Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Article du lundi 16 janvier 2017

 

janvier 17th, 2017

Posted In: Naturisme, Naturisme - URN PACA/Corse

Leave a Comment

poeme-bonne-annee

308425_4907367001926_580795615_n

janvier 7th, 2017

Posted In: Liberté, Naturisme

One Comment

Naturisme – Définition catholique.
<< Plus volontiers pratiqué par les peuples anglo-saxons ou scandinaves que par les latins, le naturisme laisse entendre que la nudité suscite un rapport plus « naturel » à notre corps ; il recherche l’harmonie avec la nature qui nous entoure. S’il s’accompagne de la simplicité du regard et de la modestie de la tenue, en un mot, de la pudeur, il ne soulève pas d’objection morale. Il est souvent sous-tendu par une philosophie de la vie au grand air et du rejet des conventions sociales qui, elle, peut être discutée. Il est simpliste, par exemple, de dénoncer le port du vêtement comme un « signe de l’hypocrisie sociale » : qui ignore que, loin de dissimuler notre personnalité, celui-ci l’affirme et la met en valeur ? >>

Article extrait de la page 299 du : Dictionnaire de morale catholique – Jean-Louis Bruguès, o.p. – C.L.D., 1996 – ISBN 2-85443-320-3 (seconde édition)
http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35846655n
L’auteur de ce dictionnaire est depuis juin 2012 directeur des archives et de la bibliothèque du Vatican.

janvier 3rd, 2017

Posted In: Culture, Naturisme, Société

One Comment

01-midi-libre-20-08-2016 01a-midi-libre-20-08-2016

02-midi-libre-20-08-2016 03-midi-libre-20-08-2016

décembre 21st, 2016

Posted In: Fédération Française de Naturisme, Naturisme

Leave a Comment

Leonid, 66 ans, à la plage de Serebryany Bor. (AFP PHOTO/YURI KADOBNOV)

Leonid, 66 ans, sur la plage de Serebryany Bor. (AFP PHOTO/YURI KADOBNOV)

Les naturistes ne sont plus les bienvenus à Moscou. Selon le Moscow Times, les autorités moscovites veulent absolument fermer une plage nudiste mythique de la capitale russe, dans le parc naturel de Serebryany Bor. Un élu de la ville accuse ces baigneurs de « dépravation publique ».

Liudmila Stebenkova mène cette croisade contre ce lieu où se réunissent les naturistes depuis près de trente ans. Elue à l’assemblée municipale de Moscou et membre du parti Russie unie – le parti du président Vladimir Poutine –, elle a proposé à l’assemblée de Moscou d’interdire la nudité aux abords de l’étang où se rassemblent les naturistes. La question sera examinée prochainement par les élus moscovites, explique The Telegraph.

« Nous ne pouvons pas encourager le vice », argue Mme Stebenkova sur son blog. Selon elle, les abords d’un des étangs du parc seraient devenus « une zone de bagarres, de beuveries et d’orgies. Mais la police ne peut s’y opposer, parce qu’il n’y a pas de lois contre le nudisme ».

Un projet immobilier à proximité

Le représentant de la Fédération naturiste de Russie, Sergueï Mityushin, reconnaît que le site est en triste état, notamment parce qu’il est fréquenté par des alcooliques et des criminels la nuit. Mais il accuse les autorités locales de laisser la situation se dégrader volontairement. Car, au-delà de la morale, ce dernier mentionne une raison plus pragmatique qui pousserait les élus à fermer ce lieu : un projet immobilier serait situé à proximité.

Si M. Mityushin pense déjà à un nouvel endroit pour accueillir les naturistes, Liudmila Stebenkova entend quant à elle « l’interdire pour de bon ». Néanmoins, tous les élus moscovites ne sont pas de cet avis. Anton Paleev, par exemple, tempère la position de sa collègue dans les colonnes du Telegraph :

« Etre nu fait partie intégrante de l’être humain. Si les nudistes ne dérangent personne, alors nous ne devons pas les déranger. »

Un homme à Serebryany Bor. (AFP PHOTO / YURI KADOBNOV)

Un homme à Serebryany Bor. (AFP PHOTO / YURI KADOBNOV)

Le précédent de Saint-Pétersbourg

Après les homosexuels, les naturistes semblent ainsi devenus les dernières cibles de certains conservateurs russes. En mai, une plage similaire aux abords de Saint-Pétersbourg avait déjà été fermée par les autorités locales parce qu’elle menaçait « la moralité publique », rappelle le Guardian.

