Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

http://www.bfmtv.com/societe/manifester-seins-nus-n-est-pas-un-delit-d-exhibition-sexuelle-1081280.html

Une militante Femen avait été condamnée pour exhibition sexuelle. Elle a été relaxée en appel. Après le tribunal de Lille, la cour d’appel de Paris a estimé que manifester seins nus n’était pas un délit.

Manifester seins nus ne relève pas de l’exhibition sexuelle. Une Femen qui avait été condamnée pour exhibition sexuelle a été relaxée jeudi en appel. Elle devra en revanche payer 600 euros d’amende pour avoir dégradé une statue de cire du président russe Vladimir Poutine.

« La jurisprudence se construit », s’est félicitée pour l’AFP son avocate, Marie Dosé. À travers cette décision, la justice « autorise » les femmes à « utiliser leur corps comme une arme politique ». Elle envisage toutefois un pourvoi en cassation contre la condamnation pour dégradations.

« Un symbole » et « un exemple »

Outre l’amende, la cour d’appel a confirmé la condamnation de Iana Zhdanova à verser au musée Grévin 3.004 euros de dommages et intérêts pour le préjudice matériel et 1.000 euros pour le préjudice moral.

La jeune Ukrainienne de 28 ans, réfugiée politique, se dit soulagée et salue pour BFMTV.com une « victoire » non seulement pour elle, mais « pour toutes les femmes ».

« C’était un symbole important d’aller jusqu’au bout et c’est un exemple pour toutes les autres femmes qui seront jugées pour exhibition sexuelle », a confié Iana Zhdanova.

« Ce sont des militantes politiques »

Elle avait, lors d’une action seins nus le 5 juin 2014, attaqué à coups de pieu la statue de cire de Vladimir Poutine au musée Grévin à Paris. Et avait été condamnée le 15 octobre 2014 à 1.500 euros d’amende pour dégradations et exhibition sexuelle, condamnation dont elle a fait appel.

Si trois Femen avaient déjà été relaxées en première instance à Lille du délit d’exhibition sexuelle pour une action lors de l’arrivée de Dominique Strauss-Kahn au procès de l’affaire dite du Carlton, il s’agit de la première décision de relaxe prononcée par une cour d’appel. Lors du procès de Iana Zhdanova en deuxième instance, l’avocat général avait requis 1.000 euros d’amende pour les dégradations et s’en était remis « à la sagesse de la cour » pour le délit d’exhibition sexuelle.

Si cette Femen a été relaxée, d’autres militantes féministes sont toujours poursuivies pour exhibition sexuelle, dont quatre qui doivent comparaître le 25 janvier. Valentine Rebérioux, avocate de ces militantes, ne comprend pas ces poursuites. « Il est impossible que ces Femen, qui sont des militantes politiques, aient commis une telle infraction. Ce n’est pas un délit et encore moins d’ordre sexuel », s’indigne-t-elle pour BFMTV.com.

« Une rupture d’égalité entre les hommes et les femmes »

Selon le Code pénal, « l’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende ». Elle estime que cette définition est trop floue et pose un problème de droit.

« Pour chaque affaire, nous avons déposé une question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Nous contestons la légalité du délit d’exhibition sexuelle qui n’est pas suffisamment défini dans le code pénal et créé une rupture d’égalité devant la loi entre les hommes et les femmes. Un homme ne sera pas poursuivi pour exhibition sexuelle. »

Valentine Rebérioux rappelle que les Hommen, mouvement anti-mariage homosexuel dont ses membres masculins manifestaient torses nus, n’avaient pas été poursuivis pour exhibition sexuelle. Et regrette qu’aucune de ces QPC n’ait abouti.

