Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

« Y-a-t-il un code plus rigoureux et plus rituel que celui du vêtement ? Il classe, il distingue, il hiérarchise, il garantie les contrats secrets du groupe. Il maintient les distinctions sociales, les statuts culturels et les distances entre classes. On ne peut briser ce code ou porter atteinte à la pudeur sociale sans porter atteinte à un ordre établi » 

Michel de Certeau (1925-1986) – prêtre jésuite, théologien, philosophe et historien

mai 5th, 2020

Posted In: Liberté, Naturisme, Politique, Société

Leave a Comment

Nat Info, printemps 1994, édition spéciale

mai 3rd, 2020

Posted In: Naturisme, Société

Leave a Comment

Nat Info, édition spécial, printemps 1994

mai 3rd, 2020

Posted In: Naturisme, Société

Leave a Comment

Nat Info, printemps 1994, édition spéciale

mai 3rd, 2020

Posted In: Liberté, Naturisme, Politique, Société

Leave a Comment

Edition spéciale, Nat-info, été 1994

mai 2nd, 2020

Posted In: La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Société

Leave a Comment

Nat-Info, édition spéciale 1994

mai 2nd, 2020

Posted In: Naturisme, Société

Leave a Comment

À Marseille, il y a seulement un peu plus d’un siècle, il était de coutume de se baigner nu dans la ville. Les autorités marseillaises ont mis plus de 70 ans pour qu’un arrêté municipal de 1807 interdisant de se baigner nu soit à peu près respecté par les Marseillais sur le littoral de la Ville. Chaque été, depuis 1807, l’arrêté était affiché sur les plages et publié dans le journal « le Sémaphore » et malgré cela les gens continuaient à se baigner « sans caleçon » sur le rivage :

« vainement les ordres de l’autorité ont défendu aux nageurs de se baigner sur la côte sans caleçon ou un voile quelconque : tous les soirs, les environs du port sont peuplés de gens qui, au mépris de toute pudeur, se baignent dans un état de nudité absolue » (L’indicateur du Commerce du 28.06.1822).

18.07.1807 :  » Nul ne pourra se baigner sur les rivages situés depuis l’entrée du port jusqu’au delà de l’anse du Pharo au midi, et jusqu’au delà de la plage d’Arenc au nord, à moins qu’il ne soit vêtu d’un caleçon, ou ceint d’un voile, qui remplisse le même objet … »

Ci-joint les quelques articles que j’ai pu retrouver sur le sujet sur Rétronews. 

Je n’irais pas jusqu’à dire que le naturisme a démarré dans l’enceinte de la ville concernant Marseille mais à la lecture d’une petit revue sur la pratique des bains de mer à Marseille au XIX, il s’avère qu’il était très difficile pour les habitants de s’isoler pour se baigner ailleurs, c’est donc plus par commodité qu’autre chose qu’il le faisait à l’endroit ou ils habitaient (aux alentours du Vieux Port pour l’essentiel). Bien sûr, ce n’était pas du naturisme puisque cette usage de la plage n’était pas aussi codifiée qu’aujourd’hui et paraissait naturel.

1855.07.13 – le sémaphore de Marseille

avril 23rd, 2020

Posted In: Histoire du naturisme, La loi et le naturisme, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

1958-09 – La vie au soleil n°61
1959 – La vie au soleil – numéro 64
1960 janvier février – La vie au soleil – numéro 69
1960 janvier février – La vie au soleil – numéro 69
1960 janvier février – La vie au soleil – numéro 69

avril 23rd, 2020

Posted In: Histoire du naturisme, Naturisme, Société

Leave a Comment

http://www.iledulevanthodie.fr/page/2

Vous vous êtes déjà demandé qu’elles sont les origines de la pudibonderie ? 

Quels sont les premiers textes de loi qui ont permis de pourchasser les baigneurs nus avant que le maillot n’existe ? 

Figurez vous que c’est plus récent qu’on pourrait le croire. Les premiers textes concernant la tenue des bains sont sortis entre 1730 et 1749 et ne concernaient pas l’interdiction de la nudité en elle-même mais le vol des habits aux abords de la Seine. Puis, ils ont voulu interdire de se prélasser nus sur les berges sans pour autant interdire de se baigner nu (et donc de se déshabiller pour y aller). 

