Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Un livre de Mark Haskell Smith

« Un petit bijou » Antoine de Caunes — Canal + « l’Émission d’Antoine »
« Une enquête réjouissante chez les naturistes » — Livres hebdo.

Pour comprendre le phénomène du naturisme, l’auteur est parti enquêter dans plusieurs pays. Une vraie aventure, une enquête approfondie et un voyage pas comme les autres.
Fasciné par la contre-culture et par celles et ceux qui se sentent « hors du monde », le journaliste et romancier américain Mark Haskell Smith a choisi de partager l’expérience du nudisme pour comprendre un mode de vie en pleine expansion.
De ce voyage initiatique, l’auteur tire un récit captivant, entre aventure et enquête. Il observe, s’amuse, apprend à « ne pas dévisager ! », il interroge responsables d’associations ou activistes reconnus dans le milieu.
En faisant le tour des États-Unis, il découvre les communautés de Tampa en Floride, où l’on tond sa pelouse et relève son courrier tout nu. En Europe, il randonne in naturalibus dans les Alpes autrichiennes, partage les nuits torrides du Cap d’Agde et les activités familiales des centres naturistes de la Costa del Sol. Entre le sérieux des propos recueillis et le cocasse de certaines situations, l’auteur engage une réflexion de fond sur un phénomène grandissant, mais réussit le pari de partager une aventure unique, drôle et étonnante.

Un phénomène en expansion :
Anne Hidalgo expérimentera une zone naturiste à Paris durant l’été 2018, un projet lancé d’après les modèles déjà en cours à Barcelone, Berlin et Munich, et initié par le Groupe écologiste qui rappelle que la France est la destination mondiale du naturisme avec 4 millions de naturistes dans le pays chaque année : 2 millions de Français & 2 millions de touristes.
 5 juin : journée officielle du naturisme
 9 juin : journée du vélo nu

https://www.editionspaulsen.com/au-pays-des-nudistes-1680.html

juillet 9th, 2017

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Naturisme

Leave a Comment

Issu du magazine des frères Durville « Naturisme – le grand magazine de culture humaine » du 15.11.1935

 

avril 25th, 2017

Posted In: Histoire du naturisme

Leave a Comment

La vie au Soleil – n°98 – Janvier août 1984

février 20th, 2017

Posted In: Fédération Française de Naturisme, Histoire du naturisme

Leave a Comment

La vie au soleil – numéro 64 – mars avril 1959

février 4th, 2017

Posted In: Fédération Française de Naturisme, Histoire du naturisme

Leave a Comment

A l’époque, on pensait que c’était l’aboutissement de quarante ans d’efforts militants, malheureusement, on a pas su faire perdurer cette reconnaissance. Petite séance souvenirs.

La Vie au Soleil n°98 – Janvier – Août 84

février 3rd, 2017

Posted In: Fédération Française de Naturisme, Histoire du naturisme

Leave a Comment

janvier 31st, 2017

Posted In: Histoire du naturisme

Leave a Comment

Doit provenir de la revue « Naturiste » des Dr Durville, retrouvé dans LVS n°98 – Janv/août 84

janvier 19th, 2017

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

L’île nudiste ; vivre nu toute l’année, ça vous tente?

Vivre nu, libre, en pleine santé sur une île chaude, cela vous tente? Avant de faire votre bagage, lisez ce bref article: quelqu’un a eu cette idée au XIXème siècle.

Ernest Engelhardt, né en 1870 à Nuremberg en Allemagne, fut un adepte de l’utopie.

Ce concept avait le vent en poupe parmi certains intellectuels de cette fin de XIXème siècle, trop souvent sclérosé par un rigorisme Victorien.

Seulement, Ernest Engelhardt n’était pas un intellectuel. Juste pharmacien-assistant.

