Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

http://www.bfmtv.com/societe/manifester-seins-nus-n-est-pas-un-delit-d-exhibition-sexuelle-1081280.html

Une militante Femen avait été condamnée pour exhibition sexuelle. Elle a été relaxée en appel. Après le tribunal de Lille, la cour d’appel de Paris a estimé que manifester seins nus n’était pas un délit.

Manifester seins nus ne relève pas de l’exhibition sexuelle. Une Femen qui avait été condamnée pour exhibition sexuelle a été relaxée jeudi en appel. Elle devra en revanche payer 600 euros d’amende pour avoir dégradé une statue de cire du président russe Vladimir Poutine.

« La jurisprudence se construit », s’est félicitée pour l’AFP son avocate, Marie Dosé. À travers cette décision, la justice « autorise » les femmes à « utiliser leur corps comme une arme politique ». Elle envisage toutefois un pourvoi en cassation contre la condamnation pour dégradations.

« Un symbole » et « un exemple »

Outre l’amende, la cour d’appel a confirmé la condamnation de Iana Zhdanova à verser au musée Grévin 3.004 euros de dommages et intérêts pour le préjudice matériel et 1.000 euros pour le préjudice moral.

La jeune Ukrainienne de 28 ans, réfugiée politique, se dit soulagée et salue pour BFMTV.com une « victoire » non seulement pour elle, mais « pour toutes les femmes ».

« C’était un symbole important d’aller jusqu’au bout et c’est un exemple pour toutes les autres femmes qui seront jugées pour exhibition sexuelle », a confié Iana Zhdanova.

« Ce sont des militantes politiques »

Elle avait, lors d’une action seins nus le 5 juin 2014, attaqué à coups de pieu la statue de cire de Vladimir Poutine au musée Grévin à Paris. Et avait été condamnée le 15 octobre 2014 à 1.500 euros d’amende pour dégradations et exhibition sexuelle, condamnation dont elle a fait appel.

Si trois Femen avaient déjà été relaxées en première instance à Lille du délit d’exhibition sexuelle pour une action lors de l’arrivée de Dominique Strauss-Kahn au procès de l’affaire dite du Carlton, il s’agit de la première décision de relaxe prononcée par une cour d’appel. Lors du procès de Iana Zhdanova en deuxième instance, l’avocat général avait requis 1.000 euros d’amende pour les dégradations et s’en était remis « à la sagesse de la cour » pour le délit d’exhibition sexuelle.

Si cette Femen a été relaxée, d’autres militantes féministes sont toujours poursuivies pour exhibition sexuelle, dont quatre qui doivent comparaître le 25 janvier. Valentine Rebérioux, avocate de ces militantes, ne comprend pas ces poursuites. « Il est impossible que ces Femen, qui sont des militantes politiques, aient commis une telle infraction. Ce n’est pas un délit et encore moins d’ordre sexuel », s’indigne-t-elle pour BFMTV.com.

« Une rupture d’égalité entre les hommes et les femmes »

Selon le Code pénal, « l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende ». Elle estime que cette définition est trop floue et pose un problème de droit.

« Pour chaque affaire, nous avons déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Nous contestons la légalité du délit d’exhibition sexuelle qui n’est pas suffisamment défini dans le code pénal et créé une rupture d’égalité devant la loi entre les hommes et les femmes. Un homme ne sera pas poursuivi pour exhibition sexuelle. »

Valentine Rebérioux rappelle que les Hommen, mouvement anti-mariage homosexuel dont ses membres masculins manifestaient torses nus, n’avaient pas été poursuivis pour exhibition sexuelle. Et regrette qu’aucune de ces QPC n’ait abouti.

« Il faut pourtant mieux définir l’intention de l’auteur et la finalité de son geste. S’exhiber sexuellement, c’est un acte à caractère sexuel avec l’intention de choquer. Or, ce n’est pas le cas d’une manifestation de Femen. Leur poitrine est un support de revendication, c’est un acte politique. »

« Une bataille pour l’égalité »

Eloïse Bouton, la première Femen à avoir été condamnée pour exhibition sexuelle, attend elle aussi le 15 février prochain la décision de la cour d’appel de Paris après avoir été condamnée en première instance à un mois de prison avec sursis pour une action devant l’autel de l’église de la Madeleine.

