Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170503.OBS8849/zone-naturiste-a-paris-faux-culs-contre-culs-a-l-air.html

Zone naturiste à Paris : faux-culs contre culs à l’air

Zone naturiste à Paris : faux-culs contre culs à l’air
Pendant le «Festival du corps et de la liberté» le 21 août 2015 à Biel, en Suisse occidentale. AF (FABRICE COFFRINI/AFP)

L’espace naturiste, qui devait voir le jour cet été, ouvrira, au mieux, au printemps 2018. S’appuyant sur des arguments soi-disant sociaux, la question du nudisme urbain crispe, pointe le sociologue Christophe Colera.

Cet été, si vous avez envie de vous dorer nu comme un ver au soleil, ne venez pas à Paris : l’espace naturiste gratuit qui, après un vote du Conseil de Paris de septembre 2016, devait voir le jour à l’été 2017 au bois de Vincennes, restera dans les cartons pour un petit moment.  Au sein du groupe écolo de la capitale, qui avait porté cette résolution, on le regrette :

« L’exécutif parisien nous avait promis une ouverture fin mai-début juin, Mais les semaines passent, et on ne voit rien venir. On sent bien que ce n’est pas une priorité à l’agenda. »

Un simple coup de fil au service de presse de la Ville de Paris confirme que la ville n’est pas pressée d’agir :

« Ce ne sera clairement pas possible cet été. L’ouverture est reportée au maximum à l’été 2018, donc peut-être avant, au printemps de l’année prochaine. »

Pourtant, ouvrir une zone dont la seule particularité d’accueillir des gens se promenant tous nus ne réclame pas d’investissements lourds. Mais la question est sans doute ailleurs. Il faut se souvenir des réactions négatives qu’avait suscitées l’annonce de ce chantier en septembre 2016. N’auraient-ils pas un peu refroidi la Mairie de Paris ?

Premier argument, lu dans la presse conservatrice et sur certains forums de discussion : les écologistes parisiens n’avaient rien de mieux à faire que de défendre ce chantier  » futile « , « superflu « , « pas prioritaire ». Une vision résumée par l’humoriste Fabrice Eboué dans une lettre ouverte à « Annie Dalgo ».

« Serait-il possible de trouver une place en crèche pour mon fils, nous galérons depuis deux ans ? Je sais que vous êtes très occupée avec votre nouveau projet de parcs nudistes à Paris, mais comprenez au combien je préférerais que mon enfant croise une puéricultrice avant un pénis. »

La vanne est réussie, mais surfe sur idée bizarre, selon laquelle une majorité municipale n’aurait le droit se préoccuper des questions estivales qu’après avoir épuisé toutes celles du logement, de la précarité, des crèches ou de la voirie.

Un cadeau aux bobos ?

Plus intéressant encore, la polémique sur le camp de nudistes avait ricoché sur une autre : celle de la piétonisation des voies sur berges parisiennes – voir par exemple cet article du « Figaro » sur la zone naturiste, commençant par les mots : « En marge du débat sur la piétonisation des voies sur berges », alors que ce dossier n’a, en soi, aucun rapport. Aucun ? Eh bien justement si, dans l’esprit des « anti ».

La piétonisation avait fait hurler, outre les associations d’automobilistes, la droite parisienne sur le mode : on exclut de l’espace parisien les automobilistes, donc les banlieusards, donc les pauvres. Tout naturellement, l’espace naturiste du bois de Vincennes fait donc figure de « cadeau » fait aux bobos contre la France des « vraies gens », ceux « qui se lèvent tôt » et ont bien d’autres soucis en tête que de s’exhiber en tenue d’Adam.