« Il faut pourtant mieux définir l’intention de l’auteur et la finalité de son geste. S’exhiber sexuellement, c’est un acte à caractère sexuel avec l’intention de choquer. Or, ce n’est pas le cas d’une manifestation de Femen. Leur poitrine est un support de revendication, c’est un acte politique. »

« Une bataille pour l’égalité »

Eloïse Bouton, la première Femen à avoir été condamnée pour exhibition sexuelle, attend elle aussi le 15 février prochain la décision de la cour d’appel de Paris après avoir été condamnée en première instance à un mois de prison avec sursis pour une action devant l’autel de l’église de la Madeleine.

Iana Zhdanova ne comprend pas qu’en France, une femme puisse être poursuivie pour avoir manifesté torse nue. « C’est très étrange, dans une démocratie, d’être condamnée pour exhibition sexuelle. » La militante espère que les autres Femen poursuivies seront relaxées et que cette loi « discriminatoire » finira par changer. Et ajoute:

« C’est une bataille pour l’égalité entre les hommes et les femmes. »

Céline Hussonnois-Alaya avec AFP

janvier 26th, 2017

Posted In: Liberté, Nudité urbaine

9 Comments

INSOLITE – Ils voulaient « marquer le coup » pour leur dernière photo de classe au lycée. On peut dire que c’est réussi.

La photo de classe d’élèves de terminale d’un lycéen d’Avignon connaît un franc succès sur Facebook et Twitter ces derniers jours. Il faut dire qu’elle n’a rien à voir avec celle que l’on a tous eu l’occasion de faire dans notre scolarité. Ici, pas de « les petits au premiers rangs et les grands au fond ». Pour leur toute dernière photo de groupe au lycée, cette classe a posé… nue.

http://www.huffingtonpost.fr/2016/12/21/photo-classe-nu/?ncid=fcbklnkfrhpmg00000001

 

 

janvier 25th, 2017

Posted In: Liberté, Nudité urbaine

Leave a Comment

poeme-bonne-annee

308425_4907367001926_580795615_n

janvier 7th, 2017

Posted In: Liberté, Naturisme

One Comment

Leonid, 66 ans, à la plage de Serebryany Bor. (AFP PHOTO/YURI KADOBNOV)

Leonid, 66 ans, sur la plage de Serebryany Bor. (AFP PHOTO/YURI KADOBNOV)

Les naturistes ne sont plus les bienvenus à Moscou. Selon le Moscow Times, les autorités moscovites veulent absolument fermer une plage nudiste mythique de la capitale russe, dans le parc naturel de Serebryany Bor. Un élu de la ville accuse ces baigneurs de « dépravation publique ».

Liudmila Stebenkova mène cette croisade contre ce lieu où se réunissent les naturistes depuis près de trente ans. Elue à l’assemblée municipale de Moscou et membre du parti Russie unie – le parti du président Vladimir Poutine –, elle a proposé à l’assemblée de Moscou d’interdire la nudité aux abords de l’étang où se rassemblent les naturistes. La question sera examinée prochainement par les élus moscovites, explique The Telegraph.

« Nous ne pouvons pas encourager le vice », argue Mme Stebenkova sur son blog. Selon elle, les abords d’un des étangs du parc seraient devenus « une zone de bagarres, de beuveries et d’orgies. Mais la police ne peut s’y opposer, parce qu’il n’y a pas de lois contre le nudisme ».

Un projet immobilier à proximité

Le représentant de la Fédération naturiste de Russie, Sergueï Mityushin, reconnaît que le site est en triste état, notamment parce qu’il est fréquenté par des alcooliques et des criminels la nuit. Mais il accuse les autorités locales de laisser la situation se dégrader volontairement. Car, au-delà de la morale, ce dernier mentionne une raison plus pragmatique qui pousserait les élus à fermer ce lieu : un projet immobilier serait situé à proximité.

