du naturisme et de l’Esperanto. 

L’ANP est l’association naturiste qui compte le plus d’Espérantistes de par le monde et Esperanto Provence est la fédération régionale espérantiste qui compte le plus grand nombre de naturistes. Sans doute une part de responsabilité vient de quelques espérantistes naturistes avides de faire partager leurs bonheurs à leurs amis … 

Depuis peu, l’ANP et Esperanto Provence ont un nouveau record: plusieurs administrateurs d’INOE (Internacia Naturista Organizo Esperantista – Association Naturiste Espérantiste Internationale) en sont membres: Rosy Inaudi est secrétaire de l’association et Thierry Spanjy en est le président. 

Le naturisme et l’Espéranto gagnent toujours plus de reconnaissance : lors du gala de natation d’INF-FNI en octobre prochain à Paris, les espérantistes seront pour la première fois représentés au même niveau qu’une nation. L’équipe internationale Esperanto vont être en compétition avec les français, les allemands, etc…. 

Plus d’informations sont disponibles en Esperanto (et un peu en français) sur le site d’INOE : 

https://www.esperanto-naturismo.orget sur la page Facebook : https://www.facebook.com/pg/Internacia-Naturista-Organizo-Esperantista-1824678637805664/about/?ref=page_internal


Esperantistoj kaj ANP

Ĉu vi konas Esperanton? Esperanto esta sla internacia ligvo kreita antaŭ iom pli ol unu jarcento de la Doktoro Zamehof por esti la helpa lingvo por ĉiuj. La celo de Espranto estas progresi al paco inter lapopoloj propoannte universalan kaj justan lingvon, kiu estas facile lernebla por ke ĉiuj komprenu.

La valoroj de Esperanto kaj naturismo tute kunigas! En ambaŭ, respekto al aliaj estas konsiderata esenca. Naturismo uzas nudecon por rekrei la ligon inter homoj kaj naturo, Esperanto uzas la internacian lingvon por plifortigi la ligojn inter homoj.

La mondo de Esperanto estas riĉa je asocioj. Specife, INOE (Internacia Naturista Organizo Esperantista) celas kunigi Esperantajn naturistojn kaj antaŭenigi naturismon kaj Esperanton.

ANP estas la naturisma asocio kun la plaj grado kvanto de esperantistoj en la mondo kaj Esperanto-Provenco estas la Esperanta regiona federacio kun la plej granda nombro de naturistoj. Sendube parto de la respondeco venas de iuj naturismaj esperantistoj kiuj volis dividi sian feliĉon kun siaj amikoj …

Lastatempe, la ANP kaj Esperanto-Provence havas novan rekordon: pluraj INOE-estraranoj (Internacia Naturista Organizo Esperantista) estas membroj: Rosy Inaudi estas sekretarino de la asocio kaj Thierry Spanjy estas la prezidanto.

Naturismo kaj Esperanto ĉiam ricevas plian agnoskon: dum la venanta naĝkonkurso organizita de INF-FNI en Oktubro en Parizo, esperantistoj estos unuafoje agnozkita samnivele ol nacioj. La Esperanto internacia teamo konkursos kontraŭ la francoj, la germanoj, ktp. 

Pli da informoj disponeblas esperante (kaj iom france) sur la retejo de INOE : 

https://www.esperanto-naturismo.orgkaj sur ĝia Fejsbuka paĝo: https://www.facebook.com/pg/Internacia-Naturista-Organizo-Esperantista-1824678637805664/about/?ref=page_internal

mai 5th, 2019

Posted In: Association Naturiste Phocéenne, Culture, Naturisme

Leave a Comment

Page suivante »
css.php