Coeur naturiste

Naturisme – Ecologie – Actu des calanques + Divers

Bio contact – n°272 – Octobre 2016

février 20th, 2017

Posted In: Santé

Leave a Comment

La vie au Soleil – n°98 – Janvier août 1984

février 20th, 2017

Posted In: Naturisme, Santé

Leave a Comment

La vie au Soleil – n°98 – Janvier août 1984

 

février 20th, 2017

Posted In: Naturisme, Santé, Sport

Leave a Comment

Le lien d’origine

Une étude publiée dans le Journal of Happiness Studies démontre qu’être nu est bon pour le bien-être personnel. Une bonne raison pour vos prochaines vacances de céder à la tentation du naturisme.

Vous aimez être nu à la maison ? Les conclusions de chercheurs de l’Université de Londres (Royaume-Uni) vont vous plaire ! Elles prouvent que les gens qui s’adonnent à des activités naturistes sont davantage satisfaits de leurs corps et de leur vie en général. “L’insatisfaction de l’image corporelle est un problème grave et global qui affecte négativement la satisfaction de la vie”, ont rappelé les auteurs.

Plus on est nu, plus on est heureux

Dans une première étude, ils ont demandé à 850 Britanniques de répondre à un questionnaire en ligne et ont ainsi remarqué que plus ils passaient de temps nu, plus ils étaient heureux. Ils se sont ensuite rendus à deux évènements naturistes pour interroger des participants (24 dans la première rencontre et 100 dans la seconde) avant qu’ils se déshabillent et avant qu’ils ne remettent leurs vêtements. Dans les deux cas, ils ressentaient une amélioration immédiate de leur image corporelle, de l’estime d’eux-mêmes et de la satisfaction de leur vie.

Voir d’autres personnes nues, aussi bon pour la santé mentale

La nudité aurait donc un réel impact positif sur la santé mentale, “ce que les naturistes disent depuis un certain temps” a rappellé le Dr Keon West, auteur des recherches. Il estime même que le fait de voir d’autres personnes nues pourrait être encore plus positif que de se voir nu soi-même. Même si davantage de recherches sont nécessaires pour étayer ces observations, le Dr West estime que si la nudité publique peut avoir un vrai bienfait sur le bien-être personnel, “ça vaut la peine d’enquêter”.

source : medisite

 

 

février 6th, 2017

Posted In: Santé

One Comment

Doit provenir de la revue « Naturiste » des Dr Durville, retrouvé dans LVS n°98 – Janv/août 84

janvier 19th, 2017

Posted In: Culture, Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

Journée Mondiale de Lutte contre le sida: Après la campagne du gouvernement, celle d’AIDES va faire bondir la droite

Les visuels de la campagne « Révélation » mettent en scène des couples hétéro et homosexuels entièrement nus.

23/11/2016 14:47 CET | Actualisé 23/11/2016 16:41 CET

POLITIQUE – Quatre clichés, tous en noir et blanc, représentant des couples nus de même sexe ou de sexes différents, faisant l’amour tout en pratiquant une activité sportive ou artistique. Tels sont les visuels de la campagne « Révélation » présentée par AIDES et l’agence de publicité TBWA\Paris, à la veille de la journée mondiale de lutte contre le sida le 24 novembre. Et ils risquent de ne pas passer inaperçus… notamment chez certaines figures politiques de droite.

« Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida », indique le slogan de l’affiche. Tel est en effet le message que la campagne véhicule: une personne séropositive sous traitement ne transmet plus le virus. Une information que l’organisation espère diffuser au plus grand nombre car, comme l’indique Aurélien Beaucamp, président de AIDES, « ce qui pèse aujourd’hui le plus sur la qualité de vie des personnes séropositives, ce n’est pas le virus. Ce sont les discriminations quotidiennes qu’elles subissent. »

Les photos représentent donc deux personnes dont une séropositive, ce qui ne l’empêche pas d’entretenir une relation et de partager avec son partenaire.