Si M. Mityushin pense déjà à un nouvel endroit pour accueillir les naturistes, Liudmila Stebenkova entend quant à elle « l’interdire pour de bon ». Néanmoins, tous les élus moscovites ne sont pas de cet avis. Anton Paleev, par exemple, tempère la position de sa collègue dans les colonnes du Telegraph :

« Etre nu fait partie intégrante de l’être humain. Si les nudistes ne dérangent personne, alors nous ne devons pas les déranger. »

Un homme à Serebryany Bor. (AFP PHOTO / YURI KADOBNOV)

Un homme à Serebryany Bor. (AFP PHOTO / YURI KADOBNOV)

Le précédent de Saint-Pétersbourg

Après les homosexuels, les naturistes semblent ainsi devenus les dernières cibles de certains conservateurs russes. En mai, une plage similaire aux abords de Saint-Pétersbourg avait déjà été fermée par les autorités locales parce qu’elle menaçait « la moralité publique », rappelle le Guardian.

Vitaly Milonov, élu municipal conservateur célèbre pour avoir rédigé la loi interdisant la « propagande » homosexuelle, avait alors justifié cette décision par une formule tranchée : « Il est temps de protéger nos enfants contre le défilé de ces vieux pervers poilus. »

décembre 3rd, 2016

Posted In: Liberté, Naturisme

Leave a Comment

Extrait du Canard Enchainé – Aout 2016

scan20590 scan20591

 

 

novembre 26th, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, La pudeur, Liberté, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/2016/09/retour-du-stand-des-nudistes-de-la-fete.html
Quelle aventure ! C’était fou ! Pas facile facile, parfois même éreintant, mais aucun regret, au contraire : le sentiment commun que les choses devaient se faire ainsi a été partagé par beaucoup d’entre nous…
Tout a commencé sur un clin d’œil, une blague presque : l’affiche de l’édition 2016 reproduisant dans son patchwork un homme et une femme nus se reposant nus dans l’herbe:
Les copains de l’APNEL ont sauté sur l’occasion et ont proposé d’incarner cette belle image en y implantant un stand naturiste… et la demande a été accepté !

Ils m’ont proposé de participer à ma manière en animant un atelier de body-painting et en participant aux débats… je ne pouvais bien évidement pas dire non !

Et de fil en aiguille nous voilà jusqu’à neuf clampins tous nus à susciter tantôt d’interrogation, tantôt l’enthousiasme (et accessoirement un petit buzz médiatique), comme un chien dans un jeu de quilles au départ… mais qui finit par ne plus en renverser une seule et au contraire se lier d’affection avec elles…
Voici mon petit compte-rendu subjectif de cette surréaliste mais Ô combien enrichissante aventure…

(suite…)

septembre 15th, 2016

Posted In: Culture, Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

http://www.lacapitale.be/1649475/article/2016-08-19/bruxelles-une-artiste-denudee-chassee-du-musee-des-beaux-arts-de-bruxelles-lors

Bruxelles: une artiste dénudée chassée du musée des Beaux-Arts de Bruxelles, lors de l’expo «Uncensored photographs»

Deborah de Robertis, une artiste et performeuse luxembourgeoise a été évacuée par les vigiles du Musée Royal des Beaux-Arts de Bruxelles, alors qu’elle montrait son sexe lors de l’exposition « Uncensored photographs » consacré au photographe Andres Serrano, ce vendredi.

Expos performance nueL’artiste luxembourgeoise, vêtue d’un habit de nonne, a reproduit l’œuvre The interpretation of dream (Triumph of the flesh) de l’artiste Serrano, œuvre qui n’est pas exposé avec ses autres clichés, durant l’exposition.

Des vigiles se sont empressés de l’interrompre. Deborah de Robertis n’en est pas à son coup d’essai. En 2014, au Musée d’Orsay à Paris, elle avait fait de même au pied du tableau de Gustave Courbet L’origine du monde. Rebelote en 2016, où elle s’est dénudée devant L’Olympia de Manet. Pour Deborah de Robertis, exposer son corps et son sexe relève «  d’une mise en abîme du tableau, qui repose certaines questions très anciennes comme le scandale de la nudité, mais en intégrant des problématiques contemporaines comme celle de la nudité dans l’espace public  » a-t-elle indiqué dans le journal Les Inrocks.

