Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

« Le mépris de l’hygiène la plus élémentaire, l’abandon des thermes antiques considérés comme des lieux infâmes, est une des conséquences directes de la condamnation de la nudité. La Renaissance, en découvrant l’esprit véritable de l’antiquité classique, voulut le faire revivre. Aussi, vit-on dans de nombreuses villes de France, s’ouvrir des piscines publiques où, pendant plusieurs générations, les hommes et les femmes se baignaient nus en commun, sans aucune honte et sans que cela ait porté atteinte à la moralité des mœurs. Malheureusement, cette réaction ne dura pas. Bientôt, ces idées saines furent combattues et étouffées. L’horreur du nu ramena l’abandon et la négligence des pratiques de l’hygiène. La malpropreté fut, dès lors, la marque la plus évidente de la vertu chez la femme »

Kienné de Mongeot, « Beauté et libre culture », 1931

novembre 17th, 2017

Posted In: Histoire du naturisme, Santé, Société

Leave a Comment

Indonesia’s secret nudist community defying the law

What is it like to be a nudist in a country that prizes modesty and where public nudity is strictly forbidden? Clara Rondonuwu of the BBC’s Indonesian service went to meet some members of the country’s nudist community to find out.

There isn’t a single thread on Aditya’s body. As he speaks to me, droplets of hot oil splash on to his bare belly from the large frying pan of sand crabs, eggs and Chinese cabbage.

« I love doing everyday things in the buff, including cooking my meals, » he says. « I take a great deal of pleasure in being naked anytime I want to. I feel happier and way more comfortable without clothes. »

Aditya is taking a risk though and therefore doesn’t want his full name revealed. Under majority Muslim Indonesia’s anti-pornography laws, it is illegal to be naked in public. Yet he meets regularly with four other nudists in private. « We could face jail time if we appeared nude in public, » he explains. « Which is the reason why we let it all hang out in private. »

A closely knit group

Aditya has been a nudist in his spare time since 2007.

« I was surfing the web, reading articles about nudism and got really into it. It seemed that it was the life path I had been looking for, » he says.

He made contact with other nudists in the country – they are a small but committed and closely knit group. Jakarta’s naturist group now has about 10 to 15 members, both men and women.

Aditya feels that being naked gives them a stronger connection and lasting bond. « We can be ourselves. No one body shames you no matter how fat or paunchy you are or because of your flaccid penis, breast size or birthmarks. You are nude. »

He dreams of travelling to nudist colonies in countries like France, where his lifestyle choice would be accepted as something not unusual.

Yet while Indonesia’s law doesn’t allow for public nudity, this does not mean that there are no opportunities to go bare. The group gets together from time to time, renting a holiday villa, like recently in a mountainous area outside Jakarta.

« Within seconds, we disrobe, » he says. They just spend a normal day together, with conversations ranging from anything like politics to work life.

He tells me he just got back from a beach escape at one of Indonesia’s best-kept secret destinations, where he is far from the discrimination he would face elsewhere in the country. It’s not a nudist site, but it is « well hidden by the dense foliage, » he explains. Even so, he took precautions.

« I picked my time carefully, and went for walks really early in the morning. »

Reckless?

Despite the risks, Aditya also posts openly about his lifestyle on nudist websites. Among his many Instagram accounts, there was also a private one where he uploaded his nude pictures. One of them showed him fully nude, standing inside a church. He has since deleted the account as he could be found guilty under Indonesia’s anti-pornography law.

« My fellow naturists said I was pretty reckless to open up on the internet, » he explains.

But he thinks all these posts were necessary to change the many misconceptions about his lifestyle.

« People here in Indonesia think that nakedness has something to do with sex, » he says, pointing out that nudity is not the same as exhibitionism.