« C’est en effet une idée très ancrée que par le naturisme urbain, on privilégie indûment certains ‘bobos’. Cette idée n’est pas française, on la trouve partout en Europe chez certains mouvements populistes et conservateurs, confirme Christophe Colera sociologue et auteur de « la Nudité, pratiques et significations » (éditions du Cygne). Par exemple en Espagne, le mouvement HazteOir [proche des catholiques réacs, NDLR] lutte par des pétitions contre toute tentative d’étendre les zones naturistes. En Angleterre aussi, on parle de ‘mesures de protection des familles’. »

De fait, pointe le chercheur, ce constat semble s’appuyer sur une réalité statistique :

« Il n’existe pas de chiffres sur la composition sociale des 2 millions de naturistes qui pratiquent dans les camps en France. Mais ils sont perçus, y compris par les naturistes eux-mêmes, comme appartenant  aux catégories socio-professionnelles supérieures, notamment aux enseignants. »

Et en réalité ? « Un sondage indique que 32% des femmes chez artisans-commerçants ont déjà été sur une plage naturiste, 23 % des professions libérales et supérieures pour seulement 8 chez les ouvriers », souligne Christophe Colera. La corrélation catégories sociales supérieures/naturisme n’est donc pas entièrement démontrée.

Cela n’empêche pas l’idée, très puritaine, d’une décadence de certains « groupes » qui se pavaneraient avec impudeur quand la France souffre. De même que la lutte contre la pornographie se fait souvent au nom de la défense des enfants, tout cela est maquillé en défense des « petites gens ». Voir les élucubrations d’un chroniqueur d’extrême-droite de Radio Libertés lequel, naturellement affirme n’avoir rien contre la nudité, mais vitupère contre le projet de zone pour des motifs apparemment très sociaux :

« Oui, ce projet de camp naturiste est indécent. Indécent pour cette mamie de 90 ans mal-logée et qui attend depuis vingt ans que son dossier passe entre deux familles immigrées.
Indécent pour Jean-Paul à la rue depuis huit ans, sans famille ni ressources et qui préférerait mettre un toit sur sa tête plutôt que de se balader à poil.
Indécent pour ces banlieusards à qui Vinci extorque sans vergogne 5 euros de l’heure au moins le droit de poser leur voiture. »

Revolver nazi…

De l’autre bord politique, mais dans le même ordre d’idées, le chroniqueur Bruno Roger-Petit (ancien collaborateur du site de « L’Obs ») enfonce le clou dans un édito anti-zone naturiste, opposant lui aussi le « sociétal » au « social ». :

« Le bonheur est une idée obligatoire à Paris. Et tant pis pour la vraie vie des vraies gens (…) Paris et son camp naturiste, Paris sociétal, mais Paris antisocial, au point que la mairie, critiquée, en perd son sang-froid. Mais chut! Dès que l’on parle social, la mairie de Paris sort son revolver. »

Rappelons que le fameux « revolver » fait référence à une phrase de Hanns Johst, dramaturge pro-nazi sous le Troisième Reich. Le culs à l’air font sans doute tourner excessivement les têtes…

Arnaud Gonzague

juin 25th, 2017

Posted In: La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

Danemark – L’Agence Nature du Danemark communique :
« Les promeneurs nus sans comportement obscène ne sont pas illégaux, de même que la natation nue ou un bain de soleil sans vêtement ne peut pas être considéré comme un comportement indécent »…

Skovens gæster må gerne være nøgne, men de skal opføre sig anstændigt

Traduction Google

L’Agence Nature donne des règles claires sur la nudité (et pour tout comportement sexuel) dans la nature. Les danois Naturistes sont satisfaits de l’annonce qui confirme qu’il est parfaitement légal de se déplacer nu dans les bois.
 » Vous ne devez pas avoir un comportement obscène ou offensant qui pourrait gêner les autres ou susciter l’indignation du public. Ceci est applicable partout, mais aussi si vous êtes sur des terres publiques ou dans des zones naturelles privées accessibles au public en pleine nature.
La nudité dans la nature n’est généralement pas illégal en soi. Le ministère de la Justice l’avait déjà déclaré en 1976. Depuis lors, il a été légalement établi que par exemple la natation ou les bains de soleil nu sans vêtements ne peut pas être considéré comme un comportement indécent. Il est donc inutile de protester contre des naturistes. Et vous ne devez pas importuner ou harceler les promeneurs forestiers nus, par exemple.  »
 

