Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

IUT! – été 2015

Article en hollandais

Scan20597 Scan20598 Scan20606 Scan20611 Scan20612

mars 21st, 2016

Posted In: Naturisme en liberté

Leave a Comment

L’article dans Le Parisien

A Villeneuve-sur-Auvers, les naturistes ne sont plus interdits de promenade

Le Parisien | 30 Juin 2015, 17h08

Après une longue mobilisation, ils ne sont plus interdits de promenade sur ce site qu’ils aiment fréquenter dans le plus simple appareil. Les adhérents de l’APNEL (Association pour la promotion du naturisme en liberté), de Saulx-les-Chartreux, se sentaient discriminés par des panneaux posés auprintemps 2014 à la réserve naturelle des sites géologiques de l’Essonne de la Butte-du-puits à Villeneuve-sur-Auvers, géré par le Conseil départemental, où les nudistes se rendent depuis près de 10 ans, sans incident.

L’affichette indiquait que naturisme et nudisme y étaient interdits sous peine de sanctions allant jusqu’à un an de prison et 15 000 € d’amende. « Le simple fait d’être nu n’est pas de l’exhibition. C’est l’action d’imposer sa nudité à la vue des autres qui est punie par la loi », argumentait Sylvie Fasol, présidente de l’APNEL, reçue en septembre par le département, qui pointait que « chaque semaine, on accueille à Villeneuve des scolaires et du grand public pour des animations. Ils peuvent être perturbés par le nudisme ».
Villeneuve-sur-Auvers, juin 2015. Des nouvelles pancartes ont été posées sur le site protégé de la Butte-du-Puits, qui n’interdisent plus l’activité des naturistes. (DR.) La concertation s’est révélée fructueuse. « De nouvelles pancartes ont été posées sans que ne soit indiquée la mention discriminatoire concernant les naturistes. Nous remercions donc les élus du Conseil départemental ainsi que les représentants de la préfecture de l’Essonne pour leur bienveillante ouverture d’esprit et leur propension à défendre les libertés individuelles dans le cadre de la loi » indique l’APNEL sur son site Internet.

novembre 22nd, 2015

Posted In: Liberté, Naturisme, Naturisme en liberté

2 Comments

 

novembre 20th, 2015

Posted In: Naturisme, Naturisme en liberté, Société

Leave a Comment

Londres, Angleterre –  En 2009, un couple a effectué une randonnée nu dans les rues de Londres afin de convaincre le public de donner ses anciens vêtements de marche pour soutenir des projets d’aide aux pays défavorisés.mark-stephenson-and-fiona-lincoln_1

Mark Stephenson et Fiona Lincoln ont effectué leur randonnée simplement vêtus de chaussures et chaussettes de randonnée et d’un sac à dos. Leur ballade les a mené de Londres à Birmingham en passant par le sentier de randonnée Tamise Path, le Hampton Court et le Château de Windsor. La randonnée a couvert 354 kilomètres et a mené le couple jusqu’à l’ouverture du Outdoors Show, organisé par l’association Clothes for a Cause. Les deux randonneurs expliquent que leur expédition s’est faite entièrement nue, sauf en cas de conditions météorologiques dangereuses ou si on leur demande de s’habiller lorsqu’ils traverseront des zones très habitées.

« En tant que naturistes, précise Mark Stephenson au journal The Mirror, nous nous sentons tout à fait à l’aise dans notre peau. Nous nous couvrons uniquement en cas d’intempéries ou lorsqu’on nous le réclame lors de la traversée des endroits les plus peuplés de notre périple. 


mark-stephenson-and-fiona-lincoln_2
mark-stephenson-and-fiona-lincoln_3

novembre 17th, 2015

Posted In: Naturisme en liberté, Nudité urbaine

Leave a Comment

Sylvie fasol

Logo horizontal

http://www.yanous.com/espaces/femmes/femmes150807.html

Le naturisme n’a plus guère le vent en poupe en France, victime du « resserrement moral » prôné par des organisations confessionnelles ou politiques rigoristes. Cette expression de liberté du corps, assez courante dans les pays scandinaves et germanophones, tombe encore dans notre pays sous le coup de la loi dès lors qu’elle est pratiquée en dehors d’espaces fermés ou réservés : randonner nu est assimilé par la loi française à une exhibition sexuelle passible d’une forte amende, voire de prison. Une conception que ne partage évidemment pas Sylvie Fasol : « Le naturisme, c’est le respect de soi, des autres, de l’environnement. Quand on parle de liberté, c’est aussi respecter soi, les autres et la nature aussi, puisqu’on la parcourt. Chaque fois qu’il est possible de ramasser les détritus, on le fait dans nos balades. » Pour leur tranquillité et leur sécurité, les randonneurs nus pratiquent en groupe, certains individuels subissant parfois arrestation, contravention et poursuites judiciaires.