« If we strip off together they assume it is a sex party. The truth is, there is nothing sexual about it. »

« People are so hypocritical when they think that being fully clothed is more polite than being open. »

A difficult lifestyle

Another naturist who lives on Borneo does not want to be named, and agrees that being a naturist in Indonesia is a « difficult lifestyle decision ». He looks enviously at places like France and Germany, where nakedness is more accepted, and thinks Indonesian businesses could cater more to the nudist market. Their best shot would be Bali, which is less strict than the rest of majority Muslim Indonesia. But he says the existing nudist-friendly resorts « cater to foreigners only ». Rewind 40 years and nudity was common in places like Bali – women would often walk around topless, and bathe naked.

There are no public nude beaches on the mostly Hindu island, though a number of coastal areas remain popular with nudists because they are protected by rocks.

The manager of one resort in Bali says he has two properties which advertise themselves as « clothing optional » and that there are 10 other such resorts in the tourist centre of Seminyak alone.

Additionally, « some of the villas do not promote themselves as naturist-friendly, but many foreigners do go naked in there, » he says.

« Nudism is common for the upper-class people. »

The hotel manager told the BBC he only accepts foreign guests, but said that other resorts might take Indonesian nudists too.

Abused for being different

Aditya says he wants to educate society that he and his fellow naturists are human beings just like everyone else.

« Most people tend to be overly expressive when they see something unusual to them. Look how aggressive they are to transgender people, they beat them. »

« What I do is not pornography, » he says.

« I feel sad when they judge me and think of me as immoral, some even called us animals. I am just being myself, it’s nothing grotesque. I don’t harm anyone. »

At times, he explains, he feels like challenging all these misconceptions in social media.

Yet then again, he often just doesn’t have the energy to engage in what he says are long and useless conversation with internet trolls.

« Most people here still cannot deal with nudity. »

 

http://www.bbc.com/news/world-asia-41396130

novembre 2nd, 2017

Posted In: Liberté, Naturisme, Société

Leave a Comment

Texte de Christian G.
Il y a deux ans, des « fauteuils » de théâtre antique en terre massive taillée, découverts fortuitement près de la Joliette, disparaissaient mystérieusement.
Si aucun élément nouveau n’est survenu depuis : personne, officiellement, ne sait si ces fauteuils en pierre taillée ont réellement été jetés aux ordures comme cela a été dit, ont été « perdus », ont été vendus illégalement, ou sont déposés dans le jardin d’un notable local.
Quelle honte !
En 1967-68, quand dans ma période de production de photos, films et éditions à caractère documentaire et scientifique, j’avais sorti la première publication sur la découverte fortuite du port antique de Massalia, les archéologues qui en avaient rédigé le texte m’avaient confié leur certitude que Marseille possédait, enseveli, le plus grand et beau théâtre antique en plein air de France, d’Italie et de Grèce.
D’après les parties exhumées par hasard de temps en temps, ce splendide théâtre s’étendait sur le flanc de la butte du Panier depuis les abords de l’actuel Fort-St-Jean jusqu’aux abords de l’ancien hôpital Hôtel-Dieu
Il n’en reste que quelques misérables gradins coincés entre deux grands immeubles récents près du collège du Vieux-Port, et les fauteuils de pierre taillée disparus font partie de la démolition successive de toutes les parties de ce grand théâtre, découvertes au hasard de construction d’immeubles.
Outre l’intérêt du patrimoine, c’est aussi des millions d’euros de recettes touristiques et de recettes de spectacles (cf le théâtre antique d’Orange, pourtant plus petit !) sacrifiés pour le profit cupide immédiat.

septembre 26th, 2017

Posted In: Politique, Société

Leave a Comment

Des censures d’affiches de cinéma, y en a eu souvent mais qu’elles soient exigées par des parents d’élèves et relayées par une école catholique en exerçant une pression sur la municipalité et un petit cinéma public, c’est plutôt lamentable ….. pourtant, au XXI siècle, ce genre de censure pudibonde est encore d’actualité et ne peut être passé sous silence ! Ca se passe à Senlis dans la régions de Haut de France !

http://www.lefigaro.fr/cinema/2017/09/23/03002-20170923ARTFIG00121–senlis-l-affiche-de-nos-annees-folles-censuree-par-des-parents-d-eleves.php

VIDÉO – L’image promotionnelle du film d’André Téchiné, représentant un homme travesti enlaçant une femme, «heurterait la sensibilité» des enfants d’une école primaire de la Ville. Sous la pression des associations scolaires sur le cinéma de la ville, elle a dû être retirée.

