Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

1966 07nov déc – La vie au soleil – N°108

 

juillet 25th, 2018

Posted In: Santé, Société

Leave a Comment

http://adevarul.ro/locale/braila/nudism-1900-lacu-sarat-turistii-primeau-hydroterapie-phyzioterapie-masaje-bai-electrice-1_54ddd627448e03c0fd917156/index.html

Texte traduit via google translate Nudisme en 1900 à Lacu Sarat. Les touristes ont reçu « l’hydrothérapie, la phytiothérapie, les massages et les bains électriques »

À environ 5 kilomètres de Brăila, Lacu Sărat a connu des moments de floraison maximale au début du XXe siècle, lorsque des touristes de toute l’Europe sont venus ici, attirés par la renommée des boues sapropéliques scienti- fiquement prouvées comme ayant un grand pouvoir de guérison… Depuis lors, il y avait des solariums où les messieurs pouvaient faire du nudisme, séparés des dames.

La mise en place de bains froids et chauds, douches d’eau douce, bains individuels ou mixtes, « hydrothérapie, phyothérapie, massages et bains électriques », sage-femme pour le traitement gynécologique – voici quelques offres de la station, du début du XXe siècle.

A cette époque, les touristes arrivaient à Braila en train où en bateau et, dans la station, ils arrivaient en tramway électrique qui les emmenait directement de la gare.

Dans la station, à côté des bains de boue, les touristes ont trouvé beaucoup d’attractions. Le parc anglais, en fanfare, salle « bowling et croquet », le grand Casino du siècle. XIX, Villa Royale, « Ţancu » Villa, « Poppescu », « Cap. Leonida Nicolescu « , » Nisipianu « Villa, » Untaru « et » Cazacu « , ne sont que quelques-unes des attractions tant désirées de Lacu Sarat Resort. Le casino chic de la station comme il était il y a 100 ans

Malheureusement, aujourd’hui, la station thermale est juste une ombre de ce qui était autrefois. Le manque d’investissement marque de son empreinte les nombreux bâtiments existants, mais aussi les rues et les ruelles pleines de fosses, ou les espaces verts. Les autorités brăiliennes, cependant, promettent de mettre en œuvre plusieurs programmes visant à raviver l’intérêt des touristes pour cette perle de Bărăgan.

 

juillet 16th, 2018

Posted In: Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

1965 juillet aout – La vie au soleil – N°100

A cette époque, les pionniers du mouvement pensaient encore que la société pouvait changer en appliquant les principes naturistes au plus grand nombre.

 

juillet 2nd, 2018

Posted In: Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

1986 – août – La vie au soleil n°112

mai 15th, 2018

Posted In: Ecologie, Faune, Naturisme, Santé

Leave a Comment

1986 – août – La vie au soleil n°112

mai 15th, 2018

Posted In: Naturisme, Santé, Sport

Leave a Comment

La vie au soleil – n°117 – Mai Juin 1968

décembre 23rd, 2017

Posted In: Histoire du naturisme, La pudeur, Santé, Société

Leave a Comment

Die Neue Zeit numéro 64

décembre 23rd, 2017

Posted In: Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

La vie au soleil – n°117 – Mai Juin 1968

décembre 23rd, 2017

Posted In: Histoire du naturisme, Naturisme, Santé

Leave a Comment

Ma première réaction quand j’ai vu le signe « maillots interdits » : j’ai été choquée.

 29/11/2017 08:30 EST

STÉPHANIE GRIMARD

Grâce à la magie de l’internet, je reste branchée sur ce qui se passe chez nous. Et j’ai vu passer plusieurs articles sur le règlement concernant le déshabillage interdit dans un endroit où, dans ma tête du moins, c’est là que ça devrait se passer. Quelques jours plus tard, je me retrouvais dans une piscine publique à Laholm, tout près d’où j’habite. Et mon expérience a été celle d’un contraste assez frappant, c’est le moins qu’on puisse dire.