Ce texte ne le dit pas mais l’aboutissement de ces ordonnances royales est l’article 330 du code napoléonien sur l’outrage public à la pudeur publié en 1810 et actif jusqu’en 1994 avant d’être remplacé par l’article 222-32 sur l’exhibitionnisme sexuel. 

Merci à Jean Marc et Frédéric Capoulade pour cette belle découverte. 

Bonne lecture,

avril 19th, 2020

Posted In: Histoire du naturisme, La loi et le naturisme, Liberté, Politique, Société

Leave a Comment

Pour celles et ceux qui pensaient que les premières plages « nudistes » en ville étaient nées en Allemagne… Voilà de quoi nous amener à reconsidérer notre histoire :
En 1924, dans la toute jeune Union Soviétique, une organisation nommée « A bas la honte » a organisé de grandes marches citoyennes où les participants étaient nus, afin de s’opposer à la « moralité bourgeoise », mouvement dont le grand poète Vladimir Maïakovski est un ardent militant.Après la mort de Lénine, changement radical d’atmosphère : la monogamie est obligatoire, le sexe avant le mariage officiellement proscrit. Staline interdit l’avortement, l’adultère, l’homosexualité, la masturbation. Staline prit des mesures pour interdire le nudisme et la pornographie. Désormais, les corps doivent être au service du travail, du sport et de l’édification du communisme.

https://www.lemonde.fr/televisions-radio/article/2017/11/29/tv-la-double-vie-petite-histoire-de-la-sexualite-en-urss_5222308_1655027.html


Nudistes radicaux et communautés libertaires1922, sur la place Centrale de Krasnodar (ville du sud de la Russie). Un orateur qui se trouve être aussi nu qu’un ver s’est pressé à la tribune. L’homme a pour seul apparat un ruban portant l’inscription « À bas la honte ». Il hurle avec force conviction à quelques passants interloqués : « Nous, Communards, n’avons pas besoin de vêtements qui couvrent la beauté du corps ! Nous sommes les enfants du soleil et de l’air ! ». Les Soviétiques découvrent le mouvement « A bas la honte ». Sa philosophie peut se résumer ainsi : les vêtements sont de caractère bourgeois puisque l’homme descend du singe. En effet, les animaux ne portent pas de vêtements. Donc les hommes ne devraient pas en porter non plus.Pour étayer leurs arguments, ces nudistes radicaux se réunissent régulièrement à travers le pays dans le plus simple appareil. A la tête du mouvement : Karl Radek, un proche de Lénine, qualifié par ses pairs « d’érotomane à l’apparence extrêmement répulsive », et qui organise au début des années 1920 des manifestations un peu partout en Russie. Ces réunions de prolétaires totalement nus sont perçues, dans l’historiographie soviétique, comme la suite logique de la déconstruction de la société bourgeoise. Alors que la religion est mise au ban, que l’homosexualité est dépénalisée ou encore que la masculinité est questionnée, le mouvement a pour but d’assurer l’égalité totale des sexes en débarrassant l’être humain du sentiment de honte à l’égard de sa propre nudité. Néanmoins, « A bas la honte » sera interdit par les autorités soviétiques en 1925 sous prétexte que les réunions troublent l’ordre public.

Une plage nudiste à Moscou dans les années 1920 (Photo DR)http://www.ladamedepique.ru/article/sexe-urss-aussi-simple-boire-verre-deau-13

L’attitude détendue à l’égard du nudisme a par ailleurs été l’une des caractéristiques de cette période : sur les berges de la Moskova, près de la cathédrale du Christ-Sauveur, une plage nudiste a vu le jour, une d’un genre dont les Européens de l’Ouest n’aurait alors pas même pu rêver. La société « À bas la Honte ! » mentionnée précédemment a organisé de nombreuses marches, dont l’une a réuni pas moins de 10 000 personnes. https://fr.rbth.com/histoire/80717-revolution-sexuelle-urss

1955 – mars avril – La vie au soleil – N° 40 – URSS

avril 6th, 2020

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Société

Leave a Comment

Page suivante »
css.php