Vitaly Milonov, élu municipal conservateur célèbre pour avoir rédigé la loi interdisant la « propagande » homosexuelle, avait alors justifié cette décision par une formule tranchée : « Il est temps de protéger nos enfants contre le défilé de ces vieux pervers poilus. »

décembre 3rd, 2016

Posted In: Liberté, Naturisme

Leave a Comment

dordogne-libre1 dordogne-libre2 dordogne-libre3 dordogne-libre4 dordogne-libre5 dordogne-libre6 dordogne-libre7 dordogne-libre8 dordogne-libre9

décembre 3rd, 2016

Posted In: Naturisme

Leave a Comment

La commission Alizé de la Fédération Française de Naturisme a existé entre 1994 et 2002, voici leur brochure. J’ai simplement enlevé deux pages ou figuraient les numéros de téléphone perso des responsables.

depliant-alize1 depliant-alize2

(suite…)

novembre 14th, 2016

Posted In: Fédération Française de Naturisme, Histoire du naturisme, Naturisme

Leave a Comment

http://www.liberation.fr/sous-le-soleil-exactement/2016/07/22/levant-l-emportera_1467928

sous-le-soleil-exactement-liberation

A une heure du Lavandou, subsiste un petit havre de paix sauvage. Une île au maquis dense qui accueille Héliopolis, domaine naturiste fondé dans les années 30.

On débarque au Lavandou (Var) un après-midi sans un poil d’air sur le quai où l’on prend un ticket pour l’île du Levant et une heure de traversée. On charge de tout sur un bateau : des valises, des matelas de plage, des cartons ficelés. Quitter la terre ferme est un drôle de temps suspendu sur un banc de bois. On aime se retourner sur le gros sillon d’écume derrière le bateau.

Le Levant se rapproche, plus pelé, plus pierreux qu’au loin, son maquis dense et râblé où s’étire un chapelet de façades et de toits ocre. Le petit port est une échancrure dans la côte, hérissée de deux quais en béton. A peine posé le pied sur l’île, le chant des cigales vous assaille au milieu des figuiers de barbarie. Dans un minuscule coin d’ombre, un panneau vous indique que vous êtes sur le domaine naturiste privé d’Héliopolis et vous apprenez avec bonheur que les bruits gênants (radios, chants…) sont interdits sur la voie publique par arrêté municipal numéro 3 du 19 juin 1997.

Ce bout du monde a été fondé en 1931 par deux médecins, les frères Durville, initiateurs du naturisme dans la France de l’entre-deux-guerres, qui présentaient ainsi leur projet : «Héliopolis doit être […] une simple cité rustique où les amateurs d’air et de soleil viendront, dans le cadre d’une nature splendide, se reposer des fatigues de la civilisation artificielle des villes.»

Au XIXsiècle, le sort du Levant fut beaucoup moins idyllique puisqu’on y avait installé une colonie pénitentiaire où une centaine d’enfants moururent.

1/La montée

Il faut grimper pour découvrir le Levant. Un escalier de dalles chaudes parmi une mer d’ipomées aux fleurs violettes qui mangent arbres et buissons. Derrière de petites barrières de bois peint, on devine des jardins secrets où les lauriers fleurissent, roses et blancs ; des murs de pierres sèches rôties par le soleil ; des sentiers en friche où l’air sent le romarin, le myrte et le lentisque. Parfois, les cigales s’emballent comme une scie égoïne infernale.

L’activité du Levant surgit sans crier gare au détour d’un viron : une affichette offrant un forte récompense à qui retrouvera une tortue en fugue, les horaires des messes d’été à la chapelle du Christ-Roi. Dans une niche rose, une Vierge tient deux bébés. Des canards et des poules jacassent derrière les fourrés. Sous sa tonnelle de bougainvillées, la carte de la Fourmi promet de la morue à la portugaise.

joni580/ Flickr

2/Le rocher des Moines

On va par un chemin sableux en contemplant au loin le Lavandou enveloppé dans la brume de l’été. Les fleurs de mauve fripées par la soif bordent des baies vitrées qui se drapent dans d’épais rideaux pour se protéger du cagnard. On foule le camaïeu d’orange d’une forêt de capucines. Une cigale tombe à terre, immobile ; des lézards sinuent mollement. Le sentier s’enfonce dans un tunnel d’arbousiers avant de déboucher sur un raidillon indécis parmi de grosses racines et des touffes de criste-marine. Le rocher des Moines se mérite parmi un dédale de pierres fracturées, abruptes. Il faut avoir été ici enfant insouciant et indocile pour en éviter les pièges et plonger sans hésiter dans ces eaux qui paraissent irréelles tellement elles sont translucides, entre les bruns des falaises et les fonds obscurs. Après avoir gobé un bol de sel et d’iode, on aperçoit deux grosses dorades. Le soleil de 20 heures est une longue lame blanche qui effleure l’onde. Le rocher est comme une brique chaude qui vous sèche en une poignée de ressacs.