AIDES/TBWA\PARIS/Mathieu César

Une précédente campagne jugée « contraire aux bonnes moeurs »

La campagne de AIDES, si elle se veut avant tout informative, arrive quelques jours après celle portée par le gouvernement pour sensibiliser à la prévention du VIH et qui avait déclenché un véritable tollé chez certains maires de droite.

En effet, à la suite de l’appel des Associations familiales catholiques, plusieurs élus Les Républicains avaient fait retirer les affiches, comme Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois. Ce dernier n’avait d’ailleurs pas hésité à prendre un arrêté interdisant la diffusion de la campagne, provoquant la colère de la ministre de la santé Marisol Touraine qui a saisi la justice.

Les détracteurs de la campagne du gouvernement avaient fait valoir que les images « troublaient et indignaient les familles, tout en dévalorisant l’image des personnes homosexuelles. » Roch Brancour, adjoint du maire d’Angers, avait quant à lui dénoncé une campagne « irresponsable » dont les victimes étaient  » les enfants à l’innocence bafouée et les personnes homo réduite à leur libido ».

En pleine polémique, AIDES avait apporté son soutien aux affiches du gouvernement. Leur campagne, qui met en scène des couples hétéro et homosexuels, pourrait également faire grincer les dents des élus les plus « conservateurs ».

« Nous avions besoin d’une campagne qui marque les esprits, qui permette d’ouvrir le débat mais sans choquer », précise pourtant le président de AIDES. « C’est la première fois qu’un tel message fait l’objet d’une grande campagne nationale, il convenait donc de le délivrer avec sérénité… et un peu de légèreté aussi. » Pas sûr que le message soit perçu partout de la sorte, alors que les affiches devraient être placardées partout en France dès le 24 novembre.

AIDES/TBWA\Paris/Mathieu César
AIDES/TBWA\PARIS/Mathieu César

http://www.huffingtonpost.fr/2016/11/23/journee-mondiale-de-lutte-contre-le-sida-campagne-aides/?utm_hp_ref=fr-homepage

novembre 26th, 2016

Posted In: Art et nudité, Santé, Société

Leave a Comment

Extrait de Die Neue Zeit – Numéro 65

sport-4-die-neue-zeit-65 sport-7-die-neue-zeit-65 sport-8-die-neue-zeit-65

(suite…)

novembre 26th, 2016

Posted In: Histoire du naturisme, Santé

Leave a Comment

Dossier de Science et vie d’août 2016

scan20734 scan20754 scan20919 scan20920 scan20923

 

 

novembre 23rd, 2016

Posted In: Santé

Leave a Comment

Rejet de boues rouges dans les Calanques : de quoi parle-t-on ?

Des boues rouges sont stockées, en octobre 2010, sur le site de l'usine de Gardanne, où une technologie de filtrage a été partiellement mise en place à partir de 2007.

VIDÉOS – De 1967 à 2015, les résidus polluants issus de l’extraction de l’alumine dans le sud-est de la France ont été rejetés dans la mer Méditerranée, au large de Cassis. La nouvelle technique adoptée en 2016 n’a pas mis fin au bras de fer opposant arguments écologiques et économiques.

http://www.lefigaro.fr/sciences/2016/09/05/01008-20160905ARTFIG00178-rejet-de-boues-rouges-dans-les-calanques-de-quoi-parle-t-on.php

• À quoi correspondent les «boues rouges»?

On parle de boue rouge pour désigner les résidus issus de l’extraction d’alumine -qui permet notamment d’obtenir de l’aluminium- à partir de la bauxite. Cette roche sédimentaire est présente dans le sud-est de la France, où elle a été découverte.

Les boues rouges correspondent aux déchets insolubles qui se séparent de l’alumine et de la soude au cours de l’extraction. Leur couleur rouge est liée à l’oxyde de fer. La substance, qui se transforme en une poussière rouge après évaporation des fluides, contient de nombreux métaux lourds (arsenic, fer, mercure, silice, titane…). Elle tapisse la ville de Gardanne, où se trouve l’usine. Dans le cas du procédé Bayer, encore majoritairement utilisé à travers la planète, la production d’une tonne d’alumine engendre environ deux tonnes de boues rouges.