À Senlis, dans l’Oise, l’affiche du dernier d’André Téchiné, Nos années folles, crée le désordre. Représentant un homme travesti enlaçant une jeune femme, tous deux nus, l’image promotionnelle a dû être retirée d’un des panneaux du «Jeanne d’Arc», petit cinéma de la ville, situé non loin de l’école primaire Notre-Dame du Sacré Cœur.

Marilke Fleury, responsable d’exploitation de la salle, explique l’affaire qui a connu plusieurs rebondissements: «Jeudi matin, j’ai reçu un premier appel de la Présidente d’une association catholique en charge de la gestion de l’école me demandant de déplacer l’affiche, car elle pouvait heurter la sensibilité des enfants. J’ai refusé ce que je considérais comme une censure, ni le film ni l’affiche n’ayant été interdits ou même fait le cas d’une polémique».

La Mairie, également contactée par les contestataires, a fait savoir qu’elle ne pouvait prendre part au débat, le cinéma étant associatif et non municipal. L’affiche est donc restée à sa place. Plus tard, c’est au tour de Dominique David, Président du conseil d’administration, de demander à Marilke Fleury de retirer l’affiche, à la demande de l’Organisme de gestion des écoles paroissiales de Senlis (Ogeps) et de l’APEL. Nouveau refus de la part de la responsable d’exploitation, qui ne voit pas d’obligation légale à agir de la sorte.

Vendredi après-midi, c’est un autre membre du Conseil d’administration qui est venu au cinéma pour récupérer les clefs du panneau, et retirer lui-même l’affiche. «Il ne m’a rendu ni les clefs, ni l’affiche», précise Marilke Fleury, qui imprime des photocopies pour promulguer «tant bien que mal» le film, en indiquant une censure de l’Ogeps. «Si j’avais une autre affiche, je l’aurais mise», assure-t-elle.

Le film Nos années folles raconte l’histoire vraie de Paul (joué par Pierre Deladonchamps), soldat au front pendant la Grande Guerre, qui se mutile et déserte. Pour le cacher, son épouse Louise le travestit en femme, ce qu’il apprendra à devenir dans le Paris des Années Folles. D’où la sulfureuse affiche. Si le panneau de Senlis est toujours vide, la page Facebook du cinéma, tenue par la responsable d’exploitation, arborde fièrement l’affiche du film de Téchiné en couverture.

************************

L’école en question est celle-ci http://ecole-ndsc-senlis.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=7&Itemid=101

A sa page d’accueil, il est marqué ceci (comment agir et dire qu’on est pas responsable ….)

septembre 24th, 2017

Posted In: Art et nudité, Culture, Liberté, Société

2 Comments

Facebook applique une politique à l’image de la société, une vision hypocrite où la nudité pose visiblement plus de soucis que le meurtre et la torture. Une vision nudophobe où finalement la vie, dans son expression la plus naturelle qu’est la nudité non sexuelle, se retrouve bannie comme elle peut l’être dans la vie réelle. Une sorte d’épée de Damoclès virtuelle comme si on n’en avait pas assez dans la « vraie vie ». C’est finalement une conception qui aplanit nos différences dans notre diversité d’expression. La société voudrait nous mettre dans un moule, faudrait qu’on pense à peu près tous la même chose et qu’on adopte tous la même façon de vivre, ce serait tellement pratique pour mieux nous diriger. Il faudrait rentrer dans le rang pour ne choquer où interpeler personne, quitte à ce que le monde croit en des thèses fausses comme la pudeur qui serait innée et naturelle alors qu’elle nous a été inculqué depuis seulement trois siècles par la religion. Des thèses qui assurent qu’il faut se méfier du voisin de peur qu’on subisse les terribles actualités dont les médias se délectent de nous raconter à longueur de journée.