 

avril 28th, 2017

Posted In: La loi et le naturisme

9 Comments

Extrait du Canard Enchainé – Aout 2016

scan20590 scan20591

 

 

novembre 26th, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, La pudeur, Liberté, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

Ceci est un exemple concret qui démontre que la population est prête à accepter la nudité des autres. Nous sommes très loin des gens qui menacent le délit d’exhibitionnisme sexuel dans un lieu accessible au regard du public.

Voire est même prête à franchir le pas, y compris des jeunes !

septembre 17th, 2016

Posted In: Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Société

Leave a Comment

 

fete-de-l-humanite-2016_5666919

Pour la première fois, les naturistes étaient présents à la Fête de l’Humanité, au parc de la Courneuve, ce week-end. Après trois jours, le bilan est très positif pour ceux qui sont venus « défendre le droit d’être nu ».

« Fiers de notre humaNUté », ce sont les mots affichés au dessus du stand de la fédération françaises du naturisme (FFN) et de l’association pour la promotion du Naturisme en Liberté (APNEL). Pour la première fois, la fédération et l’association qui défendent et promeuvent les droits des nudistes étaient présentes à la Fête de l’Humanité, au parc de la Courneuve.

Le déclic? « Sur l’affiche, un couple est allongé nu. Nous avons monté notre dossier de candidature sur cet argument », explique ce dimanche à L’Express, Yves Leclerc, le vice-président de la fédération française de naturisme. Débats, expositions et ateliers participatifs étaient organisés tout au long de ces trois jours pour faire connaître « la protection d’une liberté fondamentale (…) celle d’être nu », rappelle le communiqué diffusé par la FFN. « Notre volonté est de défendre le droit d’être nu », détaille le vice-président de la fédération française de naturisme.

tweet-pcf

Un bilan très positif pour cette première participation

« C’était grandiose, c’était fabuleux », s’extasie Yves Leclerc auprès de L’Express. Celui qui, de ses propres mots « n’avait jamais mis les pieds à la fête de l’Huma » est conquis par « l’accueil du public » qu’il qualifie d' »extraordinaire ».

Bien placé, juste à côté de la grande scène, le stand des naturistes a remporté un franc succès auprès des visiteurs. « On n’a laissé personne indifférent », se réjouit Yves Leclerc. « Certains venaient spontanément, puis se déshabillaient pour faire de la peinture sur corps et restaient pour discuter avec nous », relate-t-il. « Nous redéposerons une candidature pour la prochaine édition », annonce-t-il.

Une édition de la fête de l’humanité qui ponctue un été marqué par les débats sur le burkini. « Aujourd’hui, plus fort que jamais, nous serons avec ceux qui disent ‘non’, avec ceux qui oeuvrent pour le bien-vivre ensemble », fait savoir Sylvie Fasol, présidente de l’APNEL, dans un communiqué. Une vision défendue par Yves Leclerc qui confie à L’Express: « Chacun est libre de juger ce qui est bon pour lui-même. »

En France, deux millions de Français pratiquent le naturisme chaque année, selon la FFN. Un mode de vie qui séduit de plus car entre 2014 et 2015 l’organe national de représentation du naturisme en France fait savoir qu’il a enregistré une augmentation du nombre d’adhérents spontanés de 40%.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/nus-a-la-fete-de-l-humanite-on-n-a-laisse-personne-indifferent_1829381.html

 

septembre 16th, 2016

Posted In: Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Naturisme en liberté, Politique

Leave a Comment

http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/2016/09/retour-du-stand-des-nudistes-de-la-fete.html
Quelle aventure ! C’était fou ! Pas facile facile, parfois même éreintant, mais aucun regret, au contraire : le sentiment commun que les choses devaient se faire ainsi a été partagé par beaucoup d’entre nous…
Tout a commencé sur un clin d’œil, une blague presque : l’affiche de l’édition 2016 reproduisant dans son patchwork un homme et une femme nus se reposant nus dans l’herbe:
Les copains de l’APNEL ont sauté sur l’occasion et ont proposé d’incarner cette belle image en y implantant un stand naturiste… et la demande a été accepté !