Sylvie Fasol a découvert le naturisme il y a une dizaine d’années grâce à un ami : « Je n’avais pas de famille ou d’amis qui le pratiquaient. Du coup je me suis dit ‘pourquoi pas’, je suis partie en balade avec un groupe qui comptait des enfants en bas âge et d’autres femmes, ça s’est très bien passé… et depuis je n’ai pas arrêté ! » Au point qu’elle préside, depuis plus de sept ans, l’Association pour la Promotion du Naturisme en Liberté (APNEL) qui cherche à populariser la pratique et défend les adeptes lorsqu’ils sont inquiétés par les autorités. Elle a dû affronter sa propre appréhension de dévoiler son corps, elle qui vit depuis quasiment sa naissance avec les séquelles visibles d’une polyarthrite. Elle a subi maintes interventions chirurgicales qui ont laissé des traces, et si elle marche au quotidien, elle ne peut le faire sur de longues distances ou en terrain accidenté : « Quand j’ai commencé, je randonnais à mon allure et avec mes possibilités, en fonction des douleurs du jour. Je travaille, je vaque à tout un tas d’occupations comme une valide, mais avec des impossibilités à cause des interventions chirurgicales, de matériels médicaux implantés. Donc j’adapte en fonction de la sortie qui est proposée : soit je peux la faire soit je ne la fais pas. » Sylvie Fasol a testé une randonnée en joëlette, en prenant la précaution de placer une serviette sur l’assise pour éviter la sudation : « Tout est adapté au handicap de la personne. S’il faut un coussin ergonomique, une assise particulière, tout est prévu. Dans les conditions nu, en mettant une protection, une serviette, un paréo, c’est adapté. »

Ce qui l’a pleinement satisfaite, c’est le regard, ou plutôt l’absence de regard des autres naturistes lors des sorties : « C’est le lieu idéal pour avoir une acceptation de soi, et par les autres. Parce que c’est vraiment l’endroit où les gens ne vous regardent pas, ne vous dévisagent pas de la tête aux pieds. C’est vraiment très agréable. Les gens s’acceptent comme ils sont, parce qu’ils ont déjà fait un travail sur eux pour pouvoir dépasser leur peur, se réapproprier leur corps eux-mêmes. Donc une personne handicapée qui arrive dans cette activité se sent très à l’aise. » Seules demeurent les propres limites physiques de Sylvie, qui ne fait pas de sorties en montagne ou en terrain ardu, ou encore en hiver pour ski ou raquettes par exemple, ce que des naturistes valides font. Mais elle profite de ses voyages à l’étranger pour libérer son corps : « Cela fait partie de mon mode de vie, pour moi ce n’est pas un frein. Si je dois marcher quelque part, visiter un bel espace naturel, pourquoi pas si les gens qui accompagnent sont en accord, il n’y a pas de souci. » Ce respect s’exprime d’ailleurs lors de la rencontre de promeneurs habillés, les randonneurs nus ayant pour habitude de se vêtir à leur approche.

Quand elle compare son expérience à l’étranger avec la situation en France, Sylvie Fasol ne peut que déplorer un certain ostracisme: « A une époque, on était tolérant, maintenant on le devient de moins en moins. Chaque année, on fait des cyclonudistes lors d’une journée mondiale, le seul pays des droits de l’Homme c’est-à-dire la France, ne l’accepte pas. C’est le seul moment où on a été pris pour des hooligans, parce qu’on a été traités comme tels par les forces de l’ordre. Vous allez en Belgique, c’est toléré, vous êtes encadrés, de même en Grande-Bretagne, ça se passe très bien, c’est festif, pacifiste, les gens sont là pour s’amuser, passer un bon moment. » Sylvie Fasol ajoute que lorsqu’elle fait une demande à Paris, les autorités se renvoient la balle entre ministères et Préfecture pour ne pas donner d’accord : « Personne ne se positionne, ne veut prendre de responsabilité, en disant allez-y, vous verrez bien ce qui se passera sur place. Je trouve que c’est très lâche. »