Voici comment Facebook considère notre droit fondamental à la liberté d’expression et de quelle manière, ce réseau social piétine le droit des pays dans lesquels il s’implante. Le naturisme est légal dans un pays ? Des articles de presse sont vendus sans floutage dans la presse ? Facebook s’en contrefiche en censurant ces publications pourtant à la vue de tous dans les kiosques à journaux ! Facebook fait le tris parmi les actualités « acceptables » et celles qui le sont moins. Le tableau de « L’origine du monde » est un chef d’œuvre reconnu dans le monde entier (ou presque !) ? Facebook n’y voit que de la pornographie comme au bon vieux temps des inquisiteurs …

Par contre, diffuser des meurtres d’homosexuels pendus par Daesch, des tortures d’animaux en vidéo, des enfants dénudés sur un lit, là pas de souci, c’est de « la liberté d’expression » selon Facebook et il leur faut des dizaines de signalements pour supprimer ces publications alors qu’un seul signalement suffit pour supprimer une photo naturiste …..

(suite…)

septembre 24th, 2017

Posted In: Art et nudité, Liberté, Naturisme, Politique, Société

One Comment

http://tvmag.lefigaro.fr/le-scan-tele/actu-tele/2016/02/22/28001-20160222ARTFIG00169-peut-on-montrer-un-sexe-a-la-television.php

«C’est mon choix de vivre nu», voilà la thématique du programme de Chérie 25 exploitée, dès ce lundi. Évelyne Thomas s’intéressera à ces personnes adeptes du naturisme et les parties intimes de celles-ci seront floutées. Est-ce là une requête du CSA? Quelles sont les règles concernant la nudité à la télévision?

Ces règles sont poreuses et sujettes à interprétation: ce sont les chaînes qui décident dans quel cadre diffuser des images de nudité. Libre à elles donc de flouter ou non des parties intimes. Contacté, le CSA rappelle que cette technique de floutage «n’est pas une recommandation du Conseil, dans la mesure où les chaînes disposent de leur liberté éditoriale. Toutefois, cela peut en effet atténuer le caractère potentiellement choquant de certaines images de corps nus pour les plus jeunes.»

Dans certains cas, la représentation de la nudité peut justifier une classification particulière (interdit aux moins de 10 ans, aux moins de 12 ans…) notamment si les images ont une connotation sexuelle. C’est alors aux chaînes de déterminer si une signalétique est adaptée pour préserver les plus jeunes ; le CSA, lui, ne censure rien par respect de la liberté d’expression et de la communication.

En revanche, après diffusion, le Conseil peut estimer qu’un programme a été mal classifié et peut donc intervenir. Ainsi, en 2014, les Sages sont intervenus auprès de France 2 concernant une émission, classée tous publics, de Ce soir (ou jamais!), consacrée à la thématique: «Le sexe est partout: faut-il s’en réjouir?». Après examen, le CSA avait demandé qu’une signalétique de catégorie III (déconseillé aux moins de 12 ans) soit apposée en cas de rediffusion de cette émission.

En 2013, en revanche, le Conseil avait été plus laxiste suite à la diffusion d’une séquence dans Le Petit Journal (Canal +) dans laquelle un pénis était visible en gros plan, sans avertissement préalable. Malgré les plaintes adressées, le CSA avait retenu la «dimension humoristique» de cette séquence qui n’a donc, selon l’organisme, pas manqué aux règles de la protection des mineurs.

septembre 9th, 2017

Posted In: Culture, Liberté, Naturisme, Politique, Société

Leave a Comment

Le blason de Marseille comporte une croix azurée surmontée d’une couronne murale (faite de tours et de murs d’enceinte). Au XIXe siècle, on y a ajouté le lion, emblème de puissance, un caducée, emblème du commerce, un taureau, emblème de travail, et un trident pour symboliser la mer.

La devise « Actibus immensis urbs fulget massiliensis » signifie « par l’éclat de ses hauts faits resplendit la ville de Marseille ».

 

septembre 9th, 2017

Posted In: Culture, Société

Leave a Comment

Le vendredi 4 août devait paraître une couverture tendance pour Le Parisien Magazine mais celle-ci ne fut pas au goût de la direction qui a tout simplement retiré de suite le numéro du marché ! Le numéro devait parler de l’émergence du naturisme dans la Capitale.