• Ces boues rouges sont-elles actuellement rejetées dans la Méditerranée?

Jusqu’à fin 2015, la société Alteo, qui gère l’usine de Gardanne, avait l’autorisation de rejeter ces résidus dans la mer. La boue était pour cela diluée puis acheminée au large de Cassis par des canalisations. La quantité de boues ainsi déversée est estimée à 20 millions de tonnes depuis cinquante ans. Mais l’autorisation réitérée en 2014 prévoyait une interdiction de ce rejet direct au 1er janvier 2016.

Le site industriel de Gardanne, ici en novembre 2011.

En prévision de cette échéance, Alteo a investi 30 millions d’euros dans un système de filtrage. Depuis le 31 décembre 2015, la partie solide rouge et la partie liquide des rejets sont ainsi séparées à l’aide d’un filtre-presse. Seul le liquide transparent est désormais rejeté. Les résidus solides de bauxite (qui prennent le nom commercial de Bauxaline) sont en partie recyclés.

Prenant en compte cette technique, la préfecture a octroyé une dérogation à la firme, l’autorisant à rejeter ces liquides pendant six ans. À l’issue de cette période, aucun polluant ne devrait plus être rejeté en mer. Mais de nombreuses associations locales se sont élevées contre cette dérogation, estimant que le problème de pollution des eaux existe toujours et pointant un manque de volonté d’Alteo.

» LIRE AUSSI: Autorisation de rejets toxiques au large des Calanques de Cassis

• La pollution liée à ces rejets est-elle avérée?

Une étude de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) du 21 décembre 2015, réalisée à la demande du ministère de l’Environnement, a confirmé l’impact des rejets sur les poissons à proximité du littoral entre Marseille et La Ciotat. «Des signaux relatifs à une contamination plus importante dans la zone de pêche sous influence du rejet de l’usine d’Alteo ont été mis en évidence», conclut l’Anses. L’agence a mené ses propres analyses, celles menées par Alteo n’ayant pas permis de déterminer précisément si les rejets avaient un impact.

Six mois après la mise en place du filtrage, la préfecture des Bouches-du-Rhône a constaté plusieurs rejets excessifs et a mis en demeure l’industriel de se conformer aux normes fixées fin 2015.

• Pourquoi avoir octroyé cette autorisation?

Les préoccupations écologiques se frottent à un argument économique: l’interdiction du rejet aurait entraîné la fin de l’activité de l’usine de Gardanne, qui emploie 400 salariés et 250 sous-traitants. La préfecture des Bouches-du-Rhône s’est par ailleurs appuyée sur l’avis favorable du Conseil supérieur de prévention des risques technologiques (CSPRT). Le préfet avait au préalable annoncé qu’il appliquerait «la position du gouvernement» et qu’il prendrait donc «un arrêté qui fera en sorte que cette usine puisse poursuivre son activité».

• Pourquoi le sujet a-t-il refait surface cet été?

Le sujet a été relancé par la diffusion d’un reportage d’Envoyé spécial dans le parc national des calanques. Plusieurs intervenants, notamment un pêcheur, y pointaient les traces visibles de rejets dans les eaux méditerranéennes, en particulier des traces rouges qui restent sur les mains lorsqu’on les plonge dans l’eau à certains endroits.

À la suite de ce reportage, la fédération PS des Bouches-du-Rhône a dénoncé «le scandale sanitaire et environnemental qui se joue tous les jours au sein de la deuxième ville de France» et a rappelé avoir voté «contre l’avis favorable donné par la Mairie de Marseille à la poursuite de ces pollutions». Le communiqué interpellait directement la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal. Fin 2015, cette dernière avait publiquement désapprouvée l’autorisation permettant ces rejets, affirmant qu’elle avait été prise sur un «ordre venu du premier ministre», Manuel Valls, «au préfet».

» LIRE AUSSI: Querelle entre Royal et Valls sur le rejet des boues rouges dans les Calanques

Un mois après Envoyé spécial, l’émission Thalassa s’est elle aussi intéressée au problème avec un reportage retraçant l’historique de ces rejets. C’est ce nouveau document qui a ravivé l’opposition entre Ségolène Royal et le chef de gouvernement. La ministre y déclare en effet que la décision d’autoriser les rejets était «inadmissible».