Iana Zhdanova ne comprend pas qu’en France, une femme puisse être poursuivie pour avoir manifesté torse nue. « C’est très étrange, dans une démocratie, d’être condamnée pour exhibition sexuelle. » La militante espère que les autres Femen poursuivies seront relaxées et que cette loi « discriminatoire » finira par changer. Et ajoute:

« C’est une bataille pour l’égalité entre les hommes et les femmes. »

Céline Hussonnois-Alaya avec AFP

janvier 26th, 2017

Posted In: Liberté, Nudité urbaine

9 Comments

INSOLITE – Ils voulaient « marquer le coup » pour leur dernière photo de classe au lycée. On peut dire que c’est réussi.

La photo de classe d’élèves de terminale d’un lycéen d’Avignon connaît un franc succès sur Facebook et Twitter ces derniers jours. Il faut dire qu’elle n’a rien à voir avec celle que l’on a tous eu l’occasion de faire dans notre scolarité. Ici, pas de « les petits au premiers rangs et les grands au fond ». Pour leur toute dernière photo de groupe au lycée, cette classe a posé… nue.

http://www.huffingtonpost.fr/2016/12/21/photo-classe-nu/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

 

 

janvier 25th, 2017

Posted In: Liberté, Nudité urbaine

Leave a Comment

Extrait du Canard Enchainé – Aout 2016

scan20590 scan20591

 

 

novembre 26th, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, La pudeur, Liberté, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/les-bielorusses-vont-travailler-nus-pour-se-moquer-d-un-lapsus-du-president_1521867.html

Lors d’un discours sur l’innovation, prononcé le 23 juin, le président Alexandre Loukachenko a déclaré : « Il faut, tout simplement, se déshabiller et travailler. » Les Biélorusses l’ont pris au mot.

Des salariés de l'entreprise biélorusse IRM Creative.
Des salariés de l’entreprise biélorusse IRM Creative. (IRM CREATIVE / INSTAGRAM)

Nus sur un chantier, derrière les fourneaux ou devant un ordinateur… Depuis quelques jours, des Biélorusses postent sur les réseaux sociaux des photos d’eux dévêtus sur leurs lieux de travail, comme l’ont relevé les Observateurs de France 24.

Lancée via le hashtag #déshabilletoiettravail, la campagne a pour but de se moquer d’un lapsus du très autoritaire président biélorusse. Lors d’un discours sur l’innovation, prononcé le 23 juin, Alexandre Loukachenko a déclaré : « Il faut, tout simplement, se déshabiller et travailler. » Le chef d’Etat voulait vraisemblablement dire « développer » au lieu de « se déshabiller ». Les deux mots ont des sonorités très proches en biélorusse, comme le précise France 24.

bielorussie bielorussie2 bielorussie3 bielorussie4

octobre 17th, 2016

Posted In: Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/2016/09/retour-du-stand-des-nudistes-de-la-fete.html
Quelle aventure ! C’était fou ! Pas facile facile, parfois même éreintant, mais aucun regret, au contraire : le sentiment commun que les choses devaient se faire ainsi a été partagé par beaucoup d’entre nous…
Tout a commencé sur un clin d’œil, une blague presque : l’affiche de l’édition 2016 reproduisant dans son patchwork un homme et une femme nus se reposant nus dans l’herbe:
Les copains de l’APNEL ont sauté sur l’occasion et ont proposé d’incarner cette belle image en y implantant un stand naturiste… et la demande a été accepté !

Ils m’ont proposé de participer à ma manière en animant un atelier de body-painting et en participant aux débats… je ne pouvais bien évidement pas dire non !

Et de fil en aiguille nous voilà jusqu’à neuf clampins tous nus à susciter tantôt d’interrogation, tantôt l’enthousiasme (et accessoirement un petit buzz médiatique), comme un chien dans un jeu de quilles au départ… mais qui finit par ne plus en renverser une seule et au contraire se lier d’affection avec elles…
Voici mon petit compte-rendu subjectif de cette surréaliste mais Ô combien enrichissante aventure…

(suite…)

septembre 15th, 2016

Posted In: Culture, Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

La vie au soleil de mars avril 1968 – N°116

Scan10543

Scan10544

Scan10541

1968 – La vie au soleil – n°117 – Mai Juin 1968 

1968 - La vie au soleil - n°117 - Mai Juin 1968 le naturisme indoor

 

juin 3rd, 2016

Posted In: Histoire du naturisme, Nudité urbaine, Société

One Comment

https://decidim.barcelona/proposals/no-volem-platges-guetos-per-discriminar-ningu-per-rao-de-sexe-raca-o-conviccio-com-passa-amb-la-nudista-de-la-mar-bella

No volem platges (guetos) per discriminar ningú per raó de sexe, raça o convicció, com passa amb la « nudista » de la Mar Bella.