Apparemment, chez Bernard Arnault, on a peur de choquer son lectorat puritain quitte à ne pas parler de certains faits de société.

Pourtant dans l’édition du 11 mars 2007, la couverture était bien plus …. sulfureuse mais c’est oublié que depuis 2 ans LVMH a racheté le journal.

 

août 10th, 2017

Posted In: Culture, Liberté, Naturisme, Société

Leave a Comment

La Société Française d’Histoire Maritime (SFHM) intervient dans le débat sur le site grec antique de la Corderie à Marseille et soutient sans réserve l’action engagée pour sa préservation et sa valorisation.

Par une lettre du 22 juin adressée à Jean Noël Beverini (voir ci-dessous), le président de la Société Française d’Histoire Maritime M. David Plouviez, universitaire et auteur de nombreux ouvrages, apporte son « entier soutien dans l’action pour la préservation et la valorisation de ces vestiges ».

Placée sous le patronage de l’UNESCO, du Conseil International de la Philosophie et des Sciences humaines, du Comité international des Sciences historiques et de la Commission internationale d’Histoire maritime, la SFHM dont le siège est situé  à Paris sur le site du Centre d’accueil et de Recherche des Archives nationales (CARAN), rue des Francs-Bourgeois, regroupe des Délégations présentes en Aquitaine, Aunis-Poitou-Saintonge, Bretagne, Guadeloupe, Île de France, Normandie et Méditerranée.

Acteur incontournable dans la connaissance, l’approfondissement et la diffusion de l’histoire maritime, elle édite la « Chronique d’histoire maritime », anime des colloques, organise des rencontres internationales sur le modèle des Journées franco-britanniques d’histoire maritime et attribue chaque année le Prix Étienne Taillemite qui récompense un premier livre ou une thèse de doctorat dans le domaine maritime. Sa prestigieuse présidence fut, entre autres, assurée par Étienne Taillemite, inspecteur général des Archives de France, les professeurs Miège et Vergé-Franceschi, bien connu à Marseille dont il est natif, et récemment par le Recteur de l’université d’Angers Henri Legohérel, actuel président de l’Académie de marine.

La délégation « Méditerranée » de la SFHM se réunit alternativement à Toulon au sein du musée de la marine et à Marseille au Palais de la Bourse  sur la Canebière.

Le soutien total de la SFHM que vient de recevoir Jean Noël Beverini est incontestablement une carte majeure par la qualité reconnu de ce nouvel acteur entrant dans le débat, sans ignorer son audience extérieure.

Site Internet de la SFHM : http://www.sfhm.asso.fr

Jean Noël Beverini

Objet : Découverte d’un site grec antique à Marseille.

Monsieur le commissaire en chef et cher collègue,

 

Vous avez eu l’occasion à plusieurs reprises d’appeler mon attention et celle de notre Société sur une découverte archéologique majeure effectuée récemment à Marseille : un site grec antique du V° siècle avant notre ère. Cet espace situé boulevard de la Corderie était déjà riche d’histoire et d’histoire maritime avec, en particulier, l’existence du dernier fragment subsistant du mur rempart élevé sous Louis XIV par l’Intendant général des galères Nicolas Arnoul, répondant aux directives de Colbert.

À la suite de l’élévation de ce mur rempart, les cordiers de Marseille se sont installés à proximité immédiate, disposant là de l’espace nécessaire à leur activité maritime et ont donné leur nom au boulevard actuel de la Corderie.

Aujourd’hui ce site s’enrichit d’une nouvelle découverte exceptionnelle : une carrière antique grecque comportant une zone d’extraction de sarcophages et de leurs couvercles (niveau archaïque) et un important espace de taille de colonnes avec un puits grec (niveau hellénistique). Bien plus qu’une carrière, ce site est un véritable « site de vie antique », le pôle grec visible de Marseille.

Marseille, ville port depuis la plus haute Antiquité, complète ainsi sa riche et longue histoire par cette découverte exceptionnelle d’un site dont il n’existe aucun équivalent en France.

