Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

http://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-brieuc-22000/cotes-d-armor-joggeur-decede-les-associations-repondent-au-procureur-4671055#monde-france

  • Yves-Marie Le Lay et André Ollivro de Sauvegarde du Trégor et Halte aux marées vertes répondent aux conclusions de l'autopsie du joggeur décédé à Hillion
    Yves-Marie Le Lay et André Ollivro de Sauvegarde du Trégor et Halte aux marées vertes répondent aux conclusions de l’autopsie du joggeur décédé à Hillion | Ouest-France

Les conclusions de l’autopsie pratiquée sur le joggeur mort, le 8 septembre sur une plage des Côtes-d’Armor n’ont pas convaincu les associations environnementales. Elles s’interrogent sur les conclusions tirées par le procureur, estimant que la victime avait bien respiré de l’hydrogène sulfuré.

Les résultats de l’autopsie du joggeur de 50 ans décédé le 8 septembre dernier ont été rendus vendredi. « Les causes de la mort de Jean-René Auffray ne peuvent pas être clairement déterminées, a expliqué le procureur de la République de Saint-Brieuc. Si les médecins légistes ont écarté une cause cérébrale, une malformation ou une lésion significative du cœur, ils n’ont pas formellement exclu un trouble du rythme cardiaque ni un décès d’origine toxique. »

« Il a respiré de l’hydrogène sulfuré »

Après avoir pris connaissance des conclusions, l’association Sauvegarde du Trégor y trouve « plus de questions que de réponses. » C’est ce qu’elle indique dans un communiqué. « Pourquoi n’envisagez-vous pas que cet arrêt cardiaque soit tout simplement le résultat de l’intoxication à l’hydrogène sulfuré ? », questionne-t-il. L’hydrogène sulfuré (H2S) est le gaz, potentiellement mortel à haute concentration, qui s’échappe des algues vertes lors de leurs décompositions.

« le procureur tourne autour du pot »

André Ollivro, coprésident d’Halte aux marées vertes, considère que le procureur « Tourne autour du pot. Ce communiqué reconnaît la bonne santé de la victime, qu’il a eu un œdème pulmonaire sur un site à plus de 1 000 ppm d’H2S. À ce niveau, la vie disparaît. Cela confirme qu’il a respiré de l’hydrogène sulfuré. Si nous, les associations, ne nous étions pas élevés, il serait mort de manière naturelle. »

L’Association Bretagne terre d’eau pure dénonce « le trouble jeté sur l’origine du décès par monsieur le procureur » avant de lui demander « de reprendre la formulation de son communiqué un peu rapide et d’y faire preuve d’une plus grande précision ».

février 4th, 2017

Posted In: Ecologie, Société

Leave a Comment

Naturisme – Définition catholique.
<< Plus volontiers pratiqué par les peuples anglo-saxons ou scandinaves que par les latins, le naturisme laisse entendre que la nudité suscite un rapport plus « naturel » à notre corps ; il recherche l’harmonie avec la nature qui nous entoure. S’il s’accompagne de la simplicité du regard et de la modestie de la tenue, en un mot, de la pudeur, il ne soulève pas d’objection morale. Il est souvent sous-tendu par une philosophie de la vie au grand air et du rejet des conventions sociales qui, elle, peut être discutée. Il est simpliste, par exemple, de dénoncer le port du vêtement comme un « signe de l’hypocrisie sociale » : qui ignore que, loin de dissimuler notre personnalité, celui-ci l’affirme et la met en valeur ? >>

Article extrait de la page 299 du : Dictionnaire de morale catholique – Jean-Louis Bruguès, o.p. – C.L.D., 1996 – ISBN 2-85443-320-3 (seconde édition)
http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb35846655n
L’auteur de ce dictionnaire est depuis juin 2012 directeur des archives et de la bibliothèque du Vatican.

janvier 3rd, 2017

Posted In: Culture, Naturisme, Société

3 Comments

Journée Mondiale de Lutte contre le sida: Après la campagne du gouvernement, celle d’AIDES va faire bondir la droite

Les visuels de la campagne « Révélation » mettent en scène des couples hétéro et homosexuels entièrement nus.

23/11/2016 14:47 CET | Actualisé 23/11/2016 16:41 CET

POLITIQUE – Quatre clichés, tous en noir et blanc, représentant des couples nus de même sexe ou de sexes différents, faisant l’amour tout en pratiquant une activité sportive ou artistique. Tels sont les visuels de la campagne « Révélation » présentée par AIDES et l’agence de publicité TBWA\Paris, à la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida le 24 novembre. Et ils risquent de ne pas passer inaperçus… notamment chez certaines figures politiques de droite.

« Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida », indique le slogan de l’affiche. Tel est en effet le message que la campagne véhicule: une personne séropositive sous traitement ne transmet plus le virus. Une information que l’organisation espère diffuser au plus grand nombre car, comme l’indique Aurélien Beaucamp, président de AIDES, « ce qui pèse aujourd’hui le plus sur la qualité de vie des personnes séropositives, ce n’est pas le virus. Ce sont les discriminations quotidiennes qu’elles subissent. »

Les photos représentent donc deux personnes dont une séropositive, ce qui ne l’empêche pas d’entretenir une relation et de partager avec son partenaire.

AIDES/TBWA\PARIS/Mathieu César

Une précédente campagne jugée « contraire aux bonnes moeurs »

La campagne de AIDES, si elle se veut avant tout informative, arrive quelques jours après celle portée par le gouvernement pour sensibiliser à la prévention du VIH et qui avait déclenché un véritable tollé chez certains maires de droite.

En effet, à la suite de l’appel des Associations familiales catholiques, plusieurs élus Les Républicains avaient fait retirer les affiches, comme Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois. Ce dernier n’avait d’ailleurs pas hésité à prendre un arrêté interdisant la diffusion de la campagne, provoquant la colère de la ministre de la santé Marisol Touraine qui a saisi la justice.

Les détracteurs de la campagne du gouvernement avaient fait valoir que les images « troublaient et indignaient les familles, tout en dévalorisant l’image des personnes homosexuelles. » Roch Brancour, adjoint du maire d’Angers, avait quant à lui dénoncé une campagne « irresponsable » dont les victimes étaient  » les enfants à l’innocence bafouée et les personnes homo réduite à leur libido ».

En pleine polémique, AIDES avait apporté son soutien aux affiches du gouvernement. Leur campagne, qui met en scène des couples hétéro et homosexuels, pourrait également faire grincer les dents des élus les plus « conservateurs ».

« Nous avions besoin d’une campagne qui marque les esprits, qui permette d’ouvrir le débat mais sans choquer », précise pourtant le président de AIDES. « C’est la première fois qu’un tel message fait l’objet d’une grande campagne nationale, il convenait donc de le délivrer avec sérénité… et un peu de légèreté aussi. » Pas sûr que le message soit perçu partout de la sorte, alors que les affiches devraient être placardées partout en France dès le 24 novembre.

AIDES/TBWA\Paris/Mathieu César
AIDES/TBWA\PARIS/Mathieu César

http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/23/journee-mondiale-de-lutte-contre-le-sida-campagne-aides/?utm_hp_ref=fr-homepage

novembre 26th, 2016

Posted In: Art et nudité, Santé, Société

Leave a Comment

Extrait du Canard Enchainé – Aout 2016

scan20590 scan20591

 

 

novembre 26th, 2016

Posted In: La loi et le naturisme, La pudeur, Liberté, Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/les-bielorusses-vont-travailler-nus-pour-se-moquer-d-un-lapsus-du-president_1521867.html

Lors d’un discours sur l’innovation, prononcé le 23 juin, le président Alexandre Loukachenko a déclaré : « Il faut, tout simplement, se déshabiller et travailler. » Les Biélorusses l’ont pris au mot.

Des salariés de l'entreprise biélorusse IRM Creative.
Des salariés de l’entreprise biélorusse IRM Creative. (IRM CREATIVE / INSTAGRAM)

Nus sur un chantier, derrière les fourneaux ou devant un ordinateur… Depuis quelques jours, des Biélorusses postent sur les réseaux sociaux des photos d’eux dévêtus sur leurs lieux de travail, comme l’ont relevé les Observateurs de France 24.

Lancée via le hashtag #déshabilletoiettravail, la campagne a pour but de se moquer d’un lapsus du très autoritaire président biélorusse. Lors d’un discours sur l’innovation, prononcé le 23 juin, Alexandre Loukachenko a déclaré : « Il faut, tout simplement, se déshabiller et travailler. » Le chef d’Etat voulait vraisemblablement dire « développer » au lieu de « se déshabiller ». Les deux mots ont des sonorités très proches en biélorusse, comme le précise France 24.

bielorussie bielorussie2 bielorussie3 bielorussie4

octobre 17th, 2016

Posted In: Nudité urbaine, Société

Leave a Comment

Ceci est un exemple concret qui démontre que la population est prête à accepter la nudité des autres. Nous sommes très loin des gens qui menacent le délit d’exhibitionnisme sexuel dans un lieu accessible au regard du public.