Mais Sylvie Fasol reste optimiste, en constatant la demande de personnes handicapées à la suite d’articles parus dans la presse sur son handi-naturisme en liberté : « J’ai reçu de nombreux courriers de personnes qui ne savaient comment faire. Des structures naturistes prennent en charge des personnes au niveau moteur, quand elles ne peuvent pas marcher, les randonnées sont davantage cadrées. En Bretagne, des gens ont emmené plusieurs fois un randonneur déficient visuel. » Là encore, l’APNEL et sa présidente conseilleront et orienteront tous ceux qui ont envie de libérer leur corps…

Laurent Lejard, août 2015.

novembre 16th, 2015

Posted In: Liberté, Naturisme, Naturisme en liberté, Santé, Société, Sport

Leave a Comment

Ne laissons pas dire ou écrire, comme c’est trop souvent le cas, que les bien nommées Pierres Tombées sont LA calanque naturiste de Marseille.
Non seulement c’est faux, mais si cette affirmation n’est pas démentie grand est le risque que des anti-naturistes prétendent nous y confiner.

En réalité, le naturisme se pratique depuis plus d’un siècle (l’abbé Legré) un peu partout SUR LA TOTALITE DU LITTORAL des calanques, à l’écart des cabanons et des sites surpeuplés.
Un gros ralentissement de la fréquentation naturiste s’est produit lors du maximum de la pollution par le Grand Émissaire de Cortiou, de la fin des années 60 à 1987, date de la mise en service (enfin !) de la station d’épuration de Marseille. Depuis, les naturistes reviennent progressivement en de nombreux points des  calanques.

N’hésitez pas à apporter des infos complémentaires !

433454CalanquescartechronolnatSEULEBONNE

1. Mont-Rose et promontoire du Mauvais Pas : naturisme à partir des années trente. Le promontoire a été textilisé au début des années soixante, le Mont-Rose est resté naturiste avec une spécialisation « gay » croissante (le plus souvent des gays respectueux de l’éthique naturiste, mais aussi parfois des militants de la sexualité en public).
2. Cap Croisette et versant sud du Fort Napoléon : naturisme à partir des années trente. Le Cap Croisette a été textilisé à partir des années 50, le versant sud du Ft Napoléon continue d’accueillir de temps en temps des naturistes isolés.
3. Calanques des Queyrons et de Podestat : naturisme à partir des années vingt. Toujours actuellement, à fréquence variable. Ne pas hésiter à s’y baigner en tenue naturelle.
4. L’île Riou : très naturiste des années vingt jusqu’aux années 70. Actuellement la surfréquentation par une plaisance textile de bas niveau (il est arrivé qu’un propriétaire de bateau apostrophe grossièrement les naturistes marchant sur le sentier !) et par des vedettes de promenade, a réduit le naturisme à quelques plaisanciers et quelques kayakistes. Territoire à reconquérir.
5. Sormiou : le fond de la calanque et les cabanons n’’ont jamais été naturistes. A l’écart de cette zone, naturisme depuis les années trente (Bruno a trouvé une vieille photo du Docteur Poucel en compagnie d’un petit groupe), encore aujourd’hui à l’état dispersé.
6. Sugiton et Les Pierres Tombées : naturisme à partir des  années vingt, textilisation de Sugiton à partir des années 70, textilisation progressive des Pierres Tombées depuis quelques années (tant mieux ! que cela supprime l’étiquette « naturiste » de ce coin pourri !).
7. Belle dalle de La Lèque : naturisme depuis les années vingt jusqu’à aujourd’hui (petites  incursions textiles depuis quelques années). La célèbre philosophe et écrivaine Simone de Beauvoir l’a fréquentée en 1931 (je l’ai su par le président René Fize et des vieux habitués du lieu).
8. En-Vau : naturisme depuis les années vingt jusqu’aux années 70 environ. Territoire à reconquérir.
9. Port-Pin : naturisme depuis les années vingt  jusqu’aux années 70 environ Territoire en cours de reconquête.
10. Pamplemousse : j’ignore depuis quand le naturisme s’y pratique. Si quelqu’un le sait …
11. Plage de l’Arène : depuis les années trente jusqu’à aujourd’hui.

août 22nd, 2015

Posted In: Histoire du naturisme, Liberté, Naturisme, Naturisme en liberté, Parc National des Calanques

12 Comments

Le bureau de l’APNEL est allé voir l’avant première du film « Natür Thérapy » le jeudi 23 juillet 2015 :

http://www.vivrenu.com/viewtopic.php?topic=22579&forum=72&ancre=1&start=0#72225792363043

La distributrice s’était dite intéressée par notre démarche et nous avait proposé de mettre le logo de l’APNEL sur ses affiches.

Elle propose en plus à tous nos adhérents de pouvoir bénéficier d’une remise pour aller voir le film.