 

septembre 7th, 2016

Posted In: Ecologie, Santé

Leave a Comment

Si une exposition excessive au soleil peut être néfaste pour la santé, le manque total d’exposition pose d’autres problèmes tels que l’ostéoporose. Une maladie qui touche particulièrement les populations qui ont pour coutume de se couvrir totalement, ou très largement, le corps.

Le seul remède : s’exposer intégralement nu régulièrement mais ça, les médecins n’en parlent pas. Il est plus rentable de proposer des médicaments et des produits laitiers riches en vitamine D et en Calcium.

*********************************

http://pharamster.over-blog.com/article-etat-de-l-osteoporose-au-maroc-50663603.html

http://www.libe.ma/L-osteoporose-touche-30-de-Marocains_a43195.html

Source :  Déclarations lors une rencontre organisée par La Société marocaine de rhumatologie, jeudi 13/05/2010 à Casablanca, sous le thème «L’ostéoporose, qu’en est-il aujourd’hui au Maroc ? Actualités et perspectives de la prise en charge», S. L. Aboudrar, rhumatologue et présidente de la Société marocaine de rhumatologie. F. Allali, directrice de l’unité de pathologie osseuse à l’hôpital Ayachi. In LE SOIR n°572 page 08 du 17/05/10.

« Dans le monde, on estime qu’une fracture de hanche survient toutes les 20 secondes. Cette fréquence sera amenée à augmenter à l’avenir et on considère que l’augmentation la plus nette se produira dans les pays en voie de développement.  L’impact économique de l’ostéoporose est majeur : le coût annuel de la fracture du col fémoral est de 20 milliards de dollars aux Etats-Unis, de 30 milliards de dollars et de 800 millions d’euros en France en 2009. A ces chiffres, il convient d’ajouter les coûts indirects comme la réduction de l’activité, les pertes de revenus… »,

Au Maroc, les études réalisées ont conclu à une prévalence de 35 % chez les femmes de plus de 50 ans et de 60 % chez les plus de 60 ans.  «L’ostéoporose survient 10 ans plus tôt que la moyenne mondiale estimée par l’OMS. Ce profil en fait une affection encore plus préoccupante au Maroc. On devrait s’attendre à une explosion des fractures ostéoporotiques dans moins de 20 ans»

Au Maroc, la carence en vitamine D  concerne 95% des femmes. La Société marocaine de rhumatologie conseille une supplémentation en calcium associée à la vitamine D.

« Par de simples mesures hygiéno-diététiques. Une alimentation saine et équilibrée favorise des os sains. Il est recommandé un apport suffisant en calcium et vitamine D.».

Les règles hygiéno-diététiques qui contribuent considérablement à la prévention de la perte osseuse impliquent :

– La pratique d’une activité physique régulière, des séances de marche à pieds quotidiennes de 30 à 60 minutes.

Le sevrage tabagique,

La diminution de la consommation d’alcool

La maîtrise du poids.

 

L’avis de l’apothicaire :

– On retrouve en fait là aussi les règles hygiéno-diététiques classiques. Et c’est de la responsabilité de l’officinal de réitérer ce discours autant de fois que nécessaire, il doit en outre être capable d’adapter ces directives au contexte socioculturel « difficile» de ses patientes et on peut vous assurer que c’est tout un art. Dés qu’il s’agit de femmes tout devient compliqué, mais … on y arrive quand même.

– A propos de calcium, il est important de faire la part des choses – lire à ce sujet : Calcium & cancer de la prostate – par ailleurs nous devons être vigilants car ces informations émane d’une rencontre scientifique. Ce genre de rencontres est souvent sponsorisé par des multinationales du lait qui visent par essence à favoriser la surconsommation de produits lactés, attention aux excès. Restons vigilants mais sans tomber dans la « complotite ».

août 27th, 2016

Posted In: Santé

Leave a Comment

Page suivante »