3/Le maquis

Une plume blanche se pose près de la tasse à café du matin. Un petit bateau fend la mer d’huile. La brise tiède charrie une puissante odeur de géraniums poivrée près d’une forêt de passiflores. Toute la verdure est démesurée sur cette île qui a été oubliée par la bétonite, figée dans une éternité paisible. A cette heure, le sentier du Point-du-Jour, qui court dans la réserve naturelle des Arbousiers (20 hectares, plusieurs espèces rares de la faune et de la flore), est un boyau d’ombre, tapissé de feuilles sèches, au milieu d’un enchevêtrement de troncs, de nœuds, de lianes, de bruyères arborescentes et de filaires à feuilles larges et luisantes. On grimpe sur un éperon rocheux mangé par les lichens où le vent s’énerve. En contrebas, un vieux navire de guerre gris, qui n’en finit pas de rouiller, rappelle que l’île est occupée aux trois quarts par la Direction générale de l’armement (DGA). Ce n’est pas le moindre des paradoxes du Levant, qui exalte la liberté à l’ombre de «la Grande Muette». Parfois, c’est le maquis qui devient une forteresse inexpugnable, où juste un créneau d’horizon permet de contempler la mer vers laquelle on descend jusqu’à la petite plage de la Galère, extrême pointe du domaine civil. Le vent d’Est a poussé les méduses vers le large.

4/La place du village

Il faut avoir guinché un jour d’été sur la place du Levant, entre les deux bars, piliers du village, que sont le Minimum et la Pomme d’Adam. C’est tout le petit monde de l’île qui est là : vacanciers dorés, habitants au long cours (80 personnes l’hiver), naturistes de la première heure et noceurs d’une nuit. Tenues torrides et polos sages trinquent à la bière, au pastis et au rosé. La vie au Levant a ses rituels, dont les innombrables cafés du matin sur la place entre deux palabres. On s’assied à une terrasse, on s’apprête à se lever que déjà on se rassied pour tailler une autre bavette avec un autre expresso. Les inconnu(e)s ne le restent pas longtemps mais il n’y a pas d’impudeur ici. Le décorum est complet quand passe et repasse la camionnette bleue d’Aziz, le seul à ne pas être rangé des voitures, interdites sur l’île. Aziz est tout à la fois un des deux épiciers du village, un peu Monsieur Loyal du gentil cirque du Levant et le taxi driver du maquis pour les récalcitrants des chemins escarpés.

5/Le chez-soi

Au crépuscule, les lumières du Lavandou scintillent sur la côte ourlée par le couchant orangé. Il n’y a pas de réverbère sur les sentiers du Levant mais, plus encore que l’obscurité, c’est le silence qui vous happe. Un silence épais, soyeux, qui vous invite à lâcher prise dans cette retraite où, en tendant l’oreille, on entend le murmure de la mer et les conversations étouffées sur les terrasses disséminées dans le maquis. Parfois, c’est le son tendre d’une guitare qui fugue dans l’obscurité, quand le chanteur Pierre Donoré célèbre son Ile du Levant. Il n’y a pas de petits ou de grands chez-soi sur ce rocher. Quelques villas ostentatoires, mais surtout beaucoup de «Sam suffit», héritées d’un aïeul, pionnier sur l’île. L’électricité n’est arrivée qu’en 1989. La frugalité permet d’aller à l’essentiel avec peu. Une poignée de courgettes, un paquet de pâtes (sans oublier le rosé) acheté chez Aziz ou à l’épicerie du Bazar, des rougets attrapés à l’aube par les deux pêcheurs de l’île, et voilà un festin pimenté par la débrouille. Certains poussent le dépouillement à l’extrême, comme David, émouvant vieil homme que l’on croise, un bâton et une béquille lui servant de cannes, portant deux boîtes de conserve sur un chemin. «Le Levant vous met à nu sur vous-même, sur la moelle de vos aspirations, de vos envies, suggère un habitant. Ici, la vraie nudité n’est pas celle du corps ou des plages naturistes.»