Voire est même prête à franchir le pas, y compris des jeunes !

septembre 17th, 2016

Posted In: Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Société

Leave a Comment

calanques-propres-1 calanques-propres-2 calanques-propres-3 calanques-propres-4

 

(suite…)

septembre 17th, 2016

Posted In: Ecologie, Parc National des Calanques, Société

Leave a Comment

https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/tout-nus-la-fete-de-l-humanite-2016-1473444523

Par Armêl Balogog, France Bleu Paris Région et France Bleu vendredi 9 septembre 2016 à 20:08

Séance de "body painting" au stand naturiste de la Fête de l'Humanité 2016
Séance de « body painting » au stand naturiste de la Fête de l’Humanité 2016 © Radio France – Armêl Balogog

C’est parti pour la Fête de l’Humanité 2016. Parmi les 450 stands, un nouveau a fait son entrée cette année. Pas n’importe lequel : celui des naturistes de France.

Imaginez. Vous venez d’assister à un concert sur la grande scène de la Fête de l’Humanité et vous décidez de repartir en passant par la droite. Ou alors, vous vous promenez en famille dans le Parc départemental Georges Valdon de La Courneuve et vous empruntez l’avenue Joséphine Baker. Dans tous les cas, vous tomberez nez à nez avec une dizaine de personnes… dans le plus simple appareil.

Reportage d’Armêl Balogog avec les naturistes de la Fête de l’Humanité 2016

Les naturistes, pour la première fois à la Fête de l’Humanité

Pour la première fois depuis la création de la fête, 81 ans auparavant, les organisateurs ont autorisé les naturistes à avoir un stand. Mieux encore, ils les ont autorisés à le tenir nus, « question de cohérence », commente Jacques Frimon, le vice-président de l’association pour le naturisme en liberté (APNEL) :

Quand on veut communiquer sur le naturisme, on ne peut pas le faire habillé.

Mais les militants ne s’attendaient pas à un accueil si positif. Tout a commencé avec l’affiche de l’édition 2016 : une femme et un homme nus y sont représentés au premier plan. Pour les militants, c’était un signe : la fête était prête à accueillir des naturistes. Ils ont donc contacté les organisateurs, cet argument à l’appui, et un emplacement leur a été attribué.

Affiche de la Fête de l'Humanité 2016 - Aucun(e)

Selfies « à poil » et body painting

En les voyant, la première réaction est souvent de sourire, voire de rigoler pour cacher sa gêne, et puis, réflexe du XXIème siècle, tout le monde sort son smartphone pour faire une photo, ou bien se précipite vers le stand pour faire des selfies. Yves Leclerc, le vice-président de la Fédération française de naturisme (FFN) :

On a fait des centaines et des centaines de selfies. On a même eu des gens exposant [membres des autres stands, ndlr] qui venaient et qui se déshabillaient pour poser. C’était surréaliste.

Une fois à côté du stand, Yvonne s’est laissée tenter par une séance de « body painting » : un jeune artiste lui peint un visage sur le bras. « Je ne connaissais pas, je trouve ça extra-ordinaire », sourit-elle avant de rappeler son âge, 62 ans, et ses anciennes luttes pour la libération des corps, quand elle avait une vingtaine d’années. Mais aujourd’hui, complexée, elle a préféré garder ses vêtements.

A côté d’elle, Angelina dessine, nue, sur le bras d’une autre visiteuse. « Je me sens très à l’aise et je ne pense pas aux gens qui passent », dit-elle, fièrement, avant d’émettre une réserve envers le comportement de certains hommes : « Il y a un gars un peu lourd qui est venu, il a voulu me toucher le bras. J’ai été froide, donc il est reparti. »

Mieux communiquer sur le naturisme et la nudité en général

Des comportements qui trahissent le rapport au corps de notre société : la nudité est souvent confondue avec la sexualité. Une erreur de jugement selon les membres de ce stand, qui sont venus expliquer ce qu’ils entendent par naturisme : un mode de vie comme un autre, « simple et naturel », pas un appel au sexe ni de l’exhibition. Jacques Frimon :

Cette opération, c’est un grand pavé dans la marre, de façon à dire aux gens, à dire au gouvernement : il faut vraiment essayer d’éduquer, il faut être pédagogue.