Sa performance écourtée par les vigiles bruxellois, un nouvel échec ? Pas vraiment, vu que l’un de ses axes de réflexions est d’interroger la place des musées et surtout le rapport qu’ils entretiennent avec les institutions et la loi.

La situation est assez cocasse, l’artiste a en somme été censurée lors d’une exposition qui met en avant l’art de la provocation, pour justement questionner les limites… de la censure. Pari réussi.

Autre article : http://focus.levif.be/culture/arts/deborah-de-robertis-se-denude-a-bruxelles/article-normal-540157.html

 

août 20th, 2016

Posted In: Art et nudité, Liberté, Société, Spectacle nu

4 Comments

Mein gott

Les membres d’un club de nudistes allemand ne nageront plus nus dans un lac voisin puisqu’ils blessent ainsi les sentiments des résidents d’un centre pour réfugiés qui se trouve non loin.

Le centre s’apprête seulement à ouvrir ses portes aux réfugiés, mais la grogne s’embrase déjà chez les nudistes. Les autorités ont interdit aux 400 membres du club de se baigner nus dans le lac qui les séparera des migrants installés dans le centre sur l’autre rive.

Les nudistes y réagissent vivement, citant de multiples incidents survenus par la faute de réfugiés ces derniers mois. Ils refusent d’observer l’exigence des autorités et sont déterminés à poursuivre leur mode de vie habituel.

 

Mein gott2

Entre-temps, il leur est curieusement permis de se promener nus dans les alentours du club.

Le centre, exclusivement masculin, hébergera 112 migrants en quête d’asile et ouvrira le mois prochain.

L’Allemagne a accueilli plus d’un million de réfugiés en 2015, selon le ministère allemand des Affaires étrangères. L’Onu estime que le Vieux continent traverse la crise migratoire la plus importante depuis l’époque de la Seconde Guerre mondiale. Selon les données fournies par l’agence Frontex, qui gère les frontières extérieures de l’UE, 1,83 million de réfugiés ont traversé de façon illicite les frontières de l’Europe.

juin 22nd, 2016

Posted In: Liberté, Naturisme

2 Comments

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/edito/20151222.OBS1809/couvrez-ce-sein-les-tartuffe-sont-de-retour.html
Pascal Riché

Notre « une » de fin d’année fait jaser, à cause du sein découvert de Camelia Jordana. Là où l’imbécile regarde le sein, le sage voit la Liberté.

Pour le numéro de fin d’année de l’Obs, consacrée aux personnalités qui feront 2016, nous avons choisi de mettre en couverture une magnifique Marianne, incarnée par la chanteuse Camelia Jordana.

La séance photo a été amusante, la chanteuse s’est transformée quelques instants en « Liberté guidant le peuple », sous le talentueux objectif de Yann Rabanier.

La "une" de l'Obs

La « une » de l’Obs

Elle a coiffé le bonnet phrygien et a pris, pour reprendre les mots de Balzac, la pose des filles

que les sculpteurs et les peintres prennent […] pour modèle de la Liberté […] ce même sein volumineux, ces mêmes jambes musculeuses, cette même taille à la fois robuste et flexible, ces bras charnus, cet œil allumé d’une paillette de feu, par l’air fier, les cheveux tordus à grosses poignées… »

Camelia Jordana a donc découvert son sein comme il se doit, très spontanément. Car ce sein est essentiel dans la peinture d’Eugène Delacroix: placé au centre de sa composition triangulaire, il va bien au delà du symbole de la féminité: c’est lui qui suggère avec puissance l’idée de liberté ; c’est lui qui, dans un hommage à la statuaire antique, fait de cette Liberté une déesse. Pour Delacroix, qui a vécu la révolution de 1830, ce sein est aussi une façon de rappeler que la Liberté est une fille de la rue, dont la pudeur n’est pas le premier souci.