 

Le silence est dehors

Y aller

Au départ du Lavandou: vedettes Iles d’Or.

Rens.: 0494710102 ou Vedettesilesdor.fr

Au départ de Hyères: TLV.

Rens.: 0494574407 ou Tlv-tvm.com

Y manger

Le Minimum

Tél.: 0494059144

La Pomme d’Adam

Tél.: 0494059013

Le Gambaro

Tél.: 0494059069

La Palmeraie

Tél.: 0494059085

La Fourmi

Tél.: 0494240375

Héliotel

Tél.: 0494004488

Au port: la buvette de Nathalie et la sandwicherie de Bruno.

Y dormir

Héliotel

Tél.: 0494004488.

La Brise marine

Tél.: 0494059115.

Location de chambres, de studios, de villas sur Iledulevant.com.fr

Jacky Durand envoyé spécial sur l’île du Levant (Var)

novembre 4th, 2016

Posted In: Naturisme

Leave a Comment

http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/2016/09/retour-du-stand-des-nudistes-de-la-fete.html
Quelle aventure ! C’était fou ! Pas facile facile, parfois même éreintant, mais aucun regret, au contraire : le sentiment commun que les choses devaient se faire ainsi a été partagé par beaucoup d’entre nous…
Tout a commencé sur un clin d’œil, une blague presque : l’affiche de l’édition 2016 reproduisant dans son patchwork un homme et une femme nus se reposant nus dans l’herbe:
Les copains de l’APNEL ont sauté sur l’occasion et ont proposé d’incarner cette belle image en y implantant un stand naturiste… et la demande a été accepté !

Ils m’ont proposé de participer à ma manière en animant un atelier de body-painting et en participant aux débats… je ne pouvais bien évidement pas dire non !

Et de fil en aiguille nous voilà jusqu’à neuf clampins tous nus à susciter tantôt d’interrogation, tantôt l’enthousiasme (et accessoirement un petit buzz médiatique), comme un chien dans un jeu de quilles au départ… mais qui finit par ne plus en renverser une seule et au contraire se lier d’affection avec elles…
Voici mon petit compte-rendu subjectif de cette surréaliste mais Ô combien enrichissante aventure…

(suite…)

septembre 15th, 2016

Posted In: Culture, Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

Par Dimitri Auchère

Pour facile de faire le premier pas lorsque l’on veut faire du nu intégral en bord de mer… Avec un peu d’audace et les quelques clés que nous vous donnons, vous n’aurez bientôt plus aucun embarras.

10 conseils pour faire du nu intégral à la plage

1. Oublier tous ses complexes

Se lancer dans le naturisme, c’est avant tout s’assumer tel que l’on est, maigre ou gros, jeune ou vieux, avec tous les défauts de son corps. La définition des instances internationales est limpide : « Le naturisme est une manière de vivre en harmonie avec la nature, caractérisée par une pratique de la nudité en commun qui a pour but de favoriser le respect de soi-même, le respect des autres et celui de l’environnement. » Nul besoin d’être un top model, au contraire serait-on tenté de dire ! L’essentiel, c’est de se sentir bien dans son corps et dans sa tête.

2. Choisir ses accompagnants

Pas évident de se mettre au naturisme tout seul… mais pas évident non plus de s’y mettre avec d’autres ! Evitez de vous faire accompagner par des amis ou des membres de votre famille, à moins qu’ils ne soient habitués. Vous n’avez pas l’habitude de voir nu votre beau-frère ou votre bande de copines. Du coup, vous risquez de les observer et de vous sentir observé, ce qui peut être désagréable. Le plus simple pour débuter, c’est de venir en couple avec son compagnon (ou sa compagne) voire un proche avec lequel vous n’aurez pas de problème de pudeur.

3. Emmener des enfants ou pas

En France, aucun texte ne régit l’admission des enfants sur une plage naturiste, ni ne détermine un âge minimum. La responsabilité est laissée aux parents ou aux tuteurs légaux. Tout est une question de bien-être et de liberté. Si les jeunes enfants ne rencontrent pas de difficulté majeure, le sujet peut s’avérer plus délicat avec des adolescents. Il faut alors en parler sans tabou ni contrainte. Quant à la crainte de perdre son autorité de parent, elle n’a pas lieu d’être si les enfants sont élevés avec des valeurs de respect et d’ouverture.