D’ailleurs, le vice-président de l’APNEL estime que rares sont les personnes que la nudité dérange. Preuve en est avec ces touristes irakiens, peu habitués à voir autant de peau découverte, qui s’amusent du spectacle. Mais en cas de réclamation des visiteurs, les militants sont préparés. Est-ce indécent devant des enfants ? Non, selon Yves Leclerc, d’ailleurs « les enfants pourraient aimer être nus aussi avec une telle chaleur ». Est-ce indécent pour quiconque ne veut pas voir de gens nus ? Ils n’ont qu’à passer et tourner les yeux, répond Jacques Frimon.

Ces arguments leur ont permis de maintenir leur stand, mais les militants ne pourront revendiquer leur « humaNUté » – selon leur mot – que dedans et devant leur emplacement. Le comité d’hygiène et de sécurité, rattaché à la préfecture de Seine-Saint-Denis, leur a demandé de s’habiller, s’ils veulent se promener dans les avenues de la fête.

septembre 16th, 2016

Posted In: Fédération Française de Naturisme, Naturisme en liberté, Politique, Société

Leave a Comment

http://inspiration-naturienne.blogspot.fr/2016/09/retour-du-stand-des-nudistes-de-la-fete.html
Quelle aventure ! C’était fou ! Pas facile facile, parfois même éreintant, mais aucun regret, au contraire : le sentiment commun que les choses devaient se faire ainsi a été partagé par beaucoup d’entre nous…
Tout a commencé sur un clin d’œil, une blague presque : l’affiche de l’édition 2016 reproduisant dans son patchwork un homme et une femme nus se reposant nus dans l’herbe:
Les copains de l’APNEL ont sauté sur l’occasion et ont proposé d’incarner cette belle image en y implantant un stand naturiste… et la demande a été accepté !

Ils m’ont proposé de participer à ma manière en animant un atelier de body-painting et en participant aux débats… je ne pouvais bien évidement pas dire non !

Et de fil en aiguille nous voilà jusqu’à neuf clampins tous nus à susciter tantôt d’interrogation, tantôt l’enthousiasme (et accessoirement un petit buzz médiatique), comme un chien dans un jeu de quilles au départ… mais qui finit par ne plus en renverser une seule et au contraire se lier d’affection avec elles…
Voici mon petit compte-rendu subjectif de cette surréaliste mais Ô combien enrichissante aventure…

(suite…)

septembre 15th, 2016

Posted In: Culture, Fédération Française de Naturisme, La loi et le naturisme, Liberté, Naturisme, Nudité urbaine, Politique, Société

Leave a Comment

http://www.lacapitale.be/1649475/article/2016-08-19/bruxelles-une-artiste-denudee-chassee-du-musee-des-beaux-arts-de-bruxelles-lors

Bruxelles: une artiste dénudée chassée du musée des Beaux-Arts de Bruxelles, lors de l’expo «Uncensored photographs»

Deborah de Robertis, une artiste et performeuse luxembourgeoise a été évacuée par les vigiles du Musée Royal des Beaux-Arts de Bruxelles, alors qu’elle montrait son sexe lors de l’exposition « Uncensored photographs » consacré au photographe Andres Serrano, ce vendredi.

Expos performance nueL’artiste luxembourgeoise, vêtue d’un habit de nonne, a reproduit l’œuvre The interpretation of dream (Triumph of the flesh) de l’artiste Serrano, œuvre qui n’est pas exposé avec ses autres clichés, durant l’exposition.

Des vigiles se sont empressés de l’interrompre. Deborah de Robertis n’en est pas à son coup d’essai. En 2014, au Musée d’Orsay à Paris, elle avait fait de même au pied du tableau de Gustave Courbet L’origine du monde. Rebelote en 2016, où elle s’est dénudée devant L’Olympia de Manet. Pour Deborah de Robertis, exposer son corps et son sexe relève «  d’une mise en abîme du tableau, qui repose certaines questions très anciennes comme le scandale de la nudité, mais en intégrant des problématiques contemporaines comme celle de la nudité dans l’espace public  » a-t-elle indiqué dans le journal Les Inrocks.

Sa performance écourtée par les vigiles bruxellois, un nouvel échec ? Pas vraiment, vu que l’un de ses axes de réflexions est d’interroger la place des musées et surtout le rapport qu’ils entretiennent avec les institutions et la loi.

La situation est assez cocasse, l’artiste a en somme été censurée lors d’une exposition qui met en avant l’art de la provocation, pour justement questionner les limites… de la censure. Pari réussi.

Autre article : http://focus.levif.be/culture/arts/deborah-de-robertis-se-denude-a-bruxelles/article-normal-540157.html

 

août 20th, 2016

Posted In: Art et nudité, Liberté, Société, Spectacle nu

4 Comments

Page suivante »