Je suis avec attention l’adhésion qu’expriment, non seulement, les Marseillais mais tous les passionnés en France et hors de France pour la préservation « in situ » de ce site. Vous avez souhaité connaître la position de la Société Française d’Histoire Maritime (SFHM) et obtenir son soutien dans cette action de préservation. Cette défense est inscrite dans nos statuts.  Aussi je vous assure, comme je l’ai déjà fait à Toulon, de mon entier soutien dans votre action pour la préservation et la valorisation de ces vestiges.

Je me souviens qu’un de mes éminents prédécesseurs, monsieur Étienne Taillemite, inspecteur général des Archives de France, vous avait déjà apporté son soutien en 2005 à l’occasion de la découverte de vestiges grecs sur le site du collège Vieux-Port à Marseille, conjointement avec madame Jacqueline de Romilly, de l’Académie française.

Recevez à mon tour mon entier soutien et celui de notre Société. Elle ne peut être insensible à cette préservation.

Tenez-moi informé de la suite réservée à ce site et recevez, cher commissaire et ami, l’expression de mes meilleures salutations maritimes.

David Plouviez

Président de la Société Française d’Histoire Maritime

juillet 8th, 2017

Posted In: Culture, Politique, Société

Leave a Comment

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20170503.OBS8849/zone-naturiste-a-paris-faux-culs-contre-culs-a-l-air.html

Zone naturiste à Paris : faux-culs contre culs à l’air

Zone naturiste à Paris : faux-culs contre culs à l’air
Pendant le «Festival du corps et de la liberté» le 21 août 2015 à Biel, en Suisse occidentale. AF (FABRICE COFFRINI/AFP)

L’espace naturiste, qui devait voir le jour cet été, ouvrira, au mieux, au printemps 2018. S’appuyant sur des arguments soi-disant sociaux, la question du nudisme urbain crispe, pointe le sociologue Christophe Colera.

Cet été, si vous avez envie de vous dorer nu comme un ver au soleil, ne venez pas à Paris : l’espace naturiste gratuit qui, après un vote du Conseil de Paris de septembre 2016, devait voir le jour à l’été 2017 au bois de Vincennes, restera dans les cartons pour un petit moment.  Au sein du groupe écolo de la capitale, qui avait porté cette résolution, on le regrette :

« L’exécutif parisien nous avait promis une ouverture fin mai-début juin, Mais les semaines passent, et on ne voit rien venir. On sent bien que ce n’est pas une priorité à l’agenda. »

Un simple coup de fil au service de presse de la Ville de Paris confirme que la ville n’est pas pressée d’agir :

« Ce ne sera clairement pas possible cet été. L’ouverture est reportée au maximum à l’été 2018, donc peut-être avant, au printemps de l’année prochaine. »

Pourtant, ouvrir une zone dont la seule particularité d’accueillir des gens se promenant tous nus ne réclame pas d’investissements lourds. Mais la question est sans doute ailleurs. Il faut se souvenir des réactions négatives qu’avait suscitées l’annonce de ce chantier en septembre 2016. N’auraient-ils pas un peu refroidi la Mairie de Paris ?

Premier argument, lu dans la presse conservatrice et sur certains forums de discussion : les écologistes parisiens n’avaient rien de mieux à faire que de défendre ce chantier  » futile « , « superflu « , « pas prioritaire ». Une vision résumée par l’humoriste Fabrice Eboué dans une lettre ouverte à « Annie Dalgo ».

« Serait-il possible de trouver une place en crèche pour mon fils, nous galérons depuis deux ans ? Je sais que vous êtes très occupée avec votre nouveau projet de parcs nudistes à Paris, mais comprenez au combien je préférerais que mon enfant croise une puéricultrice avant un pénis. »

La vanne est réussie, mais surfe sur idée bizarre, selon laquelle une majorité municipale n’aurait le droit se préoccuper des questions estivales qu’après avoir épuisé toutes celles du logement, de la précarité, des crèches ou de la voirie.

Un cadeau aux bobos ?