4. Opter pour la bonne plage

C’est tentant de commencer à enlever le maillot sur une plage déserte non naturiste, à l’abri des regards. Certes mais c’est aussi dangereux. Le naturisme se vit en société et pas uniquement pour soi. Sans compter le risque de se faire surprendre voire même de se faire verbaliser par une patrouille. Choisissez donc une plage où le nudisme est toléré ou même autorisé. Plutôt que de vous retirer dans un coin isolé, mettez-vous au milieu des autres. Il n’y a rien de tel que la foule pour devenir invisible. Venez avec un maillot et retirez-le quand vous serez prêt.

5. Connaître les règles

Toutes les plages ouvertes aux nudistes n’ont pas le même statut. Renseignez-vous, en particulier en lisant les panneaux placés à l’entrée ou sur les extrémités. Sur certaines plages, vous devez impérativement être nu, sur d’autres (la plupart) il en va de votre propre choix. Dans ce cas, les baigneurs avec maillots (les textiles) cohabitent avec ceux qui n’en ont pas. Tout se passe généralement en bonne harmonie à quelques possibles voyeurs près. Parfois, sur une plage classique, une zone précise est affectée aux naturistes. N’empiétez pas sur celle d’à côté !

6. Se limiter aux alentours

Beaucoup de plages nudistes permettent et encouragent la randonnée nue sur les sentiers des alentours. Ça ne signifie pas qu’on peut aller partout… Respectez scrupuleusement le balisage et regardez où se trouvent les limites de la station nudiste. Ce serait bête de provoquer une attaque chez ceux que vous croisez. Et sachez que nul ne vous en voudra si vous marchez avec des chaussures. Etre nu n’est pas un absolu mais un confort. Il n’y a aucune raison de s’égratigner les pieds sur des cailloux en refusant de porter des semelles.

7. Avoir du tact

Certaines règles et certains usages relèvent du bon sens mais il n’est jamais inutile de les rappeler. Ça vous ferait plaisir que les gens d’à côté vous regardent avec insistance ou vous sifflent ? Vous aimeriez qu’ils vous prennent en photo ou qu’ils se moquent de vos rondeurs ? Alors ne le faites pas !!! Nu ou habillé, notre liberté s’arrête là où commence celle des autres. La naturisme n’existe pas sans un respect constant. Tout est tellement naturel entre les habitués que les pratiques déplacées se repèrent immédiatement.

8. Se méfier du soleil

Moins vous portez de vêtements et plus vous avez de chance de revenir à la maison avec de magistraux coups de soleil. D’autant que les parties du corps qui n’ont jamais été exposées au soleil y sont plus sensibles et que les brûlures sont beaucoup plus douloureuses sur certaines parties du corps… Donc prévoyez un stock abondant de crème solaire et multipliez les applications. Prenez aussi des vêtements longs ou des couvertures pour vous couvrir au plus fort du soleil. Aller nu ne signifie pas se faire griller comme un homard.

9. Calmer son excitation

Les femmes ont un grand avantage sur les hommes : mêmes nues, leur attirance sexuelle reste cachée. Certes la nudité et la sexualité ne doivent pas être amalgamées mais les hommes ne restent pas toujours de bois. Pas d’exhibitionnisme cependant : en cas de réaction intempestive, il vaut mieux se coucher sur le ventre ou aller à l’eau. Le désir ne vient pas de la simple vue d’un corps nu mais de sa convoitise. Avec l’habitude, la plupart des hommes arrivent à se débarrasser de toute arrière-pensée et évitent tout malencontreux « garde à vous ».

10. Garder ses habitudes

Certaines femmes s’embarrassent de questions intimes, du style : « faut-il se raser intégralement ou non ? ». Ou encore : « puis-je me montrer avec un tampon apparent durant mes règles ? » La réponse est simple : peu importe ! Rien n’est choquant pourvu que l’on reste soi-même. Inutile de changer ses habitudes au risque de se sentir mal à l’aise si c’est pour obéir à une mode ou pour ressembler à sa voisine. Il n’y a qu’une limite, c’est l’inconvenance… Pour le reste, faites tomber le maillot sans honte et savourez pleinement vos vacances !

août 27th, 2016

Posted In: Naturisme

Leave a Comment

Page suivante »