Il était plutôt un doux pacifiste, prônant le végétalisme et la vie saine, adepte du soleil en tant que source centrale de la vie et voulait vivre nu, seulement nu, toujours nu. Et comme à Nuremberg, vivre nu n’était pas très commode, il s’en alla sur l’île de Kabakon, dans l’archipel du Duc de York, dans la colonie allemande de Nouvelle-Guinée.

D’abord, il vivait nu parmi 40 Mélanésiens qui, eux, portaient tous un étui pelvien, un arc et des gourdins. A partir de 1902, il commença à écrire ses pensées.

duke_of_york_islands_pos 490062843

Sur son île, il prenait le soleil et plantait des cocotiers, dont il tirait sa subsistance en les vendant et en les mangeant. Il était convaincu qu’elles étaient la nourriture la plus saine et naturelle pour l’homme, tout simplement parce que les noix de coco poussaient en plein soleil. Grâce à cela, écrivait-il, il pourrait atteindre un état poche du divin, et sa place dans une sorte de paradis.

Il développa sa théorie du « cocovorisme » qui peut se résumer en une phrase : Pour vivre au plus proche du divin, vivons nu, mangeons des noix de coco et c’est tout.  L’Ordre du Soleil commença à faire des émules.

Grâce à ce slogan, près de 30 adeptes suivirent ce régime simple et spartiate. L’île est plate, humide, insalubre. Les nudistes vivaient dans des cahutes. Après l’euphorie, la cruelle réalité. Très rapidement, la déception et la frustration s’installèrent. Puis vint la maladie. Puis vinrent les accidents. Les adeptes s’en allèrent. Certains moururent.

august-engelhardt august5 augustenglehardt

L’écrivain August Beckmann arriva sur l’île. Il fut vite convaincu par les théories utopistes et envoya des rapports et des écrits en Allemagne sur l’île de Kabakon, l’île paradisiaque où nous pourrions tous vivre nus et heureux.

Engelhardt tomba à son tour malade et se fit soigner à l’hôpital d’Herbertshöhe. Il ne pesait plus que 38 kg et était couvert d’ulcères et de croûtes purulentes.

Il revint guéri, convaincu que les ulcères, ces dernières impuretés, avaient disparu et que son corps était dorénavant purifié. Toutefois, August Beckmann commença à avoir des doutes et les deux adeptes se querellèrent. August mourra. Suicide ? Maladie ? Assassinat ? Nul ne sait. Son corps ne fut jamais retrouvé.

Et comme notre doux utopiste insulaire retomba malade, il repartit à l’hôpital. Un médecin allemand déclara qu’il était une « épave paranoïaque ». Le Gouvernement allemand interdit à ses ressortissants d’aller pratiquer le nudisme et le culte du soleil.

La Première guerre mondiale porta un coup fatal à son utopie. Il fut enfermé dans un camp australien pour prisonniers à Rabaul. En 1916 environ, il retourna sur son île mais sa plantation de cocotiers battait de l’aile. Il se contenta d’étudier la flore qu’il envoya dans les jardins botaniques de Brisbane et Sydney. Il se mit aussi à la peinture.

En 1919, il meurt, à l’âge de 49 ans. Personne ne sait où se situe sa tombe.

Voilà.

Vous êtes avertis.

Pour en savoir plus (texte en anglais) : http://afflictor.com/2014/03/14/old-print-article-failure-of-a-womanless-eden-in-the-pacific-new-york-times-1905/

Le voici en 1911

august_engelhardt_1911-1

 

janvier 2nd, 2017

Posted In: Histoire du naturisme, Peuples nus

6 Comments

scan20087

Extrait de la revue Die Neue Zeit

scan20088 scan20089

(suite…)

décembre 13th, 2016

Posted In: Histoire du naturisme

Leave a Comment

Extrait de Die Neue Zeit – Numéro 65

sport-4-die-neue-zeit-65 sport-7-die-neue-zeit-65 sport-8-die-neue-zeit-65

(suite…)

novembre 26th, 2016

Posted In: Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

Page suivante »
css.php