La Liberté guidant le peuple

Liberté, liberté chérie

Or, c’est bien la liberté que nous souhaitions crier en « une », pour clore cette année terrible, marquée par les abominables attentats de janvier et de novembre. Que n’avions-nous pas fait ! A peine la couverture a-t-elle été diffusée sur les réseaux sociaux, que des Tartuffe de tout poil se sont réveillés, comme sortant de leurs tombes.  Couvrez ce sein que nous ne saurions voir ! L’un d’entre eux, sur Twitter, a accusé l’Obs de virer au « tabloïd sexe », rien que ça. Plusieurs sites d’information ont reproduit l’image, sans en remarquer la beauté ou la force, trop pressés qu’ils étaient de signaler à leur lecteur ce malheureux bout de sein.

Floutage de gueule

Mieux encore : le site de « 20 Minutes » a publié notre couverture delacrucienne (on dit comme ça, oui) pour informer son lecteur du fait que  « la chanteuse dévoile son sein », tout en prenant soin de flouter le téton scandaleux, comme le ferait un vulgaire manuel scolaire turc.

Etrange époque dans laquelle il suffit, pour attirer l’attention, de dénuder un sein  : le collectif « Breasts not Bombs » puis les Femen, qui usent et abusent du procédé, l’ont bien compris. Il n’y a pas 20 ans, pourtant, la poitrine de Marianne était sur tous les billets de 100 francs sans que personne n’y trouve rien à redire…

Les féministes étaient passées par là. Le sein, grâce à elles, a retrouvé dans les années 70 sa force libertaire et politique. Dès la fin des années 60, elles brûlaient leurs soutiens-gorge, pour marquer la reprise du pouvoir, par les femmes, de leur corps. Le féminisme a libéré le sein.

L’air du temps a depuis bien changé, il s’est américanisé. Sur les plages, depuis une dizaine d’années, les poitrines sont de nouveau voilées. Et le sein conquérant de la Liberté, lui aussi, est devenu une gêne. En témoigne cette affiche choisie en 2009 par les organisateurs de la fête de l’Huma, qui ont pris comme emblème une Liberté noire armée d’une guitare électrique : ils ont cru sage de l’affubler d’un pudibond T-Shirt, stérilisant du même coup leur propre message.

L'affiche de la fête de l'huma en 2009

Tout cela est assez risible… Merci, en tout cas, à Camelia Jordana, notre moderne Marianne. Qu’elle sache bien que nous la trouvons parfaite sur cette photo et que, comme le remarque un twittos plus lucide que d’autres, « là où l’imbécile regarde le sein, le sage regarde la République ».

Pascal Riché

 

décembre 31st, 2015

Posted In: Culture, Liberté, Société

Leave a Comment

« Adam et sa femme étaient alors tous deux nus et ils n’en rougissaient point ».Histoire, politique, philosophie : parce que la nudité est un concept très relatif, petit tour des parcs Berlinois en compagnie de notre nouvelle chroniqueuse, à la rencontre des naturistes urbains.

http://www.soyonsdesinvoltes.fr/berlin-tout-nus/

Wismarer Bucht, FKK-Strand

A Berlin, en pleine ville, dans les parcs ou près des cours d’eau, dès que le soleil disperse les nuages, on peut voir des jeunes, des vieux ou des familles qui bronzent et se baignent… tout nus. Oui, oui. C’est un espace édénique, où l’on se promène en toute innocence dans la nature, inconscient de sa nudité… AU MILIEU des pas-tout-nus, qui eux par contre, ont pleinement conscience de leur non-nudité. Puis, lorsqu’un tout-nu décide de partir, il se rhabille machinalement pour retourner à la civilisation ; celle où la nudité en public est un tabou majeur, une perversion ou une invitation à la débauche sexuelle. Mais là-bas, il n’y a personne pour manifester son éventuelle gêne ou pour professer que ces gens, c’est évident, ils ont un problème !  Du coup, moi je suis toute chamboulée. Comment est-ce possible que ce truc interdit – ah mais même pas interdit, c’est juste pas possible – et bah ici, les gens le font et ils sont même très contents !?