Plus intéressant encore, la polémique sur le camp de nudistes avait ricoché sur une autre : celle de la piétonisation des voies sur berges parisiennes – voir par exemple cet article du « Figaro » sur la zone naturiste, commençant par les mots : « En marge du débat sur la piétonisation des voies sur berges », alors que ce dossier n’a, en soi, aucun rapport. Aucun ? Eh bien justement si, dans l’esprit des « anti ».

La piétonisation avait fait hurler, outre les associations d’automobilistes, la droite parisienne sur le mode : on exclut de l’espace parisien les automobilistes, donc les banlieusards, donc les pauvres. Tout naturellement, l’espace naturiste du bois de Vincennes fait donc figure de « cadeau » fait aux bobos contre la France des « vraies gens », ceux « qui se lèvent tôt » et ont bien d’autres soucis en tête que de s’exhiber en tenue d’Adam.

« C’est en effet une idée très ancrée que par le naturisme urbain, on privilégie indûment certains ‘bobos’. Cette idée n’est pas française, on la trouve partout en Europe chez certains mouvements populistes et conservateurs, confirme Christophe Colera sociologue et auteur de « la Nudité, pratiques et significations » (éditions du Cygne). Par exemple en Espagne, le mouvement HazteOir [proche des catholiques réacs, NDLR] lutte par des pétitions contre toute tentative d’étendre les zones naturistes. En Angleterre aussi, on parle de ‘mesures de protection des familles’. »

De fait, pointe le chercheur, ce constat semble s’appuyer sur une réalité statistique :

« Il n’existe pas de chiffres sur la composition sociale des 2 millions de naturistes qui pratiquent dans les camps en France. Mais ils sont perçus, y compris par les naturistes eux-mêmes, comme appartenant  aux catégories socio-professionnelles supérieures, notamment aux enseignants. »

Et en réalité ? « Un sondage indique que 32% des femmes chez artisans-commerçants ont déjà été sur une plage naturiste, 23 % des professions libérales et supérieures pour seulement 8 chez les ouvriers », souligne Christophe Colera. La corrélation catégories sociales supérieures/naturisme n’est donc pas entièrement démontrée.

Cela n’empêche pas l’idée, très puritaine, d’une décadence de certains « groupes » qui se pavaneraient avec impudeur quand la France souffre. De même que la lutte contre la pornographie se fait souvent au nom de la défense des enfants, tout cela est maquillé en défense des « petites gens ». Voir les élucubrations d’un chroniqueur d’extrême-droite de Radio Libertés lequel, naturellement affirme n’avoir rien contre la nudité, mais vitupère contre le projet de zone pour des motifs apparemment très sociaux :

« Oui, ce projet de camp naturiste est indécent. Indécent pour cette mamie de 90 ans mal-logée et qui attend depuis vingt ans que son dossier passe entre deux familles immigrées.
Indécent pour Jean-Paul à la rue depuis huit ans, sans famille ni ressources et qui préférerait mettre un toit sur sa tête plutôt que de se balader à poil.
Indécent pour ces banlieusards à qui Vinci extorque sans vergogne 5 euros de l’heure au moins le droit de poser leur voiture. »

Revolver nazi…

De l’autre bord politique, mais dans le même ordre d’idées, le chroniqueur Bruno Roger-Petit (ancien collaborateur du site de « L’Obs ») enfonce le clou dans un édito anti-zone naturiste, opposant lui aussi le « sociétal » au « social ». :

« Le bonheur est une idée obligatoire à Paris. Et tant pis pour la vraie vie des vraies gens (…) Paris et son camp naturiste, Paris sociétal, mais Paris antisocial, au point que la mairie, critiquée, en perd son sang-froid. Mais chut! Dès que l’on parle social, la mairie de Paris sort son revolver. »

Rappelons que le fameux « revolver » fait référence à une phrase de Hanns Johst, dramaturge pro-nazi sous le Troisième Reich. Le culs à l’air font sans doute tourner excessivement les têtes…

Arnaud Gonzague

juin 25th, 2017

Posted In: La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

Page suivante »
css.php