 Voici à quoi ressemble le règlement (dans pas mal toutes les piscines publiques apparemment) : ici, on OBLIGE tout le monde à prendre une douche sans son maillot (c’est très important), afin d’arriver propre dans une piscine où on peut ouvrir nos yeux sans qu’ils restent rouges pour tout le reste de la journée, tellement c’est plein de chlore. Ma première réaction quand j’ai vu le signe « maillots interdits » : j’ai été choquée. Je suis de nature assez prude, et qu’on me demande ainsi de montrer mon corps à des étrangers m’a rendue inconfortable.

Pour un instant. Ensuite, je me suis sentie libérée. De voir toutes ces femmes, avec leurs enfants, faire cela sans l’ombre d’un stress ou d’une gêne, avec le sourire, «go on se met propres avant d’aller jouer dans l’eau», on aurait dit qu’une sorte de contrainte artificielle avait été enlevée, et que je pouvais faire ce geste tout naturel de me laver sans être dérangée par tant de sentiments qui viennent de je sais pas où. Et aussi, c’est le triomphe de la logique derrière ça qui m’impressionne (comme c’est le cas devant plusieurs lois et manières de faire ici) : bien sûr que l’important, c’est l’hygiène, et que tous se lavent comme il faut, surtout les parties intimes (comme c’est bien montré sur les panneaux). Et la meilleure façon d’obtenir ce résultat, c’est d’exiger que les gens le fassent sans maillot, tout simplement. Ce n’est pas plus sorcier que ça.

STÉPHANIE GRIMARD

Même sentiment de surprise suivi d’une nouvelle aisance, quand après la baignade, je suis allée dans le sauna, et me suis rapidement trouvée étendue sur ma serviette, dans le bien-être et la nudité totale. Quand deux jeunes garçons, de 8-9 ans environ, sont entrés pour se sécher un peu, avec la maman qui les surveillait de l’extérieur du sauna (elle n’était pas venue se baigner, mais juste les accompagner), c’est sûr que pendant un instant, je ne savais pas trop comment me sentir. Mais encore là, ce fut un petit malaise de courte durée, qui a vite été remplacé par quelque chose comme un grand soulagement.

Il me semble que c’est comme ça que ça devrait être, entre êtres humains.

Il me semble que c’est comme ça que ça devrait être, entre êtres humains. Il me semble que ça aide à avoir un rapport plus sain au sexe, pour voir cela non pas comme quelque chose à cacher, quelque chose dont on devrait avoir peur ou dont on peut se servir pour faire peur, mais plutôt comme quelque chose qui fait partie de la vie, de l’expérience humaine, de son début jusqu’à sa fin. De voir, souvent, à quoi ça peut ressembler, un corps nu (toutes sortes de corps nus, pas juste la version plastifiée du sexe-marchandise publicisé), bref d’enlever cette aura de mystère et d’interdit, ça aiderait peut-être à changer les comportements déviants qui entourent cette envie de voir, ou de montrer.

Je dis ça, je dis rien, comme disent les Français.

Un autre élément intéressant est cet autre panneau, qui avertit les usagers que le personnel qui vient nettoyer les douches et autres aires communes peut être de n’importe quel sexe. Mais là-dessus, il y aurait trop à dire. Je vous reviens.

novembre 30th, 2017

Posted In: Liberté, Santé

2 Comments

« Le mépris de l’hygiène la plus élémentaire, l’abandon des thermes antiques considérés comme des lieux infâmes, est une des conséquences directes de la condamnation de la nudité. La Renaissance, en découvrant l’esprit véritable de l’antiquité classique, voulut le faire revivre. Aussi, vit-on dans de nombreuses villes de France, s’ouvrir des piscines publiques où, pendant plusieurs générations, les hommes et les femmes se baignaient nus en commun, sans aucune honte et sans que cela ait porté atteinte à la moralité des mœurs. Malheureusement, cette réaction ne dura pas. Bientôt, ces idées saines furent combattues et étouffées. L’horreur du nu ramena l’abandon et la négligence des pratiques de l’hygiène. La malpropreté fut, dès lors, la marque la plus évidente de la vertu chez la femme »

Kienné de Mongeot, « Beauté et libre culture », 1931

novembre 17th, 2017

Posted In: Histoire du naturisme, Santé, Société

Leave a Comment

Page suivante »
css.php