Parce que oui, c’est interdit en Allemagne, selon le Code Pénal  : « Das Zur schaustellen des nackten Körpers in der Öffentlichkeit kann gegen die öffentliche Ordnung verstoßen » : « Prendre l’apparence du corps nu en public peut constituer une violation de l’ordre public ». Bon, il faut évidemment tiquer sur le «  peut  », suffisamment flou pour ne rien vouloir dire…Et puis, l’apparence du corps nu, c’est quoi  ? Juste les parties génitales  ? Si on est seins-nus par exemple, on est nue  ? Mi-nue  ? Et une fesse  ? C’est pas être habillé en tout cas. Alors à partir de quand est-on nu et choquant  ? Dans une église, il faut se couvrir les épaules. Dans une ville balnéaire, il ne faut pas se balader en maillot : la nudité est un concept beaucoup plus relatif que ce qu’on pense, la limite évolue et s’adapte en fonction du contexte, de la période, du lieu concerné…et de la tolérance de la population.

Parce que bon, si le public n’est pas choqué, l’ordre public reste intact. La nudité a beau être intégrale dans les parcs, c’est pas pour autant qu’on va appeler les flics. D’ailleurs, les saunas, les vestiaires ou les douches sont également souvent mixtes et sans cabines ici… Le nu, ça ne CHOQUE PAS. C’est normal, c’est ton corps.

Se promener à poil, toute une histoire

Pour autant, c’est une idée qui n’est pas partagée par tout le monde en Allemagne et la loi reste quand même plutôt stricte. La nudité dans l’espace public est beaucoup plus tolérée en ex-RDA, avec pour bastions Berlin et la côte balte (et puis Munich aussi quand-même). Pourquoi  ? L’historienne Dagmar Herzog explique que c’est un mélange entre un mouvement de sécularisation important et une histoire qui questionne la nudité, d’abord condamnée puis réutilisée par le IIIe Reich et les gouvernements communistes, puis par la révolution de 68 (bon elle a écrit un gros bouquin dessus, hein). Et d’ailleurs c’est marrant, mais quand le mur est tombé, parmi les nombreux sujets de clash culturels, il y a eu le rapport à la nudité. La loi est alors appliquée avec plus ou moins de rigueur en fonction des régions.

Avec tout ça, un groupe s’est beaucoup développé, auFKK-Strände des Senftenberger Erholungsgebietes point que tout le monde le connaît en Allemagne  : c’est le FKK (FFN en  France). C’est le mouvement naturiste allemand. Ils sont suffisamment actifs et influents pour qu’il y ait des zones FKK un peu partout, où t’es d’ailleurs plutôt mal vu si tu es un textile. Mais, la tolérance généralisée fait que le corps nu ne se limite pas aux zones réservées  ; du coup, on croise à coup sûr des tout-nus quand on traverse le Tiergarten ou Treptower Park. En France, on préfère les enfermer dans des camps naturistes, parce que tant qu’on ne les voit pas, l’honneur est sauf. C’est ainsi que les français sont devenus les pionniers et les spécialistes des centres de vacances naturistes.

France : de l’art ou des cochons?

Paradoxalement, la législation au sujet de la nudité en France est plus tolérante  : «  L’exhibition sexuelle imposée à la vue d’autrui dans un lieu accessible aux regards du public est punie d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende.  ». Bien qu’il s’agisse de la seule loi concernant la nudité, elle ne la condamne pas en tant que telle, mais condamne l’exhibition d’une partie du corps à caractère sexuel, AVEC LA VOLONTÉ DE CHOQUER (comme l’explique Madame l’avocate ici ). Si quelqu’un vient se plaindre parce qu’il a vu un truc qui lui plaît pas, c’est cet article qu’on va sortir. Mais, toute la question est de savoir à partir de quand on décrète qu’il y a volonté de choquer…