Ils m’ont proposé de participer à ma manière en animant un atelier de body-painting et en participant aux débats… je ne pouvais bien évidement pas dire non !

Et de fil en aiguille nous voilà jusqu’à neuf clampins tous nus à susciter tantôt d’interrogation, tantôt l’enthousiasme (et accessoirement un petit buzz médiatique), comme un chien dans un jeu de quilles au départ… mais qui finit par ne plus en renverser une seule et au contraire se lier d’affection avec elles…
Voici mon petit compte-rendu subjectif de cette surréaliste mais Ô combien enrichissante aventure…

(suite…)

septembre 15th, 2016

Posted In: Culture, Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

https://decidim.barcelona/proposals/no-volem-platges-guetos-per-discriminar-ningu-per-rao-de-sexe-raca-o-conviccio-com-passa-amb-la-nudista-de-la-mar-bella

No volem platges (guetos) per discriminar ningú per raó de sexe, raça o convicció, com passa amb la « nudista » de la Mar Bella.

S’està estudiant la viabilitat d’aquesta proposta i la possible inclusió al Pla Municipal 2016-2019. Al llarg de les pròximes setmanes aquesta proposta rebrà una resposta de l’Ajuntament de Barcelona. Recorda que pots participar en els debats d’avaluació del procés participatiu del Pla Municipal.

N • nudactivitat • BCN-2016-04-10344 • 09/04/2016 •  Sense comentaris • 

L’associació ADDAN proposa que desaparegui la platja « nudista », perquè és una discriminació que prohibeix de mantenir la nuesa a la resta del litoral. La nuesa és l’estat natural de les persones, ni una acció ni una conducta. Allò que realment és un acte o una conducta és cobrir el cos. Com a Mataró volem totes les platges realment lliures.

« Nous ne voulons pas des plages ghettos par discrimination contre quiconque en raison de son sexe, de  sa race ou de ses croyancesL’association ADDAN propose que disparaisse la plage « nudista » parce que c’est une discrimination qui interdit de maintenir la nudité sur le reste de la côte. La nudité est l’état naturel de la population, et non pas une action ou un comportement. Alors que c’est vraiment un acte ou uncomportement de couvrir son corps. Comme à Mataro, nous voulons toutes les plages vraiment libres. »


  100_9474-w 100_9477-w 100_9497-w 100_9499-w

mai 31st, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, Naturisme, Naturisme en liberté, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

MADRID – Les nudistes ont perdu une bataille judiciaire de sept ans concernant l’accès aux plages d’une populaire destination touristique du sud-ouest de l’Espagne.

La Cour suprême espagnole a rejeté, vendredi, un appel présenté par la Fédération espagnole du naturisme contre une loi de l’administration de la municipalité de Cadix interdisant la pratique du nudisme sur les plages à l’intérieur des limites de la ville historique.

La Fédération soutenait que le naturisme devait être considéré comme un droit fondamental en vertu de la liberté d’opinion et de croyance garantie par la Constitution de l’Espagne.

Le tribunal n’a pas retenu cet argument, affirmant dans son jugement que les autorités municipales avaient le pouvoir de gérer de manière appropriée l’utilisation de ses services, équipements, infrastructures, installations et espaces publics.

Il a ajouté que la Fédération n’avait pas réussi à prouver que le nudisme était, à l’heure actuelle, une pratique acceptable aux yeux de la majorité des personnes qui fréquentent les plages.

La décision s’applique seulement aux plages bordant la ville. Les nudistes ont la permission d’utiliser celles se trouvant à l’extérieur des limites de la municipalité.