S’està estudiant la viabilitat d’aquesta proposta i la possible inclusió al Pla Municipal 2016-2019. Al llarg de les pròximes setmanes aquesta proposta rebrà una resposta de l’Ajuntament de Barcelona. Recorda que pots participar en els debats d’avaluació del procés participatiu del Pla Municipal.

N • nudactivitat • BCN-2016-04-10344 • 09/04/2016 •  Sense comentaris • 

L’associació ADDAN proposa que desaparegui la platja « nudista », perquè és una discriminació que prohibeix de mantenir la nuesa a la resta del litoral. La nuesa és l’estat natural de les persones, ni una acció ni una conducta. Allò que realment és un acte o una conducta és cobrir el cos. Com a Mataró volem totes les platges realment lliures.

« Nous ne voulons pas des plages ghettos par discrimination contre quiconque en raison de son sexe, de  sa race ou de ses croyancesL’association ADDAN propose que disparaisse la plage « nudista » parce que c’est une discrimination qui interdit de maintenir la nudité sur le reste de la côte. La nudité est l’état naturel de la population, et non pas une action ou un comportement. Alors que c’est vraiment un acte ou uncomportement de couvrir son corps. Comme à Mataro, nous voulons toutes les plages vraiment libres. »


  100_9474-w 100_9477-w 100_9497-w 100_9499-w

mai 31st, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, Naturisme, Naturisme en liberté, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

https://m6info.yahoo.com/londres-un-restaurant-nudiste-va-1411830714712118.html

Déguster un rosbeef, au restaurant, totalement nu. C’est le concept d’un restaurant londonien, qui doit ouvrir ses portes en juin.

Manger nu au restaurant. Une idée pas si saugrenue que cela qui va voir le jour en juin, à Londres. Le premier restaurant nudiste doit y ouvrir ses portes. Le concept fait fureur puisque près de 5 000 personnes ont déjà réservé leur place.

L’établissement, baptisé The Bunyadi, sera installé en plein cœur de la capitale britannique. Après avoir poussé la porte du restaurant, les clients pénétreront dans un sas où ils pourront se dévêtir et poser leurs vêtements dans des casiers, avant de rejoindre leur table, vêtus d’un peignoir.

Éclairé à la bougie

Ils auront alors le choix de l’enlever ou non. Mais pour préserver l’intimité des convives, tout a été pensé, puisque des panneaux de bambous entoureront les tables.

Un restaurant vraiment particulier, puisque les plats seront fait en argile, et les couverts comestibles. L’idée est de vivre une véritable expérience de libération” explique le fondateur du restaurant, Seb Lyall, au site Londonist.

Autre détail choc, le restaurant sera entièrement éclairé à la bougie. Ce qui n’empêchera pas l’étincelle dans les yeux des convives qui dîneront nus, en tête à tête.

avril 21st, 2016

Posted In: Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/une-artiste-manifeste-nue-a-cologne-contre-les-agressions-233339

Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox

Mis à jour le 08/01/2016 à 16H52, publié le 08/01/2016 à 16H46

L'artiste Milo Moiré manifeste nue à Cologne contre les agressions
L’artiste Milo Moiré manifeste nue à Cologne contre les agressions

© Oliver Berg / DPA / AFP

L’artiste suisse Milo Moiré a manifesté nue vendredi devant la cathédrale de Cologne en Allemagne pour protester contre les agressions sexuelles qui y ont été commises le soir du Nouvel An.

Nue dans le froid, sous le regard des passants et des policiers, la jeune femme a brandi une pancarte sur laquelle était inscrit « Respectez-nous ! Nous ne  sommes pas du gibier, même quand nous sommes nues ! »

Artiste et modèle, Milo Moiré, 32 ans, utilise régulièrement sa propre nudité dans ses performances. En juillet 2015, elle avait été interpellée pour avoir réalisé une série de « selfies » place du Trocadéro, à Paris.

31 suspects d’agression lors de la nuit du Nouvel An

Plusieurs dizaines de femmes ont été agressées sexuellement lors de la nuit  du Nouvel An à Cologne.

Selon le gouvernement allemand, la police fédérale effectue des vérifications sur 31 « suspects » au total, dont 18 demandeurs d’asile, pour des violences et vols.