Film Natür Thérapy

 

août 22nd, 2015

Posted In: Art et nudité, Liberté, Naturisme en liberté, Santé, Société

Leave a Comment

Presque toutes les balades et randonnées autour de la Sablière sont listées et tracées sur ce site de Jacques Gana :
http://domaine-sabliere.jgana.fr/balades.php

Domaine de la sablière JG GANA

août 17th, 2015

Posted In: Naturisme, Naturisme en liberté

Leave a Comment

http://www.epictv.com/media/podcast/no-rope-no-chalkno-clothes—the-purest-form-of-climbing-%7C-epictv-fresh-catch/603113

Une vidéo d’un alpiniste qui grimpe nu des falaises en Espagne.

No Rope, No Chalk…No Clothes – The Purest Form Of Climbing? | EpicTV Fresh Catch

There has always been a desire amongst climbers to strive for the purest style of ascent, the most natural style if you will, the one least encumbered by artificial assistance and closest to the climbing practiced by other animals. Trad climbing is obviously a purer method of ascent than sport climbing. But trad climbing still requires plenty of gear and is nowhere near as natural as soloing. So then, soloing must be the purest form of climbing…right? It’s just you, your shoes, your chalk and the rock. How could that be any simpler? Well this video of David Fusté might just change your view on that. He not only solo climbs without shoes or chalk, but without anything else at all. Naked on the rock, he takes climbing back to its primeval routes and comes as close as possible to the animals he seeks to emulate. No Shoes, No Rope, No Clothes – The Purest Form Of Climbing? | EpicTV Fresh Catch

Grimper nu

août 10th, 2015

Posted In: Naturisme, Naturisme en liberté, Sport

3 Comments

Sous couverts de liberté et d’égalité de traitements, quelques intégristes religieux tentent de mettre en exergue le naturisme militant pour démontrer que la société dénigrent leur droit. Voici une réflexion de Jean-François de l’APNEL sur ce thème.

Sur la question plus précise de la burqa et de l’intégrisme religieux dans son ensemble :

Je pense qu’il ne faut jamais, pour ce qui nous concerne, en rester au terrain de la « liberté vestimentaire ».  C’est justement ce qu’essayent de faire nos détracteurs, pour mieux pouvoir nous opposer comme deux extrêmes aussi inacceptables l’un comme l’autre, afin de nous renvoyer dos à dos et nous annihiler.

La nudité n’étant pour nous que la résultante d’une philosophie de vie, il nous faut donc nous positionner sur le terrain de la liberté d’expression, du droit à la personnalité et à l’identité (simplement humaine). Mais les tenants de l’intégrisme religieux pourraient alors dire « mais nous aussi c’est ça ». Sauf que le message qu’envoient à la société leurs façons de faire et leurs « symboles vestimentaires », n’est pas du tout du même ordre.

Et c’est la que dans la comparaison des deux démarches, la « pesée » peut se faire : la loi a déjà fixe un certain nombre de bornes qui limitent l’expression de la liberté. Pas en fonction de ce « que j’aime ou j’aime pas », de « ce que certains veulent ou ne veulent pas », mais en fonction de valeurs inscrites dans notre droit, parmi lesquels la laïcité, l’égalité (notamment hommes/femmes), la condamnation de tout mauvais traitement infligé à l’être humain, la fraternité et le rejet de toute mise à l’écart de quelque partie du corps social que ce soit (mixité). Mais bon,  il serait trop long de développer cette réflexion pour être exhaustif. 

Bref, je suis convaincu que dans notre cas, tant sur le plan de la symbolique que de la réalité des situations, nous passons haut la main l’examen « en adéquation de notre démarche avec les valeurs républicaines ». Ce qui ne sera certainement pas le cas des partisans de la burqa ou de tout autre intégrisme religieux, qui sous-tend un ensemble de valeurs (et de modes de vie) totalement en dehors de ce pacte républicain, bien ancre chez nous.
Il y a « quelques temps » de cela, de nombreuses personnes courageuses sont entrées en action en disant « le fascisme ne passera pas ». Aujourd’hui j’ai envie de dire levons-nous et contribuons aussi, à notre niveau, au combat contre l’obscurantisme et la réaction moralisatrice qui tente un retour en force. Pour moi, tous ces « épiphénomènes » ne sont que le chant du cygne, qui accompagnent l’irrésistible mouvement de sécularisation.
Scan10506

 

août 7th, 2015

Posted In: La loi et le naturisme, Naturisme en liberté

Leave a Comment

« Page précédentePage suivante »
css.php