La Fédération a accusé le conseil municipal de Cadix de compromettre le progrès social effectué par l’Espagne au cours des dernières années en autorisant les forces de l’ordre à donner jusqu’à 750 eur

mai 24th, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, Naturisme

One Comment

http://www.demotivateur.fr/article-buzz/dans-17-pays-du-monde-il-est-plus-dangereux-de-montrer-ses-seins-que-de-porter-une-arme–4090

L’une des premières choses que l’on voit lorsque l’on vient au monde ? Les seins !

Les nichons, les nénés, les pare-chocs, les roberts, les lolos, les « BOOBS » quoi ! Et l’on en passe… Ceux de notre mère. Mis à part cet épisode laiteux et maternel, on arrive tous un jour à un âge où, qu’on soit homme ou femme, c’est beau de contempler une poitrine féminine.

Mais dans de nombreux pays, ce n’est pas le cas. Chez eux, il est en effet plus beau de contempler une arme à feu que le galbe d’un sein… En effet, il est autorisé de porter une arme sur soi dans les lieux publics alors qu’en même temps, les femmes encourent des sanctions (plus ou moins lourdes) si elles montrent leur poitrine.

Une hypocrisie que Shreena Patel, chercheuse et directrice du site cliniccompare, a mise en évidence dans un petit tableau comparatif très intéressant :

Free niples

« J’étais intriguée par la négativité et le dédain qui entouraient le mouvement « Free the nipple ». Il semblait qu’être seins nus soit des plus offensants et mortellement blessant. »
new-york-seins-nus-activist-karen-heaven-is-followed-by-photographers-as-she-marches-in-a-rally-to-protest-for-the-right-of-women-to-go-topless-anywhere-a-man-is-able-to-in-new
Sans aucun doute, les partisans de la campagne « Free the nipple » feront une syncope en voyant cet article. Signifiant littéralement en français « Libérer le téton », ce mouvement (lancé il y a presque quatre ans) prenait son envol sur Facebook et Twitter, dans les rues de New York, en Islande, dans les concerts des artistes Soko ou Miley Cyrus, ou encore sur l’Instagram de la top-modèle Cara Delevingne.

New York – seins-nus-activist-karen-heaven-is-followed-by-photographers-as-she-marches-in-a-rally-to-protest-for-the-right-of-women-to-go-topless-anywhere-a-man-is-able-to-in-new

 

 
La question était simple et pourtant elle reste toujours sans réponse : pourquoi les hommes peuvent se balader à peu près partout torse nu sans choquer, et non les femmes ? Le téton d’une femme serait-il si différent ? Véhicule-t-il une symbolique sexuelle et maternelle si forte ?

Parce qu’il ne faut pas regarder que chez les voisins. Des avancées sont peut-être encore à faire dans nos pays, nos villes et nos villages occidentaux.

Par exemple, actuellement, dans encore trois États américains (l’Indiana, l’Utah et le Tennessee) il est complètement interdit aux femmes de faire du topless, même sur une plage. Alors que dans 13 autres États américains, les termes des lois sont relativement flous… Sur un second plan, faut-il rappeler la législation sur les armes à feu aux États-Unis ? On la qualifiera de « libérale ».

À titre d’information, en matière de « téton libre » dans notre belle France, la loi fixe le cadre général dans l’article 222-32 du Code pénal. Selon cet article, « l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public » est passible d’une peine d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. Un délit qui a remplacé l’ « outrage à la pudeur ». Or, en n’énonçant pas la liste des parties du corps à dissimuler, le texte ne dit à aucun moment que montrer ses seins dans l’espace public constitue une infraction. Théoriquement, il n’y a donc rien d’illégal à le faire ! L’appréciation semble en fait se faire au cas par cas. Tout est question d’interprétation et laissé à l’appréciation du procureur et du juge…

 