Les faits ont profondément choqué l’Allemagne et mis la chancelière Angela Merkel un peu plus sous pression du fait de sa politique d’ouverture à l’égard des réfugiés venant de Syrie, d’Irak ou d’Afghanistan, plusieurs responsables politiques faisant le lien entre cette politique et les agressions.

janvier 8th, 2016

Posted In: Art et nudité, Nudité urbaine

Leave a Comment

Le Maillon met à nu les marginaux de 68, aumaillon sens propre

 

Le théâtre du Maillon à Strasbourg propose « Little Joe », une création  adaptée de la trilogie de films à scandale  Flesh/ trash /heat d’Andy Warhol dans les  années 60. Sur scène, des marginaux, des junkies et des prostitués de New York, qu’a découvert mercredi soir le public pour la première fois.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/2013/11/14/little-joe-new-york-1968-le-maillon-met-nu-les-marginaux-de-68-au-sens-propre-357327.html

 

Mettre à nu sur scène les junkies et prostitués du New York de 1968, sans apologie ni condamnation : c’est le pari d’une pièce créée mercredi à Strasbourg, adaptée de la trilogie de films à scandale Flesh/Trash/Heat produite par Andy Warhol à la fin des années 1960. « Little Joe, New York 1968 », du metteur en scène Pierre Maillet, est une galerie de portraits de marginaux tout droit sortis du monde interlope de prostitués, travestis et drogués qui gravitaient alors autour de la célèbre « Factory », le loft new-yorkais du pape du Pop Art. Après le théâtre strasbourgeois du Maillon, la pièce doit tourner prochainement à Saint-Etienne, Paris, Nîmes, et Douai. Les films, réalisés par le cinéaste Paul Morissey dans l’ombre d’Andy Warhol, avaient fait scandale à l’époque. Certains pays les avaient classés X, du fait de la crudité de certaines scènes. « C’était la première fois qu’on montrait des hommes nus, dans un film qui n’était pas limité à la communauté gay », relève Pierre Maillet. Et la première fois aussi qu’un film grand public mettait en scène des travestis. Habitué des adaptations de cinéma au théâtre – il a déjà signé plusieurs adaptations théâtrales des films du cinéaste allemand Fassbinder – Pierre Maillet s’intéresse moins au scandale qu’au « regard humain, drôle, que Morissey pose sur la marginalité », à travers ces portraits, celui d’un père de famille qui se prostitue pour payer l’avortement de l’amie de sa femme (Flesh), et celui d’un junkie en quête de drogue (Trash).
ab-ny_c_jeanlouisfernandez029

La nudité comme évidence

Il a choisi d’entrelacer dans une première partie les destins des deux Joe, le prostitué de « Flesh » et le drogué de « Trash ». Le dernier volet (« Heat », dont l’action se situe parmi les recalés de Hollywood à Los Angeles) fera l’objet d’une pièce
à part qui sera créée l’an prochain.
Avec une mise en scène très graphique, mêlant projections vidéo et tableaux sur différents niveaux, la pièce est truffée de références à l’univers psychédélique du Velvet Underground. Servie par des dialogues à l’humour mordant et des acteurs très en verve, elle fait revivre l’utopie joyeuse et insouciante de l’ère de l’avant-sida, qui commence toutefois à se déliter sous l’effet dévastateur de la dépendance aux drogues dures.
Pierre Maillet fait le choix, à l’instar de Paul Morissey, de faire évoluer ses acteurs dans le plus simple appareil sans en faire grand cas, dès le départ de la pièce, pour que leur nudité devienne aux yeux du spectateur « une évidence, simple et naturelle ».
« Il s’agit de montrer la marginalité en cherchant à éviter l’écueil du misérabilisme et de la provocation », assure le metteur en scène, pour qui la pièce, comme le film, se veut « une porte d’accès à cet univers, qui nous montre des gens qui ne nous sont finalement pas si étrangers que cela », en dépit de leurs choix de vie, délibérément à la marge de la société et à rebours des conventions sociales.
Cherchant à éviter aussi bien la condamnation que l’apologie de leur mode de vie, Pierre Maillet incite le spectateur « à regarder d’une autre façon ce monde » composé d’êtres en quête, à leur manière, d’une place dans la société.

Pour en savoir plus : http://www.theatre-des-lucioles.net/spip.php?article3

 

décembre 13th, 2015

Posted In: Art et nudité, Nudité urbaine

Leave a Comment

Page suivante »
css.php