Notre avocate nous précise un peu plus loin que « évidemment, tout spectacle de nu ne tombera pas sous le coup de la loi : le spectacle de corps nu est toléré dès lors qu’il s’inscrit dans une démarche artistique ». Du coup, tu te balades nu parce que t’aimes la sensation du vent sur tes fesses, c’est choquant, mais si tu fais une super performance d’artiste, tu vois, là c’est OK parce que c’est de l’ART. Si t’es un cyclo-nudiste à Paris, par contre là c’est plus compliqué : t’auras d’abord le droit, puis après t’auras plus le droit. T’auras sûrement mal regardé la personne qu’il fallait pas. Ces manifestations artistiques ou politiques utilisent la nudité comme outil, avec toujours un certain degré de transgression, mais le but PREMIER n’est pas de choquer. Ils s’en servent pour quelque chose tu vois, alors là, bah ça va. On ose se rincer l’œil.

Alors, tout le monde doit jongler avec les interprétations de la loi, parce qu’elle, elle jongle entre toi et «  l’état actuel de nos mœurs  », et c’est qu’elles sont pas très absolues et généralisées les friponnes. Par exemple, il y a des gens qui ne comprennent pas et qui vont dire que ça va choquer leur gosse, qui lui court tout nu mais bon, c’est quand même plus facile de pas se poser de questions et de projeter sur lui ses angoisses et ses idées dogmatiques plutôt que de réfléchir. Pourtant, l’idée d’un TOUT-NU qui, le sourire béat, kiffe la caresse du soleil et l’écoulement de l’eau sur TOUTES les courbes de son corps, ça paraît beaucoup moins dangereux qu’un vieux pervers, qui ouvre son manteau pour dévoiler son asticot tout flasque.

Le philosophe était nu

Sur la plage, dans un parc ou près d’un lac, on est donc plus tolérant, parce que il y a une raison. C’est ça le plus important. La nudité pour elle-même, c’est pas assez pour être compréhensible aux autres. Alors, les naturistes ont élevé la nudité au rang de PHILOSOPHIE DE VIE  : la nature, c’est sain. C’est propre. Le vêtement, c’est sale. La cigarette, l’alcool, la viande, ça te salit aussi. Préservons la nature et revenons à l’état de nature, perfection d’innocence et d’hygiène. Y’a même une guéguerre entre le naturiste, dont l’effeuillage est guidé par des motifs élevés, et le nudiste, ce naturiste du dimanche, qui se complaît dans son narcissisme en se mettant nu uniquement pour éviter les traces de bronzage. Alors qu’au final, ils font tous partie de ceux qui ont ESSAYÉ et qui pensent que tu ne vas pas être instantanément foudroyé parce que tu t’es déshabillé dans l’espace public et qu’être nu en pleine nature est un plaisir inexplicable. Ou en tout cas, un plaisir suffisamment intense pour faire péter les barrières moralisatrices, qui bâillonnent la nudité et la maintiennent à l’état d’objet sexuel.

Ostsee, Sonnenbad

Bah oui, au final c’est que ça. C’est le sexe, encore et toujours. Le sexe ça reste choquant. Et dans notre tête de français (mais on est pas les seuls), le sexe et le corps nu sont inextricablement liés. Tu vois un corps nu, et a fortiori un sexe, tu penses SEXUALITÉ. Tu penses à ces pervers lubriques qui vont violer toutes les meufs si elles commencent à se mettre à poil. Ou torse-nu. Alors, les naturistes intégristes (oui, oui ça existe), pour se distancer le plus possible des démons du Cap-d’Agde, veillent à dé-sexualiser le nu. On mate pas. On ne se tartine pas de crème en se faisant des papouilles. On ne se tient pas la main. Là où le corps nu est bien vu, le vrai, celui de la nature, pas celui idéalisé par la pub, les films et tout, et bah il faut ne pas lui parler de sexualité, ne pas manifester de désir ou d’attention. Sinon on remet en question trop de tabous d’un coup sans doute…

 

 

Vous en voulez encore? Voici de saines lectures pour cet été. Bonne vacances à tous!

décembre 5th, 2015

Posted In: La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Société

Leave a Comment

Page suivante »