2Bref… pendant ce temps (selon l’American Psychiatric Association) l’enfant américain moyen aura été témoin à 18 ans de 40 000 meurtres et de 200 000 actes violents via le cinéma, la télévision et les jeux vidéo. Grosso modo, on imagine que ces statistiques s’appliquent plus ou moins fidèlement à la France et à l’Europe.

décembre 13th, 2015

Posted In: La loi et le naturisme, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

Droit et naturisme

http://naturismedroit.net/droit-penal/51-nouvelle-relaxe-dans-un-proces-pour-nudite-vers-une-decrispation-des-juridictions

NOUVELLE RELAXE DANS UN PROCÉS POUR NUDITÉ : VERS UNE DÉCRISPATION DES JURIDICTIONS ?

Les faits se déroulent en Franche-Comté, à Audincourt, près de Montbéliard. Une dame a porté plainte, arguant de nuisances provoquées par l’un de ses voisins qui s’est selon elle, exposé nu sur son balcon, et ce à plusieurs reprises. Il assortirait, qui plus est cette nudité d’injures sous forme d’incitations ironiques à admirer son anatomie.

Le 17 juin 2013, elle porte plainte. Cette plainte n’a dû captiver, ni les policiers ni le parquet, car notre homme a été entendu en février 2015, soit plus d’un an et demi après le dépôt de la plainte !! Il est vrai qu’il n’a pas répondu aux différentes convocations. On est donc venu le chercher. Il était au demeurant ivre.

Il explique alors qu’il n’était pas nu, mais portait un short jaune et que son balcon était à 150 mètres du domicile de la plaignante.

Mais en même temps il reconnait déambuler chez lui et sur son balcon dans son costume de naissance. « Je suis chez moi, je fais ce que je veux » dit-il lors de son procès-verbal d’audition.

Finalement il est convoqué devant le Tribunal correctionnel… où il ne se présente pas.

La plaignante elle était présente. Elle ne sollicite pas de dommages-intérêts, et demande juste que les « nuisances » cessent.

Elle argue également que d’autres voisins sont en quelque sorte « victimes » des mêmes « nuisances ». Ceux-ci en tout cas n’ont pas porté plainte. Ils ont fait « avec » !!

Et là, ce qui apparaît surprenant, mais qui peut survenir de temps en temps, le Procureur de la République, dans son réquisitoire, dit n’avoir aucun doute sur la sincérité des dires de la plaignante mais demande la relaxe, estimant « qu’il n’y a pas suffisamment d’éléments dans le dossier pour asseoir la culpabilité de l’intéressé. »

Le Tribunal, a suivi et relaxé le prévenu.

Il convient tout d’abord de rappeler que les poursuites en matière de nudité sur la base de l’article 222-32 du Code pénal :

« L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende.

Cet article a fait l’objet de controverse dans le milieu du naturisme, car le caractère vague de sa rédaction a entraîné pendant longtemps une interprétation « maximaliste » de la part des juridictions pénales et des condamnations, certes la plupart du temps modérées, mais des condamnations malgré tout.

C’est ainsi que l’APNEL, (association pour la promotion du naturisme en liberté) milite pour une refonte complète de cet article, ainsi de l’ensemble du droit applicable en matière de nudité.

L’état du droit semblait figé. Puis des décisions ont commencé à être rendues par certaines juridictions correctionnelles, en premier instance ou en appel, qui sans revêtir un caractère « révolutionnaire » étaient significatives d’une interprétation quelque peu plus restrictive de l’article 222-32.

Ces décisions de justice prenaient notamment en compte l’absence d’élément intentionnel au titre de l’article 121-3 du Code pénal 1er alinéa :

« Il n’y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre. »

C’est ainsi que :

  • par arrêt en date du 15 novembre 2010, la Cour d’appel de Rennes a relevé que, s’agissant d’un prévenu ayant plusieurs fois remonté sa serviette sur le bord d’une piscine : « … s’il est établi que le prévenu a soulevé plusieurs fois sa serviette, un doute subsiste sur sa volonté d’imposer à la vue d’autrui les parties intimes qui ont été ainsi découvertes; qu’en effet, l’explication selon laquelle sa serviette aurait été mouillée par l’eau de la piscine, précision que ni la partie civile, ni le témoin contacté au téléphone par les enquêteurs n’ont contredite, et qu’il aurait ensuite maladroitement remontée ne peut être écartée en l’état des éléments du dossier; qu’il y a lieu d’observer l’absence de gestes obscènes ou évocateurs d’une volonté de choquer délibérément, étant précisé que l’enquête n’a pas mis en évidence l’existence de précédents incidents de cette nature que le prévenu aurait provoqués; »
  • et par arrêt en date du 26 mai 2011, la Cour d’appel de Nîmes, a relevé que, s’agissant d’un prévenu ayant fait l’objet d’un contrôle routier alors qu’il était nu dans sa voiture« Lors du contrôle routier du prévenu à 23h35, les policiers ont constaté qu’il était complètement nu dans son véhicule. Cependant, c’est à tort que les premiers juges ont considéré que les éléments matériel et moral de l’infraction d’exhibition sexuelle étaient caractérisés. En effet, non seulement le prévenu regagnait son domicile à une heure tardive sur une route peu fréquentée mais il démontre qu’il a des problèmes de métabolisme le poussant à se déshabiller car il a chaud en permanence. Les circonstances de commission des faits ne démontrent donc aucune volonté délibérée de froisser la pudeur publique, ni aucune conscience d’imposer sa nudité au public, le contrôle inopiné dont il a fait l’objet n’étant pas prévisible. ».

Il s’agissait plus d’une évolution lente que d’une révolution, mais auparavant le seul fait d’être nu et d’être susceptible d’être vu suffisait à entraîner la condamnation.

 

Une étape a été franchie avec un jugement du Tribunal correctionnel de Périgueux qui a relaxé un randonneur naturiste soutenu par l’APNEL en s’appuyant notamment sur l’absence d’élément intentionnel.

 

Quelles conclusions pouvons-nous tirer de la relaxe prononcée par le Tribunal correctionnel de Montbéliard ? Essentiellement trois :

  • le prévenu lors de son audition, a précisé avoir porté un short jaune. Aucun élément ne semble le contredire, excepté lui-même, ayant admis en même temps déambuler nu chez lui et sur son balcon. Les faits semblent donc reconnus. De plus les injures et les provocations salaces à « regarder » les parties génitales auraient pu, si elles avaient été établies, pour certaines juridictions, caractériser l’infraction d’exhibition sexuelle. Simplement, elles ne l’étaient pas. Mais s’il y avait eu vidéo ou enregistrement, comme c’est le cas de plus en plus souvent, par « smartphone », la solution aurait-elle été la même. C’est une question qu’il convient de se poser.
  • Il a tout fait pour mettre les juridictions « contre lui » : il ne s’est rendu ni aux convocations de la gendarmerie, ni à l’audience correctionnelle. Il a donc couru un « risque judiciaire ». Disons-le : il FAUT se rendre aux convocations, ne serait-ce que pour donner sa version et s’expliquer. Dans ces conditions, nous nous devons de saluer le représentant du ministère public et le magistrat ayant prononcé la relaxe. Ils ont gardé la « tête froide » et n’ont jugé que sur les éléments ou l’absence d’éléments du dossier en faisant abstraction de toute susceptibilité. Cela n’arrive pas si souvent !!!
  • Encore une fois, le parquet poursuit, puis demande la relaxe à l’audience. C’était déjà le cas pour le randonneur naturiste au Tribunal correctionnel de Périgueux où il avait été proposé de plus une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. On comprend que ce ne sont pas les mêmes personnes qui ont décidé des poursuites et été à l’audience. Il n’empêche qu’un peu de cohérence ne pourrait être que bénéfique.

décembre 13th, 2015

Posted In: La loi et le naturisme, Naturisme

Leave a Comment

Page suivante »
css.php